Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

La conquête - Poéme


Poéme / Poémes d'Edouard Glissant





Chaque vaisseau séduit sa baie silencieuse ; mystère de

sable. «
Battez la charge !
Frappez l'eau !
Clameurs, débroussaillez

la solitude vierge !
La
Forêt, au palanquin de sa tiédeur, nous bercera

d'amours, et de boissons nous guérira ! »
Amour ! ô beauté nue ! où sont les sentinelles ?
Voici que

paraissent les amants.
Ils ont, pour allouer l'or de la vierge, une balance ; et pour

tuer, ils sont peseurs de foudres.
Leur langage te sera viril, ô terre, ô femme éblouie, ton

sang rouge mêlé à ta glaise rouge.
Eux, épais avec leur barbe ! mais plus épaisse encore la

parole du capitaine !
Le pas de son cheval et la giclure de machete sont les mots

de son missel.
Il avance, il est mirage, ô profondeurs sacrées des mines

d'or et d'argent !

De baies en forêts, à la nue, puis aux villes, tu l'entends, le fier tonnerre.

Il marche, l'oracle l'annonce ; il te courtise.
Et son amour te crucifie.



II dit :

« Êtes-vous fée, dont j'ai connu les pierreries, et dont le

vent fut le sourire ?
Etes-vous cette flamme, au visage paisible, mais où le vent

tenait sa noce ?

Etes-vous ce désir, plus désirable que la femme de l'aurore, nue?

Etes-vous, dans ce chant de moi qui vous supplie, le chant de vous, enfin venue ?

O vierge ! vos amants, je les tuerai sans plus de rage ; avec soin.

Ils se parent de l'or de vos seins, ces bijoux m'embrasent !
Je fondrai l'or, la part de vous que je destine à mon baiser,
O vierge ! l'alchimiste de votre corps, le voici, soldat de foi,
Et qui vous aime d'un grand vent de folie et de sang, il est en vous !

Venez sur le rivage de votre âme !
Tendez vos trésors à vos

conquistadores ! »
Mais le rivage sommeillait dans son éternité.



Il dit :

«
Je vous supplie, venu d'ailleurs et de mes rêves, je veille.

Vos cheveux dans leur toison gardent l'émoi de mon

éternité, je chavire,
Mon nez saigne (pleur du désir) pendant que je monte vers

vous.
Ne soyez pas mystérieuse, à ce point de cacher les

merveilles de votre corps
Je veux descendre en vous aussi loin que la vie peut

permettre.
Vous, ne trahissez pas ce vieux désir, plus vieux que la

hardiesse du vieux monde !
Ah ! mon corps est tendu vers la cime de vos beautés, je

monte maintenant,
Condor de vos montagnes ; j'adore le serpent, votre fils

sacré !
Dans le linge de vos forêts j'égare mes doigts, je taille le

linge ;
Ne soyez pas silencieuse, ne soyez pas ainsi vêtue, je

tremble encore ! »
Mais la forêt bruissait dans son éternité.



Il dit :

«
Ces hommes, fils de chiennes, qui vous connurent avant

moi !
De quelle voix divine ont-ils tenu message de vous adorer ?

Quel est ce dieu,
Ou cet archange, qui leur fit licence de s'étendre sur la

belle ?
Connaissent-ils la joie du soir, lorsque la vigne luit de

ferveur jaune ?
Ont-ils langage d'amant tendre, qui caresse doucement,

avec des mots ?
Ont-ils visage d'amant terrible, qui n'a pas enlevé la

cuirasse ni les bottes ?
Connaissent-ils et l'une et l'autre face des choses, les deux

terres ?
Venez, venez ! je brûle et m'illumine d'un embrasement ;

volcan Épars sur les volcans inapaisés de vos hauteurs, qui comme

moi se meurent !
Ces hommes, pour vous avoir, je les tuerai jusqu'au

dernier !
C'est fait, voici leur sang. »
Et la montagne tressaillait dans son éternité.



Il dit :

«
Mon dieu est le seul dieu, mon désir est le seul désir!

Ils m'ont donné à vous, et vous à moi, dans une aurore de

combats,
De chair et de luxure et de divinités nouvelles !
Je descends,

coiffé d'azur, droit sur ma selle.
Vers la vallée où sont les villes, qui agrafent vos parures,

villes mortes !
Les voici, désertes!
O les peupler de flamme, où fond

l'argent !
Et si un homme vient, homme ancien qui vous connut bien

avant moi,
Qu'on le baptise et qu'on l'étrangle ! afin que l'âme en soit

gagnée
Lors que le corps pourrit en vous, mais loin de vous ! (Je

vous courtise, cavalier sale,
Moi ! dont le sang fut lave)...
Et s'il refuse l'eau qui nous

blanchit de ce péché, là sur son front,
Alors qu'on dresse, parmi l'or, la flamme juste d'un

bûcher ; qu'on le brûle ! »
Mais la ville pleurait, très douce, en son éternité.



