Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Georges Emmanuel Clancier



La vie et l'Œuvre de georges-emmanuel clancier de Georges Emmanuel Clancier


Poésie / Poémes d'Georges Emmanuel Clancier





1914

Naissance à Limoges le 3 mai. Famille limousine de paysans, d'artisans et d'ouvriers porcelainiers. Le père, officier d'infanterie pendant la guerre, devient, la paix revenue, agent commercial.



1919-1931

Études au lycée Gay-Lussac à Limoges (boursier de l'État). En classe de philosophie, la maladie interrompra ces études.



1930

Découverte de la poésie moderne — et de l'oeuvre de Proust — grâce à deux jeunes professeurs. Commence à écrire poèmes et proses. Dorénavant poursuivra parallèlement son œuvre poétique et son œuvre romanesque.





1933-1938

Premières collaborations aux Cahiers du Sud (grâce à Jean Cassou), aux Nouvelles Lettres, à Esprit. Rencontres avec J.M.A. Paroutaud, Robert Margerit, Jean Blanzat.

1939. Mariage. Vit à Paris où Anne, sa femme, prépare l'internat des hôpitaux psychiatriques.



1940-1942

Retour en Limousin. Études aux facultés des lettres de Poitiers, puis de Toulouse, licence de lettres. Entretiens avec Joë Bousquet à Carcassonne. Entre au comité de rédaction de la revue Fontaine, dirigée à Alger par Max-Pol Fouchet. Première plaquette de poèmes : Temps des Héros. Premier roman : Quadrille sur la tour, aux éditions Chariot à Alger. Rencontres à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) avec Raymond Queneau et Michel Leiris, et à Lourmarin avec Claude Roy, Pierre Scghers, Loys Masson, Pierre Emmanuel, Max-Pol Fouche



1943-1944

Correspondant clandestin en France occupée de Fontaine qui continue à publier à Alger les textes des écrivains de la Résistance.



1944-1955

Chargé, à la libération, des programmes de Radio-Limoges. Journaliste au Populaire du Centre. Naissance de sa fille, Juliette, puis de son fils. Sylvestre. Fondation avec Robert Mar-gerii ei René Rougerie de la revue Centres. Publie les poèmes de Boris Vian dans sa collection - Poésie et critique » chez René Rougerie.



1955-1975

A Paris, secrétaire général des comités de programmes de la R.T.F. (puis de l'O.R.T.F.). Conseiller culturel pour le pavillon de la France à l'Exposition Universelle de Montréal (1967). Reçoit le prix des Libraires pour son roman L'Élerntté plus un Jour (1970), puis, pour l'ensemble de son œuvre, le Grand Prix de littérature de l'Académie française (1971). Son roman Le Pain noir est adapté pour la télévision par Françoise Vemy et Serge Moati (1974).



1976

Président du Pcn-Club français. Coopère à la défense des écrivains menacés, détenus, déportés, exilés à travers le monde.



1978

Membre de l'Académie Mallarmé que préside Eugène Guillevie.



1980

Vice-président de la commission française pour l'UNESCO.



Poésie:

Si l'œuvre romanesque de Clancier est en effet placée sous le signe de la reconquête patiente du temps passé, c'est au contraire sous celui de l'instant que ses poèmes tenteront de reconnaître d'autres pouvoirs du langage. Lors de la publication de Terres de mémoire, il confiait son espoir « d'engager la poésie sur les routes en croix ou mieux : en étoile, du langage » c'est-à-dire, acceptant le risque de s'égarer en refusant ainsi une seule orientation, « de traquer et d'édifier le poème à tous les niveaux du langage ». Et à travers l' Oscillante parole, ce sont dans son œuvre plusieurs voix qui composent sa voix ou qui parlent sa voix, qui se répondent, s'opposent, s'enchevêtrent, parmi lesquelles il serait possible de distinguer cinq niveaux ou mouvements essentiels.



