Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Grevin

L'olimpe - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Jacques Grevin





Il estoit desja nuict et la voûte des deux

Couverte d'un manteau, monstroit la claire estoille,
Qui première apparoist clouée à ce grand' voille,
Brillant en toutes parts de mille et mille feux :



Ja-desja distilloit le somme gracieux,

Le somme oste-souci respandoit dans ma moelle
De sa douceur mielleuse, et du vent de son aesle
Afflatant mes esprits, faisoit clorre mes yeux :

Voyci venir vers moy, voyci la feinte image

D'Olimpe, qui au double allumant mon courage,
Me ravit aux douceurs d'un faux accollement.

Hé bon dieu ! que d'ceillets, que de lis, que de roses,
Revevray-je alors à pleines mains descloses,
Si je suis compensé d'un vray accollement ?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Grevin
(1528 - 1570)
 
  Jacques Grevin - Portrait  
 
Portrait de Jacques Grevin