Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Grevin

Un philosophe a dit la substance de l'ame - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Jacques Grevin





Un philosophe a dit la substance de l'ame

N'estre qu'une harmonie et l'autre un élément,
L'autre, des petits corps conjoincts confuseement,
Et l'autre plus subtil une espèce de flâme,



Et l'autre un mouvement qui nostre cueur enflâme :
Chacun s'y est rompu du tout l'entendement,
Ne la considérant assez distinctement,
Car elle est dissemblable en l'homme et en la femme.



Au temps du bon
Saturne on dit qu'elle estoit d'or,
Sous
Jupiter d'argent, d'aerain, de fer encor',
En la fin aujourd'huy (ainsi que tout empire)



Ce n'est plus que du plomb, qui se fond à tous coups :
Encore' je crain, si
Dieu ne prend pitié de nous,
Que, laissant les métaux, elle' ne devienne cire.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Grevin
(1528 - 1570)
 
  Jacques Grevin - Portrait  
 
Portrait de Jacques Grevin