Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

Didon se sacrifiant - Poéme


Poéme / Poémes d'Etienne Jodelle





L'Amour, qui tient l'âme saisie,
N'est qu'une seule frénésie,

Non une déité,
Qui, comme celui qui travaille
D'un chaud mal, poinçonne et tenaille

Un esprit tourmenté.

Celui dont telle fièvre ardente
La mémoire et le sens tourmente

Souffre sans savoir quoi :
Et sans qu'aucun tort on lui fasse,
Il combat, il crie, il menace,

Seulement contre soi.

Son œil de tout objet se fâche,
Sa langue n'a point de relâche,

Son désir de raison :
Ore il connaît sa faute, et ore
Sa peine le raveugle encore,

Fuyant sa guérison.



Tel est l'Amour, telle est la peste
Qu'il faut que toute âme déteste :

Car lorsqu'il est plus doux
Il n'apporte que servitude,
Et apporte quand il est rude

Toujours la mort sur nous.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd