Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Le livre des trois jugemens - Poéme


Poéme / Poémes d'Christine de Pisan





Bon
Seneschal de
Haynault, preux et sage.

Vaillant en fais et gentil de lignage,

Loyal, courtois de fait et de langage,

Duit et apris

De tous les biens qui en bon sont compris,

Par noblece de cuer soubsmis et pris

Es laz d'amours pour accroistre le pris

De vo noblece,

Sage a jugier du mal d'amours qui blece

Quelz sont les tours, soit en force ou foiblece,

Pour ce vous ay, chier
Sire, plein d'umblece,

Esleu a juge.

Car vo bon cuer bien sçay que le droit juge

Ou il affiert; pour ce vien a reffuge

A vous, ainsi comme ou temps du deluge

Qui tout noya

Le coulomb blanc a l'arche s'avoya,

La attendi tant que soleil roya,

Aucques ainsi mon cuer celle voye a

Prise sans faille

Pour le debat de certaine fermaille

Qu'aucuns amans beaulx de corps et de taille

Ont ensemble; si veullent que j'en taille

Le court ou long.

Mais je ne vi tel cas avenir onc

Et trop peu sçay pour en bien jugier, donc

Juge en soyez et je diray au long

Tout leur descort

De mot a mot, si com j'en ay record,

Et a voz diz en tous cas je m'accord.

Si feront ilz, car vostre bon record

Doit bien souffire.

Le premier cas, ainsi com j'oÿ dire,

Fu tel qu'il a en
France ou en l'Empire

Une dame si belle qu'a redire

Ne scet nul ame,

Sage, vaillant, prisiée et haulte dame,

Envoisiée, loyal de corps et d'ame,

Ou n'a meffait, reproche ne diffame:

Amer souloit

Un chevalier qui pour elle affoloit,

Avant qu'elle l'amast tant se doloit,

Ce disoit il, et mieux morir voloit

Qu'endurer plus

L'amoureux mal qui le rendait conclus,

Tant le tenoit morne, mat et reclus,

Ne fors la mort n'attendoit au surplus,

Se brief mercy

Elle n'avoit de lui qui d'amer si

En grief langueur estoit taint et noircy,

Dont pour secours lui requeroit mercy

D'umble vouloir.

Ainsi long temps l'oÿ plaindre et doloir,

Mais celle tout mettoit en nonchaloir;

Quanqu'il disoit pou lui pouoit valoir

Ains qu'elle amast

Lui ne ses fais, ne en riens se tournast

Devers
Pitié, ne secours lui donnast,

Ne que pour lui nul bon point ordenast,

Tant qu'en la fin

Loyal
Amour, qui sieult a la parfin

Aux vrays amans, qui aiment de cuer fin,

Faire secours et ayde, a celle fin

Qu'il fust amez,

Fist que
Pitié, par qui sont informez

Les gentilz cuers et pris et enfermez

Es laz d'Amours, fist tant qu'ami clamez

Fu de la belle,

Qu'Amours navra de l'ardent estincelle

Qui mainte dame et mainte damoyselle

Contraint d'amer, ou soit vesve ou pucelle

Ou d'autre guise;

Quant il lui plaist soubsmettre a sa devise

Qui qu'elle veult, riens n'est qu'elle n'atise.

Ainsi avint de celle en qui
Franchise

Fist ottroyer

Le nom d'ami a cil qui par proyer

Et bien amer ne le devoit noyer,

Car bien l'avoit desservi en loyer,

Comme il disoit.

Dont une fois a elle devisoit

En la priant du mal qui lui cuisoit

Elle eust pitié, se assez souffisoit

La grieve peine

Qu'il ot souffert, si disoit: «Dame, pleine

De grant doulçour et plus belle qu'Heleine,

Pour vous ay eu mainte dure sepmaine

Et maint meschief

Pour bien amer, et n'en suis pas a chief,

Ainçois croistra ma doulour de rechief:

Se reffusé suis de vous, par mon chief,

Je suis honnis.

Dame plaisant, sanz per com le phenis,

Desservi n'ay a tort estre punys;

Si ne soye maubaillis et honnis

Par escondit,

Doulce dame, ne de mon vueil desdit,

Mais m'acordez l'amour sans contredit

De vous, belle, car je vueil a vo dit

Moy gouverner.

Si me ferez comme droit roy regner

Se il vous plaist vostre amour moy donner,

Or en vueilliez en tous cas ordenner

A vo bon vueil.

Mais garison du mal dont je me dueil

Me promettent vo doulz riant vair oeil

Qui en joye font remuer mon vueil

Souventes fois,

Car leurs regards doulz, amoureux et cois,

Me garissent et blecent a la foiz

Si que ne sçay souvent ce que je fois.»

Par tel semblant

Se complaingnoit cil qui le cuer emblant,

A celle aloit par beaulz moz assemblant

Et tout estoit devant elle tremblant

Ou sembloit estre.

Adonc celle, qui sieult estre senestre

A son vouloir par reffus qui empestre

Aux vrays amans toute joye terrestre,

Lui dist: «Amis,

Je ne te vueil plus tenir si soubmis,

Car il est temps que tu soies remis

Es doulz soulas qui d'Amours sont promis,

Qui me commande

Que sans reffus a lui servir me rende.

Si j'ay meffait, que j'en paye l'amende

Et que guerdon du service te rende

Que tu as fait

A lui et moy, et je voy bien de fait

Que tu es mien, et de vray cuer parfait

M'aimes et crains, ne je ne cuid meffait

En toy trouver,

Car par long temps t'ay peü esprouver

Par quoy te puis bon et loyal prouver.

Pour ce m'amour t'otroy sanz plus rouver

A tousjours mais;

Car je ne cuid que tu ayes jamais

Desir d'avoir nul autre amoureux mais

Fors le mien cuer, car le tien m'est remais,

Ce sçay je bien.

Si suis tienne, tout aussi tu es mien,

Or soyes lié et ne pensez qu'a bien

Amours servir, et gayement te tien,

Mon doulz ami,

Car tout est tien le mien cuer sanz demi,

Si soies bon tout pour l'amour de mi,

Plus ne te plaing d'amours disant:
Aymi!

Mais soies lié.»

Adonc l'amant, qui ot esté lié

Par dur reffus qui l'ot contralié,

Devant sa dame se est humilié

A humble chiere

Et liement lui dist: «Ma dame chiere,

Que j'aim et craing et ay plus que riens chiere,

Dire ne doy qu'aye comparé chiere

Si doulce amour

Qui tant me vault qu'elle fait sanz demour

Mon povre cuer, en qui n'avoit humour

De nul plaisir, saillir hors de cremour

De desespoir,

Car par ce don d'or en avant j'espoir

Trop plus de bien que ne penses apoir,

Et le confort de si joyeux espoir

Bien doit garir

L'amoureux mal dont j'estoye au mourir.

Et puis qu'ainsi me daignez secourir

Je prie a
Dieu qu'il le me doint merir,

Ma dame gente

Que je mercy de toute mon entente,

Et vous promet que jamais autre attente

N'aray qu'a vous servir, car doulce rente

M'en payera;

C'est la doulceur qu'Amours m'envoyera

En vous servant, qui me convoyera

A haulte honneur et me ravoyera

A tous bons fais.»

