Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Jodelle

à son livre - élégie - Élégie


Élégie / Poémes d'Etienne Jodelle





L'infortuné
Nason les voulait, les livres qu'il envoyait
Du pôle glacé vers sa patrie, tels que la cour royale
Te verrait, puisque tu es un livre d'exilé, si toutefois l'exil
Ne m'était doux, si je n'étais parti
Par choix plutôt que chassé par la volonté d'un
Dieu et si,
Eloigné, je n'avais été à jamais rendu au
Dieu de
Claros.
Aussi va, sûr de toi et fier de tes tranches dorées

Bien que tu sois un presque rien de mon esprit.
Et, quoique faible, ne crains pas les yeux de l'Envie vorace
Car ils seront nombreux, ceux qui te défendront :
Déjà j'ai pu évoquer
Sophocle chaussé de cothurnes,
Le poète de
Smyrne, le
Sicilien, l'ancien de
Thrace ;
Le gai
Aristophane, et l'ombre amoureuse de
Philète,
Et même le lyrique de
Thèbes viendront à leur tour.
Devant eux jadis céda l'Envie, et elle cédera à leur rappel
Car mon art rend la vie lorsqu'il le veut.
Et si j'évoquais avec eux le
Pélide, et le fier
Ulysse,
Et
Alcide, et ceux que tous ils ont chantés ?



En sorte que, moi qui suis né pour l'art de
Beilone,
J'irais plaire aux
Rois en dépit des
Rois ?

Mais va d'abord, toi, et si tu réussis, ceux-là
T'apporteront de grands bienfaits, non du poison ;

Alors je te suivrai chez les
Rois, et alors
Apollon, le méprisé,
Mon compagnon d'exil, sera peut-être honoré.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Jodelle
(1532 - 1573)
 
  Etienne Jodelle - Portrait  
 
Portrait de Etienne Jodelle


Biographie / Œuvres

1532

Bibliographie

Poète et dramaturge français, l'une des gloires — mais la plus méconnue — de la Pléiade, Jodelle est aussi musicien, peintre, architecte, orateur et « vaillant aux armes ». Élève de Muret au collège de Boncourt, il fait jouer dès l'âge de vingt ans une pièce, Eugène, première tentative pour créer une comédie nationale. Jodelle semble avoir écrit une autre comédie, La Rencontre, qui, elle, est perd