Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Georges Emmanuel Clancier

Portes d'espagne - Poéme


Poéme / Poémes d'Georges Emmanuel Clancier





«
Terres d'Espagne sont là-bas autour de ta mort
A vivre leur ombre et leur soleil, À mourir de tous leurs hommes.



Ici le bonheur des brins d'herbe et de l'air,

Des enfants magiciens, des grillons écoliers,

Des écureuils poursuivis par leur désir de vif argent,

La paix enroulée aux branches par la houle des nuées.

Ici le soleil sur les seins les soleils de l'amour,

Et quand souffle la nuit sur ce tranquille diamant

La grenade grande ouverte du ciel sur les lits et les

rêves :
Toute une source d'où jaillissent les iris de la vie.
Mais là-bas à l'orée des heures pourpres
Le mur des monts dresse un meurtre monotone,
Une plaie vieille écorche un martyr enchaîné.
La mer n'est plus là-bas la musicienne des coquillages.
En vain le taureau draine les maléfices souterrains,
Dans le vol de leur crinière les chevaux
Ne secouent plus l'oriflamme de liberté.
Au crépuscule le feu des pierres là-bas a perdu sa tendresse,
La chaleur des landes à midi demeure sans l'allégresse
Des vérités de foudre.

L'eau la bête la flamme



Ne sont plus le chant d'un beau jour mais l'alarme
Mais les cris mais les monstres rôdeurs du supplice.
Le rossignol de l'Espagne, des camarades et de l'été
Gît toujours sur le chemin des monts dans les flaques de

lune
Sous le silence grondant de la guitare brisée...
Tes saints d'or déchiré tes amantes de verdure
Tes adolescents d'orgueil mortel ton
Andalousie
De nacre jalouse et de sang, ton fin cadavre d'oiseau

brisé,
Federico, sont encor dans les coraux de l'exil,
Et vit le lent cortège de leur mort
Dans les mines aveugles au fond des regards
Que les mineurs et les paysans et les mères apeurées
Portent au-devant d'eux, fanaux de refus hagard.
Ton appel de soirs chanteurs d'haleine jeune
De corps à la douceur d'orange,
Et de passions courbées comme amoureuse nue,
Comme buisson de lames fatales nues,
L'appel de ta vie de la vie à la belle dérive
Erre en déroute hallucinée sur le linceul de ta terre.
L'œillet de la joie ils l'ont souillé dans cette geôle
Que sont là-bas neige et cristal, gerbes et fonts, mains et

paroles.
Mais son étemelle racine mince aux mille rameaux
Ils n'ont su l'arracher, elle va de villages en solitudes,
Des arènes aux raisins, des baies de sel aux usines,
De
Cordoue à l'aurore à
Madrid aux étoiles,
Et la fleur, un jour muet, percera par mille blessures
Rouges, par mille parcelles de feu
Par mille crêtes d'écume
L'épais et gluant terreau de l'horreur,
Alors vibrera le rire aux lèvres libres,
De fraternelles arabesques, de l'aube à la minuit,
Dessineront sur le domaine un vaste nid
De ruelles tendres, de ruisseaux naïfs dont la rumeur



Comme un fruit ouvrant ses portes d'or
Laissera soupirer dans son souffle les siècles délivrés,
Alors du fond des lourdes eaux, alors de la vase somnambule
Aura ressurgi l'île matinale lyre aux cordes solaires,
L'Espagne où sonnera l'hymne à pleine voix de l'avenir.



Font-Romeu, 1946.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Georges Emmanuel Clancier
(1914 - ?)
 
  Georges Emmanuel Clancier - Portrait  
 
Portrait de Georges Emmanuel Clancier


La vie et l'Œuvre de georges-emmanuel clancier

1914
Naissance à Limoges le 3 mai. Famille limousine de paysans, d'artisans et d'ouvriers porcelainiers. Le père, officier d'infanterie pendant la guerre, devient, la paix revenue, agent commercial.