Ainsi l'amant de cuer lié et reffais

La mercia et promist que tous fais,

Foibles ou fors, et deust estre deffais,

Il porteroit

Pour sienne amour ne ja n'arresteroit

Mais qu'ou païs ou la dame seroit,

Fors pour honneur conquerre ou il pourroit

Et pour vaillance

Yroit il hors; ja n'en eüst deuillance

Par son congié, mais de lui sanz faillance

Nouvelle aroit.
Ainsi sa bienvueillance

Garder vouloit

Cil qui si lié qu'a pou qu'il ne voloit

Sembloit qu'il fust, ne plus ne se douloit

Et plus joyeux seroit qu'il ne souloit

Comme il promist,

Et tout sembloit que de joye fremist.

A brief parler, l'un a l'autre soubmist

Tout cuer et corps et sus le livre mist

Chascun sa main,

Et par serment promistrent main a main

Que loyaulté tendroient soir et main;

Sans attendre du soir a lendemain

S'entreverroyent

A tousjours mais, tout le plus qu'ilz porroyent,

Honneur gardant, et tousjours s'aimeroient

De vraye amour ne ja ne fausseroient

Jour de leur vie.

Et ainsi fut ycelle amour plevie

Et bien sembloit que l'amant n'eust envie

Fors que par lui la dame fust servie

D'umble courage,

Et promettoit en lui faisant hommage

Qu'a tousjours mais seroit en son servage

Et que s'amour comme droit heritage

Vouloit garder.

Ainsi promist, mais j'oÿ recorder

Qu'autrement fist sanz longuement tarder

Et son faulz cuer, que l'en devroit larder,

Tost se changa

Et pou a pou d'ycelle s'estrangia

Qui tant l'amoit qu'a pou vive enraga

Pour son maintien qui trop la domaga,

Si com j'entens;

Non pas troys moys mais encor moins de temps

Cellui l'ama qui fu pou arrestans

En celle amour, si vous diray par temps

Qu'il en avint:

La dame, qui pour lui pale devint,

Maigre et lasse, car toudis lui souvint

Du doulent jour qu'elle sienne devint,

Si ne pouoit

Cil oublier a qui donné avoit

Tout cuer et corps et de certain savoit,

Dont la lasse toute vive desvoit,

Qu'il n'amoit mie

Elle en nul cas; car heure ne demie

Ne peu n'assez celle qui fu blesmie

Pour sienne amour et que dame et amie

Souloit clamer,

N'enjoÿssoit, ne nul semblant d'amer

Ne lui monstroit, n'en recepvoit qu'amer.

Et ce faisoit la doulente pasmer

Qu'il avenoit

Que cil, a qui moult peu en souvenoit,

Aucunes fois devers elle venoit

Parce qu'elle du mander ne finoit;

La lasse adonc,

Pleine de plour et de griefs souspirs dont

Son cuer fondoit, lui disoit: «Lasse! et dont

Mourray je ainsi, car, se
Dieu me pardont,

Ne puis plus vivre

Se je ne suis de ce meschief delivre.

Et je vous jur et promet sur le livre

Que je ne sçay ou je suis ne qu'un' yvre,

Souvent avient.

Hé las! amis, nostre amour que devient!

Je muir de dueil certes quant me souvient

Que si tost fault, mais par moy pas n'avient.

Et qui vous meut!

Ne voyés vous comment mon cuer se deult

Et je ne sçay que le vostre se veult!

Mais je voy bien que moult petit recueult

En soy mes larmes;

Si soit mon fait exemple a toutes dames

De croire pou ceulz qui jurent leurs ames,

Car ce n'est tout fors pour decepvoir femmes.

C'est fole attente,

Beau doulz ami, et se je me guermente

Ne pensez vous, que je soye doulente

Quant ne vous voy ne en chemin n'en sente

Ne autre part,

Ne nouvelles n'en oy, dont mon cuer part,

Dont je puis bien de vous quitter ma part;

Je le voy bien, mais se avez a part

Autre pensée

Par quoy l'amour de moy en vous cessée

Soit et autre vous ayez en pensée

Et de tous poins la moye aiez cassée,

Ne le cellez,

Mais dites moy le fait, se vous voulez,

Car je ne sçay de quel mal vous dolez,

Mais devers moy ne venez ne alez,

Et se j'en mens,

Ce savez vous, non obstant les sermens

Que m'avez fais pleins de decevemens,

Qui me livrent au cuer trop de tourmens;

Mais c'est pechié

D'un pouvre cuer livrer a tel meschié

Et quant il est pris et fort atachié

De lui laissier durement empeschié.

Et dont me dittes

Se vous vouldriez de m'amour estre quittes

Et se j'aray tout mal pour mes merites,

Ou se voulez la valeur de deux mittes

Vous amender

Par devers moy qui ne fais que mander

Souvent vers vous sanz pou en amender,

Si m'en dittes, je vous pry, sanz tarder,

Trestout le voir.»

Ainsi souvent la dame son devoir

Faisoit vers cil qui n'en vouloit avoir

Nulle pitié, mais pour la decepvoir

Il s'excusoit

Qu'il avoit trop a faire et lui nuysoit

De mesdisans le parler qui cuisoit,

Mais en la fin promettoit et disoit

Qu'il la verroit

D'or en avant souvent quant il pourroit,

Mais non pour tant son honneur garderoit,

Mais jamais jour nul autre n'aimeroit.

Ce promettoit

Le desloyal qui en tous cas mentoit,

Et celle qui a lui se guermentoit

L'en croioit bien et du tout s'attendoit

Au mençongier;

Car fole amour fait croire de legier.

Ainsi parfois lui faisoit alegier

Son grief tourment ou par son messagier

Lui envoyer,

Mais moult souvent avoit petit loier

Celle qu'amours faisoit si foloier,

Si se pouoit en douleur desvoier

S'elle vouloit;

Car moult petit a cellui en chaloit

Qui pas souvent a elle ne parloit

Ne vers elle ne venoit ne aloit

Et qui loisir

Avoit assez, mais qu'il y eust plaisir

Et qu'il voulsist point et heure choisir,

Mais n'y avoit ne amour ne desir.

Ainsi dura

Troys ans ou plus, ainsi com me jura

Celle qui tant de maulz en endura

Que je ne sçay comment elle dura

Sans la mort traire,

Si ne pouoit son cuer de cil retraire

Qui par nul tour elle ne pot attraire.

Ainsi vesqui en dueil et en contraire

Un grant termine,

Mais il n'est riens ou monde qui ne fine

Et malade quiert par droit medecine,

Si commença pou a pou la racine

A estrangier

De celle amour qui la tint en dongier,

Dont ot perdu repos, boire et mengier;

Si n'envoya plus vers lui messagier,

Et de tous poins

Le frain aux dens et la bride a deux poings

Elle saisi, et de près et de loings,

Pour s'en oster, tant qu'elle vint aux poins

Qu'elle vouloit;

Et par raison, qui pas ne lui celoit

Que folement pour cellui se douloit

Qui de son fait en riens ne lui chaloit,

Si s'en osta,

Mais du faire mie ne se hasta,

Ainçoys long temps en l'amour arresta

Qui maint meschief et mal lui apresta,

Et a tant vint

La dame, a qui yceste chose avint,

Que le sien cuer a raison se revint

Et assez pou de cellui lui souvint

Qui l'ot deceue,

Dont elle avoit mainte douleur receue,

Tout se fust elle assez tart aperceue,

Mais plus cellui n'yra a sa sceüe

Ou elle soit.

Si avint cas comme elle devisoit

Qu'un autre amant durement la pressoit

Qu'il fust amez et souvent lui disoit

Qu'il l'amoit tant

Qu'a toujours mais seroit sien, mais pour tant

De quanque cil lui aloit promettant

Ne lui chaloit en riens, mais non obstant

Sans amesir

Cil ne finoit de lui faire plaisir

Ne pour reffus ne cessoit son desir,

Ains lui disoit que, sans autre choisir,

Son vray amant

A tousjours mais seroit en elle amant,

Ferme et loyal com pierre d'aÿmant.

Ou que cil fust
François ou
Alemant

Ou d'autre part,

Toudis avoit son penser celle part

Ne de tous biens, pour en choisir sa part,

Autre soulas, n'en publique n'a part,

Ne desiroit,

Comme il disoit; et aussi y parroit,

Car par le fait tout le vray apparoit

Que cil l'amoit, car il ne reparoit

Ne mais es lieux

Ou peust veoir la trés belle aux beaulz yeulz,

Qu'il aouroit et servoit comme
Dieux,

Se ce n'estoit es places ou de mieulz

Quant a valour

Li peust venir, car pour nulle doulour

Qu'amours lui fist, ou fust sanz ou folour,

Ne s'arrestoit quant il avoit coulour

D'aler de hors

Pour esprouver en vaillance son corps,

Car en honneur estoit tous ses depors.

Mais bien cuida pour amours estre mors

Ains que pitié

Celle eust de lui, pour laquelle amistié

Malade en fu long temps et dehaitié

Ains que pour lui eust pensé n'apointié

Nul bon accord;

Car la dame toudis avoit record

Du faulz amant, par qui si grant descord

Fu en son cuer qu'a pou en receupt mort;

Si n'ot besoing

De jamais jour ne de près ne de loing

Nul homme amer, car elle avoit tesmoing

Que mal venoit et meschief de tel soing,

Et pour ce attraire

Ne vouloit plus si penible contraire.

Si n'en pouoit l'amant nullement traire

Fors escondit, mais pour tant s'en retraire

Ne voult il mie

N'ycelle amour remesse n'endormie

Ne fu en lui, ains com dame et amie

Il la servoit, ne heure ne demie

Il n'arrestoit

Que ou service d'elle, ou pou conquestoit

Et moult de ses paroles y gastoit,

Mais non pour tant souvent l'amonnestoit

De sa besoingne.

Ainsi long temps dura par mainte alongne

Cest' affaire, com la dame tesmoingne;

Mais il n'est riens qui bien s'en enbesogne

Que on n'achiefve

Ne si pesant fardel que l'en ne lieve.

Au vray du fait dire en parole briefve,

Cil tant l'ama, quoi qu'il eust peine grieve

Et tant servi

De vray loyal cuer, subgiet asservi,

Que par raison il avoit desservi,

Qu'il ne fust pas de joye desservi

Mais guerdonnez

Et que le don d'ami lui fust donnez;

Car tant s'estoit doulcement ordonnez

En elle amant et pour elle penez

Qu'apercevoir

Que il l'amoit de cuer sanz decepvoir

Elle pouoit, tant faisoit son devoir

D'elle servir, et si, qu'a dire voir,

Tort lui feïst

Se pitié n'eust de lui, se
Dieux m'aïst,

Car n'estoit droit que son servant haïst

Ne qu'en reffus le sien cuer envaïst

Par fel dongier.

Alors
Amours, qui sieult assouagier

Les maulx crueulx qu'en ceulz fait hebergier

Qui le servent, voult adonc alegier

Les griefs anuys

Qu'il eut souffert par maintes dures nuys,

Dont son las cuer estoit de joye vuis;

Si fist
Pitié a
Secours ouvrir l'uis

De
Reconfort,

Si ne pot plus souffrir la dame au fort

Tenir l'amant en si grief desconfort,

Car bien savoit qu'il n'estoit riens si fort

Comme il l'amoit.

Adonc un jour l'amant se reclamoit

De ses douleurs a celle qu'il cremoit,

Piteusement de l'amour l'informoit

Qui l'ot surpris

Par sa beaulté, a qui se rendoit pris,

Et pour son los, la grace et le hault pris

Dont elle estoit, si ne l'ait en despris

Par desdaingnier.

Et adonc celle, ou il n'ot qu'enseignier,

Qui tout veoit l'amant en plours baignier,

Vid qu'en sa mort ne pouoit riens gaigner,

Si le retint

Pour son amant, ainsi qu'il apertint.

Et lui, qui fu loyal, si se contint

Devers celle qui son cuer ot et tint

Qu'elle l'ama

De tout son cuer et ami le clama.

Ainsi l'amant promist et afferma

Qu'il l'aimeroit, et elle conferma

Tout cest affaire,

Ainsi promist et ainsi le voult faire;

Quar il l'ama loyaument sanz meffaire

Si bien, si bel qu'il n'y ot que reffaire

Par long espace,

Et non obstant que tel amour tost passe

Souventes fois cil sembla le toupase

Qui de verdeur et de clarté trespasse

Toute autre pierre.

Ainsi toudis fu en lui plus vert que yerre

Ycelle amour qu'il n'ot pas, par saint
Pierre,

Tost acquise n'emblée comme lierre

Qui moult tost emble.

Ains y souffri maint grant grief, ce m'en semble,

Mais il n'est riens, quoy que descort dessemble,

Que vraye amour ne racorde et assemble

En un moment

Quant il lui plaist.
Ainsi trés loyaument

Li dui amant s'amerent longuement

Sanz nul descord et sans decepvement

En tel plaisir

Que leurs deux cuers n'avoyent qu'un desir:

Ce qui plaisoit a l'un ja desplaisir

Ne peüst estre a l'autre, ne choisir

Aultre solas

Ne voulsissent qu'estre ensemble, et ja las

Ilz n'en fussent, car tous deux d'un seul las

Furent lié, plaisant, sans dire, hé las!

Et ainsi furent

Par moult long temps, mais maint scevent et sceurent

Que faulz parleurs sur les amans murmurent;

Si leur avint que mesdisans s'esmurent

A parler d'eulx

Pour les semblans qu'ilz choisirent es deux,

Dont ilz orent au cuer pesance et deulx.

Si ne porent si souvent estre seulz

A leur deport

Com souloient, si furent a dur port

Lors arrivé, ou peu orent deport,

Et raconté fu par mauvais raport

Et par envie

Au faulz amant premier toute leur vie

Et tout comment la dame fu servie

Du vray amant, a qui elle eut plevie

E toute assise

L'amour d'elle du tout a sa devise.

Et quant cellui ot bien par mainte guise

La verité toute sceue et enquise,

Lors a quis voye

Qu'il peust parler, en chemin ou en voye

Ou en secret si que nul ne le voye,

A celle a qui un messagier envoye

En lui priant,

Moult chierement, non mie en mescriant,

Que parler puist a elle, et detriant

Ne voit le jour.
Lors celle en sousriant

A pris journée

A y parler par une matinée,

Et quant furent en la place ordonnée

Adonc cellui a la dame arresnée

Par tel maintien:

«Dame certes, ne cuidasse pour rien

Que vostre cuer, que disiez estre mien,

Daignast jamais consentir fors que bien.

Ne que fausser

Vous daignissiez en fait ne en penser,

Tant vous sceüst nul autre amant presser,

Que voulsissiez vostre serment casser

Ne loyaulté

Que vous avez brisiée et feaulté.

Si prise pou tel grace et tel beaulté

Ou il n'a foy, car serment sur l'auté

Et sur les saints

Me jurastes
Dieu, sa mere et les saints,

Que jamais jour vostre cuer n'yert desçains

De moye amour, dont il estoit enceins,

Ce disiez vous,

Et seroye vo loyal ami doulz,

Et ainsi fu accordé entre nous.

Mais or vous puis faulse par devant tous

Et parjurée

Prouver certes, et pou asseürée,

Puis qu'autre amour vous avez procurée;

Si est la foy que vous aviez jurée

Fausse sans doubte.»

Adonc respond celle et plus ne l'escoute:

«Beau sire
Dieux, je me merveille toute

De vostre fait et, s'oncques je vi goute,

Voicy merveilles:

Vous me cuidez par vo tabour aux veilles

Encor mener, mais jamais mes oreilles

N'escouteront telles ou les pareilles

Com voz paroles

Sont envers moy toudis toutes frivoles;

Car ne vous chault pas de deux poires moles

Se j'ay ami ou non, et telz bricoles

M'alez gitant,

Mais non pour tant vous en diray je tant

Que, se je l'ay, fausse ne suis pour tant.

Car vostre cuer fu premier consentant

De moy laissier

Et grans sermens feistes au commencier

Que jamais jour ne verroye plaissier

L'amour de vous qui trop a fait blecier

Mon cuer long temps,

Ce savez vous; si ne sçay ne n'entens

Comment, puis que vous estiez consentans

De m'esloingnier, que mon cuer arrestans

Y deüst estre

A tousjours mais a douleur si senestre,

Puis que veoir je pouoye vostre estre,

Car par l'oeuvre on doit louer le maistre;

Et grant injure

Vous m'avez dit de m'appeller parjure,

Car ne le suis, g'y mettroye gageure,

Car qui promet quoy que ce soit et jure

Se doit entendre

Cil qui reçoit le serment, s'il veult tendre

A loyaulté, qu'aussi doit il entendre

A desservir le bien qu'on li veult tendre

Et son devoir

Doit faire aussi; il est bon assavoir

Que qui promet pour quelque chose avoir,

Se il ne l'a, quitte doit estre voir

De son serment.

Ainsi a vous promis mon sacrement,

Voire en espoir que j'eusse entierement

L'amour de vous comme premierement

M'aviez promis.»

Adonc respond cellui: «Certes tost mis

M'ariez au bas, dame, et moult tost remis

Par voz raisons, mais de ce qu'entremis

Je me seroye

De soustenir, partout ou je seroie,

Par devant tous proposer oseroie.

Et pour ce di, car mentir n'en saroye,

Que vous avez

Vers moy faussé, et pour riens vous sauvez

De dire que certainement savez

Qu'en moy n'avoit amour, ainsi trouvez

Vostre excusance.

Car se vers vous tout a vostre ordennance

Je n'aloye, fust a feste ou a dance

Ou autre part, tout estoit en doubtance

De mesdisans,

Pour vostre honneur garder des moz cuisans

De leurs parlers, et, se fusse dix ans

Sans vous veoir, mais que obeïssans

Ne fusse mie

A autre amour ou de dame ou d'amie,

Ne deussiez vous ja heure ne demie

Pour tant fausser, mais a droitte escremie

D'amour entiere

Et loyaulté vraye en toute maniere

Vous bien garder.
Mais d'amour trop legiere

M'avez amé, bien en voy la maniere;

Pour ce redi

Que fausse estes, et de ce que je di

Le jugement devant le plus hardi

En ose attendre et tous ceulz contredi

Qui au contraire

Vouldront dire, ne vous vueille desplaire.»

Adonc respond la dame debonnaire:

«Or nous doint
Dieux vers loyal juge traire,

Mais voycy rage

Et merveilles que de vostre langage:

Qu'il soit ainsi qu'une dame en servage

Se soit mise en recevant l'omage

De son servant

Qu'elle cuidoit bon, loyal et fervent,

Si voit après qu'il la va desservant

De tout plaisir, ne il n'est desservant

Qu'amer le doye;

Et vous dittes qu'elle doit toutevoye

En celle amour se tenir ferme et coye,

Mais la raison n'en voy par nulle voye.

Pour ce consens

Que ce debat nous mettions en tous sens

Dessus loyal juge ou il ait sens,

Car nullement je ne voy ne ne sens

Vostre raison.»

Adonc pristrent congié, il fu saison,

Et s'entourna chascun en sa maison,

Et en escript chascun mist sa raison

Pour juge querre.

Après vindrent devers moy pour enquerre

Le mien avis, mais pou pourroye acquerre

De complaire a l'un pour avoir guerre

A la partie

Adversaire, pour ce m'en suis partie.

Et autressi ne sçay tout ou partie

De tel debat jugier, pou apertie

Y suis sans faille.

Pour ce,
Sire, la charge vous en baille,

Ne convient ja que querre autre juge aille

Pour les amans, chascun d'eulz me rebaille

Pouoir du faire,

Si sont d'acord que vous soit de l'affaire,

Car bien scevent qu'il n'y a que reffaire

En vostre bon, noble cuer, qui meffaire

Ne daigneroit;

Ce jugement, s'il vous plaist, selon droit

Vous jugerez.
Et encor or en droit

Deux autres cas diray ou il fauldroit

Donner sentence,

Et tout sur vous en est mise la tence

Et le descord.
Or vueil sans arrestance

Vous raconter, fust foiblece ou constance,

Ce qu'il avint

A deux amants beaulz et gens entre vint,

Loyaulz et bons, mais trop leur mesavint

Par
Fortune, dont chascun d'eulx devint

Morne et pensis:

Il n'a mie des ans encore six

Qu'une dame, en qui tous biens sont assis,

Un chevalier amoit sage et rassis,

Joenne et joly,

Et qui toute bonne tache ot o ly;

Et tout fust il mignot, cointe et poli,

Oncques encor fausseté n'amoli

Son bon courage,

Ce disoit il.
Aussi fu belle et sage

La dame, qui de cuer et de langage

Vaillant estoit et riche d'eritage.

Si s'entr' amoyent

Lui dui amant loyaument et clamoyent

L'un l'autre amour souvraine et ne cremoient

Fors mesdisans qui les amans esmoyent,

Et longuement

S'entr'amerent et si secretement

Que de leur fait ne fut grant parlement.

Si la servoit l'amant soingneusement

Comme il devoit.

Et celle qui entierement savoit

Que son ami loyaument la servoit

Le sien cuer tout entierement ravoit

En lui fichiés.

Si souffrirent tous deux mains griefs meschiez

Par trop amer qui les ot si fichiez

En grant desir qu'ilz furent tous sechiez

De souffrir peine;

Car grant
Amour, qui les amans demaine,

Trop durement mainte dure sepmaine

Leur fist avoir, car les amans a peine

Et a dongier

S'entreporent veoir, ne de legier

N'avenoit pas souvent, car dommagier

Ne vouloient honneur pour alegier

Leur grant desir.

Car tant fu vray l'amant que mieulz choisir

Voulsist la mort et tout meschief saisir

Que deshonneur ne riens qu'a desplaisir

Peust ja tourner

Envers celle, de qui tel atourner

Le voult
Amours qu'il ne savoit tourner

De nulle part ou il peust destourner

Ne mettre jus

Le grief fardel qu'il portoit sus et jus;

Et de trop plus griefve aigreur que verjus

Li ot
Amours destrempé et fait jus

Un divers boire

Qu'adès avoit en cuer et en memoire,

Tant en eut beu, non en coupe n'en voirre,

Qu'il en fut tout rempli, c'est chose voire

Et enyvré;

Et tel hanap a celle ot relivré

Loyal amour qui son cuer ot livré

A si dur point que jamais delivré

Ne s'en verra,

Car sans partir en ses las l'enserra

Amour ferme qui oncques jour n'erra

Vers loyaulté; si dit qu'elle querra

Coment qu'il soit

Voye et chemin, car trop fort l'angoissoit

Desir de cil veoir qui la pressoit

Qu'il la veïst, et ainsi l'oppressoit

De toutes pars

Amours,
Desir encor plus les deux pars

Le vray amant, dont souvent les espars

De ses doulz yeulz sur elle erent espars.

Si n'en pot plus

Celle souffrir en qui ot amours plus

Qu'en nul autre, tout fust son corps reclus

Par fel dongier qui rend amans conclus

Et desconfis.

Tant l'estraingnoit
Cupido d'Amours filz,

Qu'elle aouroit plus que le crucefilz,

Qu'elle trouva, fust domage ou proffis,

Au paraler

Voye comment a cellui peust parler

Que tant amoit que ne pouoit celer

La grant amour qui faisoit afoler

Son cuer sans doubte;

Car qui d'amours afole ne voit goute,

Ne nul peril ne meschief ne redoubte;

Ainsi celle, qui a l'amant fu toute,

Tant y mist peine

Qu'a son ami plus d'un jour la sepmaine,

Sans le sceü de personne mondaine,

Parloit souvent, tout fust de paour pleine

Et de grant crainte

Pour les perilz qui avienent a mainte

En si fait cas quant la chose est attainte,

Mais non pour tant tant fu d'amours contrainte

Qu'elle oublioit

Tout le meschief qu'avenir li pouoit.

Ainsi souvent son doulz ami veoit,

Si lui dura, si comme elle disoit,

Tout un esté

Ce trés doulz temps, mais
Fortune apresté

A mains meschiefs aux amans et esté

Leur contraire, et souvent a arresté

Tous leurs depors.

Ainsi adonc par desloyaulz rapors

Sceut le mari d'ycelle les accors

Des deux amans, tout le fait et les pors,

Le lieu, la place

Ou moult souvent, a qui qu'il en desplace,

S'assembloient; si dist qu'il fault qu'il face

Tant que tous deux les treuve face a face,

Comment qu'il aille.

Dont le mary, qui fu de laide taille

Ne en bonté ne valoit une maille,

Tant se muça ou en fain ou en paille

Qu'il esprouva

La verité et tous deux les trouva

En lieu secret, mais l'amant bien sauva

L'onneur d'elle par ce qu'il controuva

Bonne excusance,

Qu'il avoit loy, juste cause et aisance,

De y parler, ja n'en eust desplaisance,

Et lors trouva cas juste ou la semblance

Par quoy raison

Ot d'y parler en ycelle maison;

Si n'y ot mal, pechié; ne desraison,

Ja n'en doubtast, car en nulle saison

Ne vouldroit faire,

Ce disoit il, riens qui li deust desplaire.

Et le mary, pour sa deshonneur taire,

Faisoit semblant, quoy qu'il creust au contraire,

Qu'il creoit bien

Ce qu'il disoit; mais oncques puis n'ot bien

La dolente, car lors sur toute rien

Lui deffendi cellui, de mal merrien

Que bien gardast,

Que jamais jour en place n'arrestast

Ou cellui fust, et que ja ne doubtast

Que la vie du corps ne lui ostast

S'apercevoir

Pouoit jamais par sens ne par savoir

Qu'a lui parlast pour nul cas, recepvoir

Lui feroit mort; ce lui faisoit savoir

Par grant promesse.

Or fu tourné en doulente tristece

L'amoureux temps qui tenoit en leesce

Les deux amans, or ne voient adrece

Par nulle voye

De jamais jour avoir solas ne joye,

Tant ont doulour que vivre leur anoye,

Ne leurs piteux regrais tous ne saroye

Conter ne dire,

Ne le dur temps ne le crueux martire

Que la lasse dame ot, car tire a tire

Son dolent cuer fondoit comme la cire

En pleurs et lermes.

Mais non obstant toudis constans et fermes

Fu son las cuer en amours, dont li termes

Estoit la mort attendre, n'autres armes

N'avoit d'espoir

Qui gardassent encontre desespoir

Son dolent cuer, et cheoite y fust apoir

Se grant raison, qui en a le pouoir,

Ne l'eust gardée.

Et le dolent amant d'autel souldée

Refu payé; mais trop griefment fraudée

Fu la lasse, plus loyal que
Medée,

De ce que point

N'osoit faire semblant par nesun point

Du mal amer qui si au cuer la point.

Dont moult souvent se mettoit en tel point,

Quant seule estoit,

Qu'a pou ses jours et sa vie hastoit

Et son cler vis tout de larmes gastoit,

Mais en ce pleur moult petit conquestoit,

Car n'y ot tour

De son ami veoir, car une tour,

Forte de murs et close d'eaue autour,

Bien la gardoit, n'il n'y avoit destour

Ne voye aucune,

Fust en secret ou en voye commune,

De lui veoir, ne maniere nesune;

Dont moult souvent pleurant seule a la lune

Se complaignoit

A vraye
Amour que si la destregnoit.

Et d'aultre part l'amant ne se faignoit,

Ains en griefs plours le dolent tout baignoit,

En regraittant

La belle qui de savoureux biens tant

Faire li sieult, or en a autretant

De griefs doulours dont se va guermentant

Piteusement.

Mais non pour tant enquist soigneusement

D'elle en secret et paoureusement

Que le mary nel sceust aucunement,

Et par message

Bon et secret, certain, loyal et sage,

Lui escrisoit souventes fois la rage

Ou ot esté, puis que son doulz visage

Et son gent corps

Ne pot veoir, dont moult divers acords

Font en son cuer desir et les records

Des doulz soulas, dont lui souvient encors,

Qu'il a perdus;

Si s'en treuve dolent, mat, esperdus,

Et a tousjours yert du tout confondus

S'il ne la voit, et, deust estre pendus,

Fault qu'il la voye,

Et par escript tel complaint lui envoye:

«Dame sans per, le chemin et la voye

Qui a vie ou a mort me convoye,

Tout mon desir,

Tout mon espoir, sans qui je n'ay plaisir,

Celle qu'Amours desur toutes choisir

En remirant vo beaulté a loisir

Me fist, ma dame

Sage, vaillant, bonne sur toute femme,

Que j'aim et serfs et obeïs, par m'ame,

Plus qu'aultre riens, ne ne pourrait plus ame

Amer maistresse

Que je fais vous, si oyez la destrece

Ou suis pour vous qui si le cuer mestrece

Que je n'y voy fors de la mort l'adrece

Se ne vous voy,

Ma doulce amour, et tout vif me desvoy

Quant je pense qu'ay perdu le convoy

De vo doulz oeil; quant m'en souvient, avoy!

Je muir de dueil,

Belle plaisant, de ma joye le sueil,

Mon paradis terrestre, autre ne vueil,

Reconforter le mal que je recueil

Vous plaise, hé las!

Et que fera mon doloureux cuer las

Sans vous veoir, mon gracieux soulas.

Belle, bonne, qui me tient en ses las!

Or mettez peine

Que vous voye, ma dame souveraine,

S'il peut estre, car je vous acertaine

Que grant desir a desespoir me meine

Tant me destraint,

Et pour ce suis du requerir contraint;

Mais non pour tant mieulz vouldroie estre estraint

Jusqu'a la mort que cil qui a restraint

Noz doulz deduis,

C'est le jaloux de tout mal faire aduis,

Aperceüst qu'a vous servir suis duis

Ne qu'en appert ou en aucun reduis

A vous parlasse;

Non pas pour tant qu'en riens je le doublasse,

Mais tout pour vous, dame qui toutes passe,

De qui je vueil l'onneur en toute place

Tout mon vivant

Garder, chierir; mieulx morir en vivant

Vueil pour amer que ce qu'aille estrivant

A vostre honneur.
Dame, a qui suis servant,

Me pardonnez

Se j'ay requis secours, car certenez

Suis que par vous ne puet estre donnez

A moy qui suy a grant meschief menez,

Mais plus me poyse

De vostre mal, doulce dame courtoise,

Que du tourment qui si griefment me poise,

Car je sçay bien que, sanz mener grant noise,

Grant dueil portez,

Ne que en riens vous ne vous deportez

Sanz moy veoir, dont vous vous deportez

A grant peine, car vo cuer raportez

A loyaulté

Qui vous conduit en especiaulté,

Car sur toutes portez la reaulté

De vaillance, d'onneur et de beaulté,

Qui vous conduit,

Et tous les biens font en vous leur reduit.

Si ne pourriez pour loyaulté, qui duit

Vostre bon cuer, joye avoir ne deduit

Sans vostre ami;

Mais je vous pri, belle, pour qui gemy,

Que vous vueilliez, tout pour l'amour de mi,

Reconforter vo cuer qui sans demi

Est trestout mien

Et esperer qu'encor arons du bien

Maulgré le faulz, jaloux, desloyal chien!

Car par souffrir bonnement, vous di bien,

Le gaignerons,

Et l'eust juré, nous nous entr'amerons

Et a grant joye encore nous verrons

Et noz douleurs doulcement porterons

En esperant.

Si ne diray plus que j'aille mourant

Pour vous, belle, de qui en desirant

Nomme le nom souvent en souspirant;

Si vous tenez

Joyeusement, mais toudis maintenés

Foy, loyaulté, ne moy qui suis penez

Point n'obliez; s'ainsi vous ordennez

Mieulx en vauldrez

N'envers
Amours de riens ne deffauldrez,

Ainçois a voz desirs trop moins fauldrez

Par joye avoir, car par ce vous perdrez

Le faulz agait

Du desloial mary qui en agait

Est sans cesser, et, pour ce qu'en dehait

Vous voit, toudis a vous gaitier ne lait

Ne jour ne nuit.

Si confortez le mal qui si vous nuyt

En moy amant, ne ja ne vous anuyt

Un pou de temps qui ne demain n'anuyt

Ne passera,

Ma doulce amour ou mon cuer pensera

Tout mon vivant ne ja ne cessera

De vous aimer tant que trespassera

L'ame du corps.

Cent mille fois et plus, mes doulz depors,

Me recommand a vous et aux records

Doulz amoureux que vous arez encors

De voz amours,

Et pri a
Dieu par devotes clamours

Que vo gent corps, garni de bonnes mours,

En ce monde face long temps demours

Par bonne vie

Et puis après vostre ame soit ravie

Avecques
Dieu ou ciel, ou n'a envie,

Et de tous biens vous soiez assouvie

A tousjours mais.»

Ainsi l'amant, servi de divers mais,

Reconfortoit sa belle dame, mais

En son las cuer tous maulz furent remais.

Et puis la belle,

Qui conforter pour nesune nouvelle

L'amoureux mal, qui desoubz la mamelle

Trop l'angoissoit, ne pot, adoncques celle

Lui rescripsoit

Piteusement et ainsi devisoit:

«Beau doulz ami, en qui se deduisoit

Mon cuer a qui vous tout seul souffisoit

Pour seule amour

Depuis le jour qu'il receupt la clamour

De vo complaint, qui en lui fist demour,

Sachiez de vray, cil par qui en cremour

Vif en dongier,

Que j'aime tant qu'il n'est riens qu'estrangier

Peüst le mal qui me fait enragier,

Quant ne vous puis veoir riens alegier

Ne me pourroit

Et mon las cuer de dueil ainçois morroit

Qu'il s'esjoïst, car qui souvent orroit

Ses griefs complains grant pitié en aroit,

Ne il n'est dueil

Pareil au mien, ne je n'ay autre vueil

Fors de mourir et trop je me merveil

Coment je vif, car sanz cesser je veil

Ne ne repose.

Et ce qui m'est encor plus dure chose

C'est qu'il convient que ma dolour enclose

Porte en mon cuer, ne semblant faire n'ose

De mon meschief,

Ne je n'espoir jamais venir a chief

De cest anuy, car je ne voy bon chief

De vous veoir jamais, dont, par mon chief,

Je mourray d'yre!

Et ce sera briefment. vous l'orrez dire,

Et je desir que la mort hors me tire

De ce grief dueil qui trop mon cuer martire

Et mal demeine

Ma doulce amour, puis que je suis certaine

Qu'il n'y a tour jamais pour nulle peine

Que vous voye et plus que riens mondaine

Je vous desir.

Et comment donc pourroye avoir plaisir,

Dont me venroit quand je ne sçay choisir

Aultre soulas qui feïst amesir,

Pour nul avoir,

Mes griefs peines n'espoir ne puis avoir?

Car n'y a tour que peusse decepvoir

Ceulz qui bien font en tous cas leur devoir

De nous gaitier.

Trés doulz ami, si n'y a nul sentier

De vous veoir, n'en chemin, n'en moustier,

Ne autre part, si ne puis apointier

Nul autre tour.

Si en mettez vo cuer hors de tristour,

Laissiez a moy le duel faire en destour,

Et vous prenez en faucon ou oustour

Ou en deduit

De chace en bois, amis, vostre deduit,

Car a amant pour passer temps aduit.

En ce prenoit
Pyramus son reduit,

Ou temps jadis,

Quant pour rapors et desloyaulz mesdiz

La trés belle
Tysbé, en qui toudis

Fu son vray cuer, c'estoit son paradis,

Fu mise en mue,

Qui pour meschief oncques ne fu desmeue

De lui amer, car droit ne se remue

Qui bien aime ne change ne ne mue

Pour infortune.

Mon vray ami, je n'y sçay voye aucune

D'autre deport.
Dieux qui fist ciel et lune

Vous reconfort et moy qui par
Fortune

Suis mise au bas

Doint brief finer, car de tous les esbas

Quitte ma part et en plourant rabas

Tous mes soulas, ne vueil autre repas

Ne autre joye.»

Ainsi la dame a son ami renvoye

Ses griefs complains, ne n'y scet lieu ne voye

Que jamais jour par nesun tour le voye

Pour les agais

Des mesdisans qui plus que papegais

Vont barbetant et tousjours firent gais,

Si ne fu plus son corps jolis ne gais

Come ot esté.

Ainsi
Fortune ot tout mal apresté

Aux deux amans et tout leur bien osté,

Et ja par deux yvers et un esté

Enduré orent

Ces grans anuys, ne veoir ne se porent,

Tant traveillier ne pener ne s'i sçorent;

Dont tout l'espoir avoir perdu ilz dorent,

Comme il sembla

A l'amant qui gaires mais n'en troubla

Et avec gent plus souvent assembla

Qu'il n'ot apris et son corps affubla

Plus sur le gay;

Et tout ainsi com le cerf pour l'abay

Des chiens s'enfuit, qui l'ont mis en esmay,

Cil esloingna sa dame ou moys de may

Qui renouvele

Et oublia du tout en tout la belle

Ne n'envoya plus messagier vers elle,

Et accointa autre dame nouvelle

Que il ama

Tant et servi qu'a ami le clama

Ne l'autre plus en riens ne reclama.

Dont après moult l'en reprist et blasma

La premieraine

Qui bien un an après en fut certaine,

Dont li pesa si durement qu'a peine

N'en receupt mort, si n'ot mais tant de peine

Des agaitans

Comme el souloit, car toutes riens leur temps

Ont et saison, ne riens n'est arrestans

En un estat.
Et ainsi, com j'entens,

Un jour avint

Qu'en certain lieu cellui amant survint

Ou sa prime dame fu qui devint

Vermeille ou vis; quant le vid lui sovint

Du temps passé,

Dont ne fu pas de son cuer effacé

Le souvenir qu'Amours ot entassé

Si que jamais il n'en sera lassé,

Ains lui duroit

Tousjours l'amour dont mains maulz enduroit

Et de rechief durement souspiroit;

Si se pensa que a lui parleroit,

Car n'y ot gent

Mie foison, ne gaitte ne sergent

Qui en ce cas lui fussent domagent;

Si l'appella adonc et bel et gent,

Vers lui se trait

Et commença a lui dire en retrait:

«Ha! qui pensast en vous trouver faulz trait

Ne que pour riens fussiez jamais retrait

De moy amer

Ne qu'on vous peust faulz ne mauvais nommer!

Car tant de foys vous oÿ affermer

Que mieulz vouldriez estre noyé en mer

Que moy laissier

Ne loyaulté enfraindre ne froissier,

Et vous m'avez, dont moins vous doy prisier,

Deguerpie, si n'en puis apaisier

Mon cuer, par m'ame,

Et faulz estes d'avoir fait autre dame

Et desloyal vers moy!
C'est grant diffame

A vous certes a qui affiert grant blasme

D'avoir ce fait!»

Ainsi celle blasma cellui de fait;

Tout en plourant se complaint du tort fait

Qu'il a commis; mais il dit «que meffait

Il n'a vers elle

En nesun cas et a tort faulz l'appelle,

Ne d'autre amer, soit dame ou damoiselle,

Il n'a mespris et de son dit appelle

Par devant tous

Juges d'amours, et y fussent trestous,

Soubsmettre veult que son corps soit aux loups

Livré ou pris de malage ou de tous

S'il est jugié

Qu'il ait mespris ne qu'il soit estrangié

De loyaulté, non obstant que changié

Il ait dame sanz ce qu'il eust congié

D'elle du faire;

Devant juge ne pense mie a taire

Ces grans raisons et comment neccessaire

Il lui estoit de soy d'elle retraire

Et mesmement

Pour son honneur, car elle scet comment

Il ne pouoit la veoir nullement

Et le peril et grant encombrement

Ou ilz en furent,

Et mesdisans, qui encor en murmurent,

Tout ce tourment par faulz rapors esmurent,

Et telz parleurs aux amoureux procurent

Trop de meschief;

Et elle aussi lui manda de rechief

Que jamais jour ne porroit par nul chief

A lui parler ne en long temps n'en brief

Le veoir plus,

Dont longuement en fu morne et enclus,

Mais n'estoit droit qu'il se rendit reclus

A tousjours mais ou du tout fust desclus

De joye avoir;

Car sans amours ne pourroit recepvoir

Nul joenne cuer joye, a dire le voir.

Et doncques puis que pour nesun avoir

Ne la pouoit

Veoir, certes pourchacier se devoit

En autre part, pour ce mespris n'avoit,

Ce disoit il, du faire bien savoit;

Mais s'il espoir

D'elle veoir eüst eü apoir

Il eust mespris, mais elle en desespoir

Trop le mettoit, si n'avoit plus pouoir

De soustenir

La grant dolour qu'il lui falut tenir

Par trop long temps; doncques pour revenir

A reconfort li falu retenir

Dame nouvelle

Pour en avoir quelque bonne nouvelle,

Car par long temps il n'avoit receu d'elle

Fors que doulour; si a tort qui l'appelle

Faulz pour ce cas.»

Mais la dame qui ot le parler cas

Pour le grief plour, ou elle chut a cas,

Lui dist: «Certes ne vous fault advocas

Pour raconter

Vostre raison, mais je m'ose vanter

Que, se juge loyal veult escouter

Noz deux raisons, tort arez sanz doubter

Si com moy semble,

Car vostre cuer qui du mien se dessemble

Si n'a trouvé en moy riens qui ressemble

A fausseté depuis le jour qu'ensemble

Premier parlames.

Si n'avez droit, juge en fois toutes dames

Et tous amans loyaulz et sanz diffames,

Et si soustiens que vous n'avez deux drames

De cause bonne.

Si soit juge trouvé, bonne personne

Qui de noz cas tous deux nous araisonne.

Plus n'est mestier que je vous en sermonne,

Au jugement

Je m'en attens du tout entierement.»

Atant fina d'eulz deux le parlement,

Et tost après vindrent soingneusement

En ma maison,

De leur debat me distrent l'achoison

En moy priant qu'oÿe leur raison

J'en jugiasse, mais je dis qu'a foison

Ilz trouveroient

Ailleurs meilleurs juges qui mieulz saroient

Droit en jugier; si distrent qu'ilz vouloient

Que j'en jugiasse ou que ilz me prioient

Que je leur queisse

Juge loyal et bien en enqueïsse

Et sur cellui tout le fait asseïsse;

Et je leur dis que voulentiers feïsse

Leur bon plaisir,

Mais, s'en tel fait je devoie choisir

Juge pour moy, ne vouldroie saisir

Aultre que vous pour l'amoureux desir

Bien discerner

Et pour savoir bon jugement donner.

Et lors distrent qu'en nul autre assener

Ne pourroient mieulz, et pour ce ordener,

S'il vous plaisoit,

Vous vouloyent leur juge et souffisoit

Vo jugement, si com chascun disoit;

Pour ce,
Sire, tout le fait sur vous soit,

S'a gré vous vient.

Et du tiers cas, si comme il me souvient,

Je vous diray le fait, il apertient

Puis que leur vueil a juge vous retient.

Tel fu l'affaire:

Un chevalier, si com j'ouÿ retraire,

Avoit promis a tousjours sans retraire

Toute s'amour a doulce et debonnaire

Et bonne et belle

Et si plaisant qu'aultre ne passoit celle

Fors seulement qu'elle estoit domoiselle,

Jeune d'age, simple comme pucelle

Jolie et gente;

Et elle aussi ravoit mise s'entente

A lui amer, et de loial entente

S'entr'amoient et bien, que je ne mente,

Plus de deux ans

S'entr'amerent leaument les amans.

Ce me jura saint
Julien du
Mans

Celle qui cuer ferme ot com dyamans

Que d'un descort

En leur amour elle n'avoit record;

Ainçois tous deux furent si d'un accord

Qu'oncques n'y ot un tout seul mesaccort

En ce termine.

Mais il n'est mur si fort que l'en ne mine

Ne si grant tas, que qui veult mine a mine

L'apetissier, que l'en ne le termine,

Ne riens ne dure

Sans avoir fin par le cours de nature

En ce monde, n'il n'est chose tant dure

Qui ne s'use, soit chaleur ou froidure,

Et qui ne tire

A quelque fin, et ainsi tire a tire

S'usent amours souvent, s'ay je ouy dire,

Et non obstant que souvent on souspire

Par trop amer

Et que les maulz d'amours soient amer,

Si ne voit on mie amours affermer

A tousjours mais, ains les ot on clamer

Et c'est souvent,

Fol s'i fie; fole amour est tout vent

Qui peu dure et les cuers va decevant

Et un espoir dont après ensuivent

Va joye vaine.

