Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Edouard Glissant

Biographie, œuvres de Edouard Glissant


Poésie / Poémes d'Edouard Glissant





Naissance: 21 septembre 1928 Sainte-Marie, Martinique
Décès: 3 février 2011 Paris

Édouard Glissant, est un écrivain, poète et essayiste français. « Le poète achemine la connaissance du monde dans son épaisseur et sa durée, l'envers lumineux de l'histoire qui a l'homme pour seul témoin. »

Fondateur des concepts d'« antillanité », de « créolisation » et de « tout-monde », il était « Distinguished Professor » en littérature française, à l'université de la Ville de New York et président de la mission de préfiguration d'un Centre français consacré à la traite, à l'esclavage et à leurs abolitions, le Comité pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.



Formé au lycée de Fort-de-France, Edouard Glissant continue ses études en Métropole à la Sorbonne. Il se spécialise en philosophie et en ethnologie au Musée de l'Homme. Poète dans l'âme, le jeune homme est très vite publié dans 'L' Anthologie de la poésie nouvelle' de Jean Paris et devient le symbole de la renaissance culturelle africaine. Son succès l'aide à devenir l'un des principaux collaborateurs de la revue Lettres nouvelles. En 1958, il publie son premier roman, 'La Lézarde' et remporte le prix Renaudot, consécration littéraire, publique et critique. Il co-fonde avec Paul Niger en 1959 le Front antillo-guyanais mais ses choix politiques ne sont pas du goût de tout le monde et Glissant est expulsé de Guadeloupe. Il réside alors en France et sort une pièce de théâtre : 'Monsieur Toussaint' en 1961 avant de réécrire un roman en 1964 'Le Quatrième siècle'. Un an après la sortie de son livre, il rentre en Martinique et crée un institut de recherche ainsi qu'une revue de sciences humaines, Acoma.

Il quitte l’Unesco en 1988 pour accepter la proposition qui lui est faite aux Etats-Unis, d’un poste de Distinguished Professor à l’Université de Louisiane (LSU, Lousiana State University, à Baton Rouge). Depuis longtemps déjà, il est passionné par la contiguïté des villes qu’il nomme « créoles » et par cette part créole justement de la Louisiane, qui occupe au Sud des Etats-Unis une position unique. Les reliquats de la langue créole parlée par les Cajuns le frappent beaucoup, ainsi que les traits culturels originaux de la région, et il organise des colloques interdisciplinaires pour dresser une sorte de trait d’union entre la Louisiane et les Antilles, à l’occasion desquels par exemple les conteurs créoles des deux rives se rencontrent.

L’enseignement, toujours, avec cette soif de la transmission, qui ne l’a pas quitté depuis l’IME : le contact avec les étudiants est particulièrement souple au sein des universités américaines, et la diffusion de son œuvre aux Etats-Unis n’est certainement pas étrangère à l’intérêt que suscite son enseignement, d’autant plus qu’il dirige au sein de l’université, le centre des études françaises et francophones

La terre inquiète (1954), Poétique de la relation (1990), Poèmes complets ( 1994), Introduction à une poétique du divers ( 1996), Traité du tout-monde (1997). Romancier, il est l'auteur de La lézarde (1958), Le quatrième siècle (1964), Malemort (1975), La case du commandeur (1981), Mahagony (1987), Tout-monde (1993).








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Edouard Glissant
(1928 - 2011)
 
  Edouard Glissant - Portrait  
 
Portrait de Edouard Glissant


Biographie / Œuvres

Mort le 3 février 2011 à l’âge de 82 ans, Edouard Glissant était bien plus qu’un grand écrivain, auteur notamment de La Lézarde (Prix Renaudot 1958), Le Sel noir, L’Intention politique, La Case du commandeur, Pays rêvé, pays réel, Tout-monde… Il était surtout l’inventeur et théoricien, à la pensée parfois assez complexe, d’au autre monde qu’il appelait le Tout-monde, nourri des écrits et des lutte