Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

Les murs - Poéme


Poéme / Poémes d'Edouard Glissant





Les murs sont compagnons,

Posés toujours qu'ils sont pour le coude et la paume

Et dressés vers les yeux,

Ayant un peu de terre

Où confier leur bonté quand ils en ont excès

Et paraissant avoir prouvé leur innocence
A se trouver dans l'air tout en vivant de noir.

Bien des murs sont tachés

De mousse ou de lichen couleur des vagues

Qui à peine émergés

De l'eau tiède et du sel où vivre prend figure



Laissent de pierre à nu

Aussi gros que la plaie à ne pas trop montrer,

Plutôt chérir quand on est seul.

C'est dans les murs
Que sont les portes
Par où l'on peut entrer

Et par l'une
Arriver.

*

Ils ont affaire à l'air
Pour quelques distractions.

Le vent de mer y passe

En poussant dans le ciel et la chair des garçons,

Y porte feuille ou moucheron
Et la caresse.

Ils ont affaire aussi
A la pluie, aux lessives.

.
Mais le soleil
Est un pouvoir.



Les murs quand ils sont
Hauts,

Surtout ceux qui n'ont pas fenêtres et rideaux,

Qui ont traînées parfois de gris jaune et de noir

Dessous les cheminées,

Sont bons pour être écrans aux visions des passants
Qui n'y trouvent pas forme ni leçon,
Mais soupirail :

Un géant rouge a fait grand signe
Et sur les toits ses pieds vont vite.
C'est au ciel qu'il s'en prend,
C'est à l'été.
Il a du feu entre les bras.
Il a laissé tomber un astre ou un enfant.
Il dit :
Vengeance.
Il se rassoit.

C'était un pauvre.







Il y a du terrible dans le monde
Et ce sera

Un mur à travers champs, contre un prunier,
Auprès de la charrette et ses timons dans l'air,
Sous le soleil qui fait durer l'immensité.



Un mur qui n'aura pu
S'habituer

Et ne croit plus

Réduire l'espace à travers plaines.

*

Voir le dedans des murs
Ne nous est pas donné.

On a beau les casser,
Leur façade est montrée.

Bien sûr que c'est pareil
En nous et dans les murs,

Mais voir
Apaiserait.

Des murs
Sont laids.

Ils n'y auront pas mis
Du leur.



Faits pour cacher,
Pour empêcher,

Amidonnés parfois

De tessons de bouteilles.


Ils n'arrêteront pas
Les foules du triomphe.

Parfois les routes


Nous y allions pour le plaisir ou le devoir — Étaient bordées de murs.

Ils nous donnaient la verticale,
Du soleil blanc, la route encore
Et du loisir,

Mais ils nous séparaient

De la fraise attardée dans la fraîcheur du bois

Où toucher deux genoux

Qui ont tant de raisons de trembler sous les feuilles.

On ne serait pas tellement plus mal



Devenus le mur au bord de la place

Où les enfants jouent entre des vieillards,

Lui qui de toute la ville ne sait que la colère.


On pourrait devenir aussi

Un mur caché par le feuillage, à la campagne,

Pour être heureux.

*

Que peut un mur
Pour un blessé?

Et pourtant

Il en vient toujours dans les batailles

S'y adosser,

Comme si la mort ainsi
Permettait de mourir

Avec plus de loisir
Et quelque liberté.

*

Un homme

Est devenu jaloux des murs,



Et puis, têtu, c'est des racines
Qu'il ne peut plus se démêler.

II assoit à l'écart
Un corps habitué,

Exclut les portes,
Exclut le temps,
Voit dans le noir





Et dit : amour.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte