Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

élégie 1 - Élégie


Élégie / Poémes d'Etienne Jodelle





Madame, si jamais ma douce liberté

Dessous ta dure main esclave n'eût été,

Si t'aimant seulement d'une fausse apparence

Je n'eusse été captif au vrai sous ta puissance,

Etant en ton endroit feint et de double cœur

Plutôt que vrai ami et loyal serviteur,

Et si sans me piquer et sans jamais me prendre,

J'eusse voulu tâcher amoureuse te rendre,

Toujours feignant beaucoup et n'aimant que fort peu,

Brûler dedans la glace, et glacer dans le feu,

Ha ! je serais encor bienheureux en ta grâce

Comme j'étais avant que si fort je t'aimasse !

Ou ne serais à toi si fort assujetti

Que je ne puisse prendre ailleurs autre parti

Ains demeurant toujours mon cœur en sa franchise,

Sans que j'eusse été pris, je te tiendrais éprise.



Mais d'autant que j'ai mis sans fard, sans fiction,
En toi seule mon cœur et mon affection
D'autant que je me suis d'un cœur trop volontaire
Rendu à toi captif plus que n'est le forfaire,
Et que tu as connu que je n'avais en moi
Autre espoir, autre amour, autre désir qu'en toi,



Tu as soudain de moi détourné ton courage,
Et ce qui te devait encore davantage
Emouvoir à l'amour et ton cœur enflammer,
Cela t'a fait du tout délaisser à m'aimer.



En toi qui paravant m'étais si favorable,

J'ai vu un changement si bizarre et muable

Que de ton feu premier je n'ai point aperçu

Rien que la cendre morte en la place du feu ;

Et ce qui t'a ainsi légèrement changée,

Ce dont tu t'es sentie être plus outragée,

Et ce qu'à mon amour m'a fait un plus grand tort,

N'est sinon mon amour trop ardent et trop fort.

Si je t'eusse porté l'amitié froide et lente,

La tienne en eût été beaucoup plus violente,

Si bien que sans aimer j'eusse aisément acquis

Ton amour, qu'en aimant acquérir je ne puis :

Et si j'eusse voulu dissimuler et feindre

D'un cœur traître et méchant et d'un parler non

moindre,
Je n'eusse été de toi aimé tant seulement
Mais je t'eusse trompée aussi, bien aisément.



Je sais ce que l'on dit, je sais ce qu'il faut faire
Pour pouvoir lâchement les courages attraire ;
Je sais la sotte ruse, le langage commun,
Et les traits décevants desquels use un chacun,
Qu'il ne faut que jamais l'amant se passionne,
Et que pour être aimé il ne s'affectionne.
Je crois bien que cela peut entrer dans le cœur
D'un lâche, d'un méchant, d'un traître, et d'un trompeur ;



Mais moi qui ne suis né avec si méchante âme,
Qui te voulais aimer et non tromper, ma
Dame,
Je pensais conserver ton amour par amour
Et non pour te brasser et faire un méchant tour,
Et croyais, en suivant la loi de la
Nature,
Que l'amour de l'amour reçût sa nourriture.



Mais quoi ? je ne te fus jamais si odieux

Qu'en ce temps (ô bon
Dieu) que je t'aimais le mieux

Je sais que rien en moi ne t'a pu tant déplaire

Que tout ce que l'amour me contraignait à faire :

La peur, la jalousie, et les mortels soupçons,

Que tu nommais en moi si mauvaises façons,

Qui te déplaisaient tant, n'était-ce l'Amour même

Qui causait en mon cœur ses furies extrêmes ?

Et si je n'eusse été d'Amour époinçonné,

Je n'eusse aussi de toi rien craint ni soupçonné.

J'en avais bien raison : car déjà toi, légère,

Commençais à changer ta volonté première,

Et si mal satisfaire à l'amour mutuel

Que tu n'avais plaisir qu'à me donner martel.



Que si lors j'eusse été quelque trompeur ou traître,
J'eusse bien fait semblant de rien n'y reconnaître ;
Mais me sentant ainsi moquer et outrager,
J'eusse épié le temps propre pour m'en venger ;
Je ne l'ai pas voulu, et pour toute vengeance
Je ne t'ai rien caché ni passé sous silence ;
Et t'ayant découvert mon amour librement,
La crainte et le soupçon d'où venait mon tourment,



Je n'ai vu que l'amour et mon libre langage
Qui t'aient hors de moi diverti le courage.
Et si c'était
Amour qui sans dissimuler
Conduisait mes façons et me faisait parler,
Alors que ma façon t'a été déplaisante ?

Mon amour t'a déplu, sans fard, trop violente,
Car ma voix et mon geste étaient tant seulement
D'une si grande amour l'organe et l'instrument.



Donques pour bien aimer je suis hors de ta grâce ?
Et donques mon amour de ton amour me chasse ?
O destin malheureux ! ô dure cruauté !
Malheureux fut le jour que je vis ta beauté,
Malheureux fut le lieu de notre connaissance,
Et moi plus malheureux d'être sous ta puissance.



Car je ne puis,
Madame, ores me délier,

Je ne te puis laisser, je ne puis l'oublier,

Et malgré tes rigueurs cruelles et étranges,

Je ne te puis changer, encor que tu me changes :

Il ne peut dans mon cœur entrer autre que toi,

Et toujours solitaire à part je ramentois

Tes gracieux propos, et le privé langage

Que tu tenais avant que changer de courage.

Il me souvient encor du bien et du bonheur

Que j'avais tous les jours recevant ta faveur,

Quand ta main me serrant d'une étroite caresse

Me faisait les serments d'une sainte promesse,

Ou alors que ton bras, en gage de ta foi,

Tant amoureusement s'étendait dessus moi,

Ou quand ton ris, ton œil, et tes lèvres vermeilles

Doucement me baisant me promettaient merveilles,



Ou bien en ce temps-là que je chassais d'autour
De toi ceux qui venaient pour te faire l'amour.



Ah ! que ne suis-je mort en ce temps-là,
Madame,
Que nous étions tous deux esprits de même flamme,
N'étant pas moins aimé que j'étais amoureux !
Ah ! que je fusse mort content et bienheureux !



Je n'aurais vu au temps de ma grande espérance,

De ton plus grand amour et plus grande assurance,

Où plus je devais être en ta foi assuré,

Un autre ami à moi si soudain préféré,

Ni je ne t'aurais vue, d'un cœur parjure et traître,

A moi, ton serviteur, telle faute commettre.

O qui serait celui qui, de ce souvenir,

De point ne larmoyer se pourrait contenir ?

Je dépite le
Ciel, la
Fortune cruelle,

Le destin, et le sort, qui pour être fidèle

M'ordonnent maintenant d'endurer plus grand mal

Que si j'avais été parjure et déloyal.

Je dépite l'Enfer, car il n'est pas possible

De me faire souffrir un tourment plus horrible,

Pour le juste loyer d'un damnable forfait,

Que celui que je sens pour avoir satisfait

Au devoir, à l'amour, et à cette promesse

Que je dois, que je porte, et garde à ma maîtresse ;

Et faut, sans trouver foi en elle, ni amour,

Que je lui sois fidèle et l'aime sans séjour ;

Et que sans nul espoir de recouvrer sa grâce,

En ce cruel enfer ma jeunesse se passe

Sans pouvoir relier ma déjointe moitié,

Ni sans pouvoir ailleurs chercher d'autre amitié.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd