Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Clément Marot

Ballade de la passion de notre seigneur jesus-christ - Ballade


Ballade / Poémes d'Clément Marot





Le pélican de la forêt célique1

Entre ses faits tant beaux et nouvelets,

Après les cieux et l'ordre archangélique.

Voulue créer ses petits oiselets,

Puis s'envola, les laissa tous seulets,

Et leur donna, pour mieux sur la terre estre,

La grand'forêt de paradis terrestre,

D'arbres de vie amplement revêtue,

Plantés par lui, qu'on peut dite en tout estre

Le pélican, qui pour les siens se tue.



Mais cependant qu'en ramage musique
Chantent au bois comme rossignolets,
Un oiseleur cauteleux et inique
Les a déçus2 à glu, rets et filets ;
Dont sont bannis de jardins verdelets,
Car des hauts fruits trop voulurent repaître,
Par quoi en lieu sentant poudre et salpêtre
Par plusieurs ans mainte souffrance ont eue,
En attendant du beau lieu champêtre
Le pélican qui pour les siens se tue.



Pour eux mourut cet oisel déifique,

Car du haut bois, plein de saints angeiets,

Vola ça bas par charité pudique.

Où il trouva corbeaux très ords3 et laids,

Qui de son sang ont fait maints ruisselets,

Le tourmentant à dextre et à senestre,

Si que sa mort, comme l'on peut connaître

A ses petits a la vie rendue.

Ainsi leur fit sa bonté apparaître

Le pélican qui pour les siens se tue.



ENVOI

Les corbeaux sont ces juifs exilés,
Qui ont à tort les membres mutilés
Du pélican, c'est du seul
Dieu et maître.
Les oiselets sont humains qu'il fit naître ;
Et l'oiseleur, la serpente tortue
Qui les déçut leur faisant méconnaître
Le pélican, qui pour les siens se tue.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Clément Marot
(1496 - 1544)
 
  Clément Marot - Portrait  
 
Portrait de Clément Marot


Biographie

Clément Marot naquit à Cahors en 1496. Son père, grand poète rhétoriqueur, avait été le protégé d'Anne de Bretagne , femme de Louis XII. Page dès 1515, il se mêle à la joyeuse confrérie des Clercs de la Basoche, compose en 1515 le poème allégorique le Temple de Cupido et devient valet de chambre et secrétaire de Marguerite, duchesse d'Alençon, sœur du roi. Il rencontre chez elle des penseurs réfo

Chronologie


Événements historiques


Orientation bibliographique