Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Claude Renard

Et les îles feront silence - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Claude Renard





Toute pierre investie du sacre qui l'enfante
Prendra sous le sang frais la fable du royaume
Et verdeur de cresson dans l'eau signifiante
Qui lie et qui délie le mystère de l'homme.

Ô montagne embrasée de l'amour connaissable
L'inconnaissable amour a son nom sur tes tables!

J'entends qu'un pays s'incanle

Dans le matin de manne et de-menthe,

Au sort des sources.
L'être sondé d'un poulpe blanc

Fera ma soie et mon corail.
L'océan

S'ouvre pour qu'il naisse et que l'été qu'il vérifie

En traversant la mort où la mer sacrifie

Ait mémoire, ait voyance des grands soleils purs.



Un corps secret, dans l'iode, annonce le futur.
C'est au peuple habité don de noire lumière
Par ravins conduisant à la flamme première.
J'y célébrerai noce. Ô fleuve des falaises
J'aurai pouvoir en toi de mûrir les genèses
Et d'enchanter la terre !
L'esprit dans mes os
J'atteindrai comme le navire des troupeaux
Les prairies propices à la transparence.
L'air vermeil bruit au bord de la
Durance.
Une odeur de melons, de lavande et de lait
Couvre l'agneau saignant sur le lit des galets.



Ma force est là — mon lieu de transhumance,
La jeune laine où la chaleur commence.
Ces bois prédits, l'âme me les conseille.
L'âme fonde alliance avec la chair qui veille.
Devant la ville luisent des tournesols.
Une seule fontaine aimante sous le sol
Les mains intérieures, la neige, la mort même
Du sourcier attentif à capter la fontaine.
L'enfance y quête l'âge
Dont l'âge souverain garde le vrai langage :
La parole qui rassemble et qui plénifie.



Mais les corps sont anciens dans les amères pluies
Et leur sang séparé du sang de mes raisins.
J'ai préparé des poissons et des pains
Dont la présence émerveille les choses :
Qui les mange, en moi change et se métamorphose.
Rcstera-t-il des sèves, des roses, des rivières
Vivantes de la vie scellée entre mes pierres?
Les fêles de ma race par nuits rouges se fêtent.
Des bêtes pures louangent mes planètes.
Je n'ai légendes que de terres exactes.
Toute espérance fait avec moi son pacte.
Tout auspice en moi s'accomplit.
Les eaux transmuent que proposent mes puits.
Mes astres convient la connaissance.
J'arme la mort du temps des réelles essences.
J'arme l'amour des temps d'un amour sans saisons
Dont ma beauté habite les maisons.
Mais ma beauté brûle dans les ténèbres !



Que mes taureaux tués sur les roches funèbres
De leurs cendres fidèles fécondent les cavernes :
L'anis embaumera dans l'ombre où l'âme hiverne !
Comme une fraîcheur de grenade et de pomme
C'est sainteté que le vrai nom de l'homme.



Les bancs d'algues du soir s'échouaient à
Méjcan.
Notre table luisait de moules et d'oursins,

De figues bleues, du grès de la cruche de vin.

Une promesse d'herbe émouvait la maison.

Les rites étaient purs — beaux comme des poivrons

Dans les chambres cachées qu'exorcisait la lune.

Un mystère peuplé de présences communes

Veillait sur notre sang et notre sang veillait

Les prophètes qui voient les plaines de juillet.



Tes soleils sont de houx, de gui.
Jamais perdu, jamais saisi
Qui est en moi, qui n'y est plus !
L'eau va et vient sous les talus.

Je ne vois pas ce que je vois


Ta nuit de tilleul et de noix.
Je vois ce que je ne vois pas


Tes mains sont dans les résédas.

Oreille ouverte, oreille close
J'entends les lacs aux lauriers-roses :
Ton nom de silence et de sel.
Mais je n'entends pas les pétrels !



Viennent les îles !
Ma force, mon repas

Sont dans les feuilles comme cerises fraîches.
C'est ma lumière qu'en la tienne je cherche.
La mère habite mieux qu'un jeune ruisseau
Les vases sèches, les toits roux de la crau.
Ma ville est mûre, sous les vents de lavande.
Dans les fourrures de la profonde offrande.
Toute révolte distante de l'amour
Reste stérile — n'arme comme une tour
Que contre l'homme.
Glaise d'or cl de cuir.
Les eaux ne s'ouvrent si je ne sais mourir
De la mort seule qui fait ressusciter.



Mes lièvres, dans l'herbe obscure, quelqu'un les traque.
Un chien frais, un épervier pur sur ma piste.

C'est cache sans abri que ces fourrés, ces cistes.
Des menhirs de verre emmurent mes îles.

Ô lumière aiguë !
Je m'enracine — m'exile.
Le seul feu que je fuis m'a déjà consumé.

Mon sang est pris.
Mon sang ne se soumet

Aux signes sur la proie, mais n'est vivant que mort.

Ne plus tenter de voir, d'entendre, d'ouvrir l'or :
La ténèbre d'enfance est mangée de merveilles !



J'ai ta menthe — un manteau de mohair.
L'eau brusque lapide le sommeil.
L'arcane dans l'huile du soleil
Est un dos nu.
J'ai tes daims, tes truites.
Ton sang teint les frontières détruites. Ô mystère de cette distance
Moindre en moi, moindre que ma distance!
Un front de femme honore le feu.
Son vœu n'est plus que d'être ton vœu,
Tes peupliers.
La mer prophétise.
Ma mère au goût de coings, de merises,
Fait foisonner l'enfance — la fête.
La terre fraîche autour de sa tête
Se solennise.
Et moi dans ce puits
Ni lumière ni nuit je ne suis.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Claude Renard
(1922 - 2002)
 
  Jean Claude Renard  - Portrait  
 
Portrait de Jean Claude Renard


Bibliographie

Jean-Claude Renard (1922 - 2002) est un poète et écrivain prolifique français né à Toulon. Son œuvre, empreinte de mystères et de spiritualité, lui valut le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1988 et le Prix Goncourt de la poésie en 1991. Il fut l’un des collaborateurs des Éditions du Seuil et des Éditions Casterman. Il est également l’auteur de plusieurs essais. Il entra dans le mond

Biographie