Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Georges Haldas

Insomnies - Poéme


Poéme / Poémes d'Georges Haldas





I



Sans feu ni lieu le roc
Maison trouée je tire sur les lampes
Le cœur non atteint se défend
Je veux saisir la pieuvre
Elle aussi se défend
Je descends plus profond dans la forêt des algues où toute vie s'obstrue où le silence d'eau dit adieu à l'hiver où je suis comme une ancre immobile et le fer me glace avec la nuit
Je lis et chaque page fait monter une bulle qui crève à petit bruit
C'est la voix qui dit non
Ma vie perdue qui saigne au milieu des débris guettés par les poissons



II



Hôtel aveugle
Un cri
Dans la nuit calme on tue
Une étoile a souri
Mais moi je suis le lierre immobile et mon double bouge à peine
Mais qui ?
Qui a poussé un cri ?
Qui a vendu l'hôtel ?
Qui a trompé la nuit ?
Qui veut toujours écrire contre le grand oubli contre la page morte ?
Devant l'étoile assise à la porte et le corps de l'ivrogne endormi



III



Ces grands yeux qui me fixent

Cette voix qui reparle

Où est
Dieu dans les algues

Je descends une à une

les marches du château

Je perds mes mots
Je suis

médusé
Un nuage

s'avance et moi je reste

cloué par cette absence

Attaque-moi nuage

Mais le nuage passe

Et la nuit recommence

à briller dans la nuit

Toute étoile à se taire

On veut me rendre fou

par le bruit de la mer

Je ferme la fenêtre

et la rumeur renaît

plus forte plus légère

Je me fais des reproches

Je vois ma vie entière

comme une île qui tombe

à l'envers dans les eaux

Je ne peux pas trouver

le repos et je fume

Je sens bien que déjà

on s'attaque à mes os

Tous les matins cette heure comme une rose grise et le temps qui dégoutte
On y buvait l'instant et puis on s'arrêtait
On soulevait le verre
La mort était dedans
Très douce on aurait dit comme la ville au soir où tout brille où tout pleure avec un corbillard minuscule et fleuri
Et un trou dans le ciel comme la plaie au front d'un géant noir et bon













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Georges Haldas
(1917 - 2010)
 
  Georges Haldas - Portrait  
 
Portrait de Georges Haldas


Œuvres

La poésie est la première parole. Mythes, épopées, oracles, voix des mystères et des mystiques, puis de l'amour, de l'indignation, de la révolte, de l'espoir ou de l'humour, de la vie quotidienne et de la solitude. Introuvables ou retraduites, classiques ou contemporaines, familières ou méconnues, ce sont ces voix innombrables que la collection Orphée souhaite faire entendre parce que plus que jam

Biographie

Georges Haldas né le 14 août 1917 à Genève (de père grec et de mère suisse) est un écrivain, poète et traducteur suisse francophone.