Amour, tenace amour des étangs lapés d'air, où la chapelle

de lianes
Dans l'air qui monte et qui éclôt fait un visage, tendrement.
Où est la femme, le printemps ?
Où est son âme que

l'amant déchire
Et les rires et le sanglot de l'homme ivre d'une eau plus

pure,
Et l'or de ses mains baigne en la fontaine de liane, où les

coyotes pleurent ?
Tenace, urne de celle (après l'humble senteur de celle

abandonnée) qui est nouvelle élue,
Plus outre chaque fois, femme des rives, femme des

brousses, femme
De terres rouges, de volcans ; et puis sur le
Plateau où l'on

descend, femme des villes !
Plus outre, et c'est désir, le même chaque fois, de cette

chair qui se refuse, habile
En son horizon, corps noué...
O l'horizon jamais ne meurt,

jamais
Ne chavire d'étoiles qui détroussent le désir!... —
Et le

cheval avance, et le cavalier crie.



Il dit :

«
Fini de rire !
Je crie ton sexe dépenné où sont les mines de

métal frais.
Si belle, tu fus mon rêve, te voici ; de temple pour cacher

l'étoile, il n'en est plus.
Dénoue la face de ton antre !
Dénoue le fiel de l'horizon,

dénoue.
Par
Pizarre et par
Cortez !
Par tous les ventres de la nue ! et

par l'épée !
Plus une feuille qui ne soit marquée du sceau des

arquebuses !
Plus une pierre que n'ait pesée notre balance !
C'est justice.
Et si les
Indes ne sont pas de ce côté où tu te couches, que

m'importe !
Inde je te dirai.
Inde de l'Ouest : afin que je regagne mon

rêve.
Afin que rien ici ne soit perdu, de ce songe effaré !
L'image

est bonne, et je la garde.
Maintenant, lève-toi, nous chargerons les lourds vaisseaux. »
La femme se taisait, si belle, en son éternité.



Il dit :

«
Arrière, chose impure en ta limpidité !
A mes genoux,

femme sans corps !
Viens, je te donnerai, dans ma main de soldat et de prêtre

tout ensemble,

A boire l'air des profondeurs, à manger l'eau du ciel, et ses poissons !

Arrête !
Couvre là ta nudité, que je te voie, hôtesse rouge.
Choisis l'étoffe la plus rude, les parfums altiers, sans oublier l'or grège !

La chevelure de ton ciel, où cette étoile m'a conduit, j'en fais la tresse

Innombrable, et le lit de nos amours...
L'été nous prend, nous ouvre,

Toi fluide, moi de fièvre !
Ou est la mine, où les chariots,

et les spasmes ?
Chienne !
Je brûlerai midi sur ton ventre, et j'égorgerai
La brebis de chaque case, et violerai l'enfant de ta nuit

douce, pour ce rêve ! »
Mais la terre gardait, si nue, le vœu de son éternité.



Amour, tenace loi, nef de l'azur, et rêve du vieil aigle

menacé.

mystère, les bras sont gainés de sang noir, les victimes

fument, ans l'air absolu le désir marque la place au sexe inviolé, où

sont les mines.

s chevaux passent, marquant l'amble, et leurs naseaux

fouillent le sol, guettant la place. 1 n'est de ville ni d'azur, où le regard du dieu n'a laissé son

empreinte ! 'homme est ce dieu, quand il tue l'homme, ou l'humilie

d'eau sainte ; quand il pèse.
Il est cet aigle sur la femme, et cette femme lui convient, il

fond sur la déesse.
Il la cambre sur l'autel d'argent rehaussé d'or, mais ce dieu

tremble.
O terreurs !
Le jour brode à nouveau le chant d'aimer, pour la pucelle

dénudée, la rouge.
L'assaut recommence, en un brouillard propice à cet amour,

brouillard de sang !
Puis, un soir, le cheval secoue la nuit et considère la nuée

sans aigle ! —
L'homme est seul.
Ah ! il n'est plus que lui dans son amour si rouge.



Il dit :

«
Tu m'as leurré, femme de ce couchant !
O vertiges !
O trombes !

L'amant venu de loin, que peut-il boire encore, quelle

ardeur, ô lune ?
Je sais l'amour sauvage qui se dépeuple et déracine, c'est le

mien!
Tant de sueurs et tant de mers, pour à la fin cette

désolation !
O je demeure !
Et j'écartèlerai ta fiente de jaguars et de serpents!
Moi,

entré par la
Porte du
Soleil !
Je sais là-bas un peuple, dont je ferai commerce ; que

j'attellerai à ta mamelle.
Amour tenace, pour tes amants que j'ai tués, me mène où

sont les lourds poissons rampants.
Un peuple, ô femme, qui t'aura toute la nuit pour sa

douleur et son plaisir.
A l'aurore je gratterai l'écorce noire et ferai choir la rosée

secrète.
Afin que mon désir prenne forme durable !
Afin que le

matin m'appartienne, et la lune aussi ! »
Or la terre pleurait, sachant quelle est l'éternité.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte