Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

J'ayme le verd laurier, dont l'hyver ny la glace - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Etienne Jodelle





J'ayme le verd laurier, dont l'hyver ny la glace
N'effacent la verdeur en tout victorieuse,
Monstrant l'éternité à jamais bien heureuse
Que le temps, ny la mort ne change ny efface.



J'aime du hous aussi la tousjours verte face,
Les poignans eguillons de sa fueille espineuse :
J'aime le lierre aussi, et sa branche amoureuse
Qui le chesne ou le mur estroitement embrasse.



J'aime bien tous ces trois, qui toujours verds ressemblent
Aux pensers immortels, qui dedans moy s'assemblent,
De toy que nuict et jour j'idolâtre, j'adore :



Mais ma playe, et pointure, et le
Nœu qui me serre,
Et plus verte, et poignante, et plus estroit encore
Que n'est le verd laurier, ny le hous, ny le lierre.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd