Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

Les charniers - Poéme


Poéme / Poémes d'Edouard Glissant





Passez entre les fleurs et regardez
Au bout du pré c'est le charnier.

Pas plus de cent, mais bien en tas,
Ventre d'insecte un peu géant
Avec des pieds à travers tout.

Le sexe est dit par les souliers,
Les regards ont coulé sans doute.


Eux aussi
Préféraient des fleurs.



A l'un des bords du charnier,
Légèrement en l'air et hardie,

Une jambe — de femme
Bien sûr —



Une jambe jeune
Avec un bas noir

Et une cuisse,
Une vraie,

Jeune — et rien,
Rien.

*

Le linge n'est pas

Ce qui pourrit le plus vite.

On en voit par là,
Durci de matières.

Il donne apparence

De chairs à cacher qui tiendraient encore.

*

Combien ont su pourquoi,
Combien sont morts sachant,
Combien n'ont pas su quoi?

Ceux qui auront pleuré,
Leurs yeux sont tout pareils,



C'est des trous dans des os
Ou c'est du plomb qui fond.

*

Ils ont dit oui
A la pourriture.

Ils ont accepté,

Ils nous ont quittés.

Nous n'avons rien à voir
Avec leur pourriture.

On va, autant qu'on peut,
Les séparer,

Mettre chacun d'eux
Dans un trou à lui,

Parce qu'ensemble

Ils font trop de silence contre le bruit.

Si ce n'était pas impossible,
Absolument,



On dirait une femme
Comblée par l'amour
Et qui va dormir.

Quand la bouche est ouverte
Ou bien ce qui en reste,

C'est qu'ils ont dû chanter.
Qu'ils ont crié victoire,

Ou c'est le maxillaire
Qui leur tombait de peur.


Peut-être par hasard
Et la terre est entrée.

Il y a des endroits où l'on ne sait plus
Si c'est la terre glaise ou si c'est la chair.

Et l'on est peureux que la terre, partout,
Soit pareille et colle.

*

Encore s'ils devenaient aussitôt
Des squelettes,



Aussi nets et durs
Que de vrais squelettes

Et pas cette masse
Avec la boue.

*

Lequel de nous voudrait
Se coucher parmi eux

Une heure, une heure ou deux,
Simplement pour l'hommage.

*

Où est la plaie
Qui fait réponse?

Où est la plaie
Des corps vivants?

Où est la plaie —
Pour qu'on la voie,

Qu'on la guérisse.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte