Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Georges Emmanuel Clancier

Légende iv - Poéme


Poéme / Poémes d'Georges Emmanuel Clancier





à
Gaston
Miron



Partie ma belle sur les navires dans le vent.

Comment ces marins et ces bûcherons,

Épris d'or les uns, d'un songe

Les autres d'eux-mêmes ignoré

(Et le crime, le courage, la simple bonté,

Parfois niché parmi eux quelque saint

À l'écoute d'un secret

Comme d'une source sous le roc),

Comment auraient-ils su

Que leur cri, leur blasphème ou leur chant

Et ce silence qui n'est pas en eux silence

Mais rumeur sans rives des paroles tues,

C'était cela leur commune fortune.

Leur véritable capitaine

Avec le sang maternel qui survivrait ;

C'était cela, cette façon de dire : amour

Ou braise, ou pain, moisson, pervenche ou mort.

Cela, rien que cela qui dans les siècles,

Dans le trop vaste arpent, dans l'enclos

Avec eux sous la neige terré

Autour d'une image immobile de
Dieu,

Donnait et donnerait un nord à leur errance,

Au chemin du deuil sous les érables

Dans la forêt blanche essaimée de lacs,

Au cœur du désert du désarroi de l'âme humiliée.

Cela comme une voile et comme une oriflamme,

Appel de détresse ou claquement de fierté,

Accueil amer et gifle amoureuse à l'avenir,

Aile déchirée de l'autrefois et du futur

Sur ces navires où dans le noir ils sommeillaient

Les bûcherons, les feuillardiers, les laboureurs,

Tous miséreux ou seigneurs, orphelins

À jamais sans le savoir, de leur lieu.

Patrie ma langue, ma mère sur les navires dans le vent.

La voix, la blondeur, le bleu,

Aile soyeuse du sourire,

La chevelure-ciel, la chevelure-fleuve.

La douce odeur sans faille

Veille un portrait du vainqueur exilé

Sous l'arabesque ciselée des armes.

Enfance, au loin la guerre, enfance close.

Mère blonde, bleue, femme première

Dans l'ombre tendre de sa mère,

Ô femme double, émerveillée

Pour ce prince rieur au plus fort du carnage.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Georges Emmanuel Clancier
(1914 - ?)
 
  Georges Emmanuel Clancier - Portrait  
 
Portrait de Georges Emmanuel Clancier


La vie et l'Œuvre de georges-emmanuel clancier

1914
Naissance à Limoges le 3 mai. Famille limousine de paysans, d'artisans et d'ouvriers porcelainiers. Le père, officier d'infanterie pendant la guerre, devient, la paix revenue, agent commercial.