1943. Temps des Héros, Rochefort. Cahiers de l'École de Rochefort.

Le paysan céleste, Marseille, R. Laffont. 1949. Journal parlé, avec un frontispice de Lucien Coutaud, Limoges,

Rougerie.

1951. Terre secrète. Paris, Seghers.

1952. L'autre rive, avec des dessins de l'auteur, Limoges, Rougerie.

1953. Vrai visage, Paris, Seghers.

1956. Une mix. préface d'André Dhôtel, Paris, Gallimard. (Cette édition reprend : Le paysan céleste et Journal parlé auxquels s'ajoutent : Intermède ou Chansons sur porcelaine, Mon bien. Noire temps, et Poèmes de l'Alpe et de la Nuit.)

1960. Evidences, Paris, Mercure de France.

1965. Terres de mémoire, Paris, R. Laffont.

1972. Peut-être une demeure, précédé d'Ecriture des jours, Paris, Gallimard.

1976. le voyage analogique, avec six lithographies de Pierre Frilay, Paris. Jean Briance.

1978. Oscillante parole, Paris, Gallimard.

1982. Le poème hanté, Paris, Gallimard.



Sur l'œuvre de l'auteur du Paysan céleste, on peut consulter :

G.-E. Clancier, présenté par Christiane Burucoa, choix de poèmes, avec une bibliographie, coll. Visages de ce temps », éd. Subervie, Rodez, 1964.

G.-E. Clancier, par Michel-Georges Bernard, coll. « Poètes d'aujourd'hui », Seghers, Paris, 1967.

Les poètes de la revue « Fontaine; par Max-Pol Fouchet, Poésie I, n° 55/61, Paris, 1978.

Clancier, Guillevic, Tortel, colloques Poésie-Cerisy, tome 1, Sud, Marseille, 1983 (études sur G.E. Clancier de Claude Abastado, Marie-Claire Bancquart, Michel-Georges Bernard. Max-Pol Fouchet).



Dans sa préface à Une voix, André Dhôtel a écrit : ... « un jaillissement de mots aimés, de phrases simples et précises qui soudain éclairent le chaos », et Raymond Queneau, dans G.-E. Clancier (« Poètes d'aujourd'hui ») : - L'obscure clarté qui tombe des étoiles cornéliennes et les énigmatiques évidences qui forment la substance des contes du fils Perrault, on les retrouve tout au long de l'histoire de la littérature française, c'est une source qui resurgit avec violence dans l'œuvre de Nerval, c'est la même source qui donne â la poésie de Georges-Emmanuel Clancier ses qualités limpides et opaques, son élaboration d'un terroir dont il semble retrouver les prolongements indéfinis aussi bien vers un avenir incommensurable que vers un passé préhistorique et toujours présent. »



CRITIQUE DE POÉSIE



1953. André Frénaud, « Poètes d'aujourd'hui ». Paris. Seghers.

Panorama critique de la poésie française de Rimbaud au surréalisme

Paris, Seghers.



1963. Panorama critique de la poésie française de Chénier à Baudelaire,

Paris, Seghers.



1973. La poésie et ses environs, Paris, Gallimard.



GEORGES-EMMANUEL CLANCIER a écrit en outre des romans, des nouvelles, des essais, et des œuvres pour la radio et la télévision.



Autobiographie Ces ombres qui m'éclairent :



- L'Enfant double, Paris, Albin Michel, 1984 - L'Écolier des rêves, Paris, Albin Michel, 1986 - Un Jeune Homme au secret, Paris, Albin Michel, 1989









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Georges Emmanuel Clancier
(1914 - ?)
 
  Georges Emmanuel Clancier - Portrait  
 
Portrait de Georges Emmanuel Clancier


La vie et l'Œuvre de georges-emmanuel clancier

1914
Naissance à Limoges le 3 mai. Famille limousine de paysans, d'artisans et d'ouvriers porcelainiers. Le père, officier d'infanterie pendant la guerre, devient, la paix revenue, agent commercial.