Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

Sonnet viii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Etienne Jodelle





Pour estre estremement esfrontée
Putain,
Pour aller rechercher ça et là ses foutées,
Produire à un chascun ses cuisses eshontées,
Et s'en faire donner pour un morceau de pain ;



Avoir dedan le
Con l'insatiable faim
Du foutre naturel, et luy estant ostées
Des ses
Paillards recreux les
Couilles effoutées,
Se faire un
Vit par art et se foutre à la main :



Tout cela n'est qu'honneur.
L'honneur est héroïque,
D'estre chaude, lassive, impudique, lubrique,
Et d'estre à tous venans la pute et le bordeau.



J'excuse tout cela qu'en nature consiste,

Mais de prester le
Cul au bougre sodomiste,
Ha, ma foy ! par ma foy ! cet acte n'est pas beau !










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd