Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Henri Michaux

Déchéance - Poéme


Poéme / Poémes d'Henri Michaux




Mon royaume perdu.

J'avais autrefois un royaume tellement grand qu'il faisait le tour presque complet de la
Terre.

Il me gênait.
Je voulus le réduire.

J'y parvins.

Maintenant ce n'est plus qu'un lopin de terre, un tout petit lopin sur une tête d'aiguille.

Quand je l'aperçois, je me gratte avec.

Et c'était autrefois un agglomérat de formidables pays, un
Royaume superbe.



L'affront.

Autrefois je pondis un œuf d'où sortit la
Chine (et le
Tibet aussi, mais plus tard).
C'est assez dire que je pondais gros.

Mais maintenant, quand une fourmi rencontre un œuf à moi, elle le range aussitôt parmi les siens.
De bonne foi, elle les confond ensemble.

Et moi j'assiste à ce spectacle la rage au cœur.



Car comment lui expliquer le cas, sans étaler toute ma honte, et même ainsi?...

«
Au lieu de venir chicaner une pauvre fourmi », dirait-elle, mortifiée...

Naturellement!
Et j'avale l'affront en silence.



Le caveau.

Je possède un caveau.

Un caveau, c'est sa forme, un hangar pour dirigeables, c'est sa taille.

Là sont mes lingots, mes joyaux, mes obus.

Il a balcon sur un puits, creusé jusqu'on ne sait où.

Tout cela était autrefois une richesse inépuisable.

Or hier, ayant fait sortir la moitié des explosifs, les ayant fait sauter à peu de distance, je n'entendis même pas le bruit, couvert qu'il était par celui d'un grillon qui, posé sur un brin d'herbe, agitait ses élytres.

Avec les lingots, je voulus payer royalement les ouvriers; le partage fait, chacun ne trouva qu'un peu de poussière dans le creux de sa main.

Et c'étaient autrefois des rangs de richesses inépuisables.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Henri Michaux
(1899 - 1984)
 
  Henri Michaux - Portrait  
 
Portrait de Henri Michaux


Bibliographie

En 1922, lors de son séjour à l'hôpital consécutif à ces problèmes cardiaques, il découvre Lautréamont, dont l'oeuvre lui donne la liberté et l'étincelle créative pour écrire ses propres poèmes. « Cas de folie circulaire », fut son premier poème publié en 1922 dans la revue littéraire Le Disque Vert, dirigée par Franz Hellens. Celui-ci, fervent amateur de Michaux, ira jusqu'à le nommer co-directeu

Œuvres d'henri michaux

Henri Michaux (Namur, 24 mai 1899 - Paris, 19 octobre 1984) est un écrivain, poète et peintre d'origine belge d'expression française naturalisé français en 1955. Son œuvre est souvent rattachée au courant surréaliste, même s'il n'a pas fait partie du mouvement.

Biographie

Né le 24 mai 1899 à Namur, Henri Michaux arrive en 1924 à Paris où il côtoie les peintres surréalistes et se lie d'amitié avec Jules Supervielle et le peintre Zao Wou KI. Après avoir longuement voyagé de 1927 à 1937 en Asie et en Amérique du Sud, il se retire dans le Midi durant la guerre. Il est mort à Paris le 19 octobre 1984. Si la mescaline est en grande partie à l'origine de son œuvre pictura