Ainsi fina, qui qu'en eust après peine,

Ycelle amour qui souloit si certaine

Estre, et puis fut desprise et incertaine

Et deffaillie.

Car l'amant qui l'amour en sa baillie

De celle avoit, qui puis fu maubaillie

Pour lui amer et en grief dueil saillie,

Se changia tout

Et delaissa et estrangia de bout

Celle qu'amer souloit, et fu derout

Leur joyeux temps qu'elle cuidast qu'a bout

Ne deust ja estre;

Si lui sembla qu'il estoit trop grant maistre

Pour elle amer et voult en plus hault estre

Mettre son cuer, et bien cuida a destre

Droit assener.

Pour haultement son cuer mettre et donner

Si s'acointa, com j'oÿ raisonner,

D'une poissant dame a qui sans finer

Son cuer promist,

Et tant l'ama et si grant peine y mist

Qu'elle l'ama en la fin, tant lui dist

Que il l'amoit qu'elle en grace le prist

Et le retint

Pour son servant et a ami le tint.

Si ne sçay pas comment il s'i contint,

Car pou dura l'amour, a qui il tint

Ne sçay je pas;

Mais il n'est nul qui vous deist en nul pas

La grant doulour et le mauvais repas

Que la lasse ot, qui auques au trespas

Et mise en biere

En fu pour lui la doulente premiere,

Quant elle vid et perceut la maniere

De son amant qui se tyroit arriere

De sienne amour

Et trop faisoit d'elle veoir demour

Ne n'ot pitié de sa lasse clamour,

Non obstant ce que souvent, en cremour

Et a dongier,

A lui parloit d'elle le messagier

Et lui disoit pour quoy si estrangier

Vouloit celle qui mie de legier

Ne l'oblieroit

Ains pour s'amour sans faille se morroit,

S'il la laissoit, du mal qu'elle tiroit.

Il respondoit qu'au plus tost qu'il porroit

Yroit vers elle,

Mais survenu il lui estoit nouvelle

Qui l'empeschoit pour certaine querelle.

Si s'excusoit ainsi de veoir celle

Qui ne finoit

De dueil mener, car bien apercevoit

Que delaissier son ami la vouloit,

Dont trop griefment la lasse se doloit,

Mais pour neant

Se travailloit et s'aloit delaiant,

Car bien pouoit, s'elle estoit clerveant,

Apercevoir qu'il s'aloit recreant

D'elle sans doubte;

Si en ploura en grant dueil mainte goute

Et de courroux elle se fondi toute.

A brief parler, du tout en tout desroute

Celle amour fu,

Et la laissa et la mist en reffu

Le faulz amant, que fust il ars en feu!

Ainsi celle bien vid et aperceu

Qu'une aultre amoit,

Dont longuement dolente se clamoit,

Mais n'y ot tour: pour riens le reclamoit.

Si s'en souffri quant vid qu'elle semoit

Pour riens ses larmes.

Car il n'est riens qui n'ait saisons et termes,

Si n'estoit droit que tousjours mais fust fermes

Son cuer en dueil qui fait perdre les armes

Et corps en terre;

Si apaisa son cuer de celle guerre

Au chief d'un temps et ne voult plus enquerre

De son amant n'aucune voie querre

Pour luy veoir,

Ne autre part sienne amour asseoir,

Car d'amer plus ne lui devoit seoir

En son vivant ne d'ami pourveoir

Son cuer jamais,

Ce lui sembloit, car trop lui fut remais

Dolent penser pour amer et dur maiz,

Si s'en tendroit, ce disoit, des or mais.

Mais escoutez

Ce qu'il avint de ce fait et notez

Coment l'amant estoit peu arrestez,

Car ains que fust l'an passé, ne doubtez,

Il esprouva

Grant fausseté en la dame et trouva,

Ce disoit il; car s'il le controuva

Ne sçay je pas, mais par ce se sauva

D'elle laissier

Et dist que cuer haultain et boubensier

Avoit vers lui et legier a ploissier

A autre amour plus que verge d'osier.

Si lui souvint

Des doulz plaisirs de celle qui devint

Pale pour lui et comment y avint.

Alors son cuer a raison se revint

Et s'avisa

Qu'il l'aimeroit, car oncques n'avisa

Plus loiale, si comme il devisa,

Ne pouoit mieulx; pour ce se ravisa

Et repenti

Dont oncques mais loiaulté lui menti

Ne dont son cuer a aultre consenti.

Si a dit lors comme vray converti

Que humblement

Lui requerroit mercis piteusement

Et du meffait a son vueil vengement

Prensit sur lui, mais qu'après bonnement

Lui pardonnast

Et de bon cuer loial elle l'amast,

Si qu'en tout cas son vueil lui ordenast,

Et se jamais failloit, si le blasmast

Comme mauvais.

Ainsi cellui voult pourchassier sa paix

Devers la belle, a qui peu chaloit mais

De son amour, et vers elle s'est trais:

Si l'araisonne

Moult doulcement et qu'elle lui pardonne

Prie humblement, et de ce la sermonne

Moult longuement et dist qu'oncques personne

N'ama plus dame

Qu'il l'aimera des or mais, par son ame!

Et lors celle, en qui plus n'avoit la flamme

De fole amour qui deçoit homme et femme,

Prist a respondre

Et dist «qu'on la devroit bien a sec tondre,

Puis qu'elle estoit hors du meschief qui fondre

Son cuer faisoit, pour prier ne semondre,

S'a tel meschief

Se mettoit plus; si ne l'aimeroit brief

Puis que laissée il l'avoit de rechief,

Ne s'i fieroit jamais par nesun chief

Puis que deceue

L'a une fois et mauvaistié perceue

En lui; jamais n'en quiert avoir veüe,

Ne plus ne veult estre d'amer meüe

Certainement.

Si ne lui en tiengne plus parlement,

Car n'aimera jamais jour nullement.»

Et cil respont et lui dit doulcement

«Qu'elle aroit tort,

Car repentant on ne doit mettre a mort

Et le pecheur que conscience mort

Dieu a mercy le prent, s'il se remort

Com repentant.»

Et celle dit «qu'il s'en peut bien atant

Souffrir, s'il veut, car moult peu arrestant

Il y seroit, quoy qu'il voit promettant,

Mais que nouvelle

Dame veïst qui lui semblast plus belle;

Si n'en veult plus ouïr male nouvelle.»

Et cil a dit «que de son dit appelle

En jugement,

Car monstrer veult par raison clerement

Qu'elle grant tort lui feroit s'ensement

Le guerpissoit, puis qu'a repentement

De son meffait,

Et se plaindra aux amans du tort fait

Qu'elle lui fait et juge veult de fait

Pour en jugier; car oncques si parfait

Homs ne nasqui

Qui ne mesprist, fors
Dieu qui tout vainqui,

Ce disoit il, ne si vaillant en qui

N'eust vice aucun; et d'estre relenqui

En tel maniere

Ne seroit pas chose bien droitturiere,

Et pour ce veult que loial juge on quiere;

Et s'il est dit en si faitte maniere

Qu'elle nel doie

Prendre a mercy, aler s'en veult sa voye.»

Et celle dit «qu'au jugement s'autroie,

Mais non obstant elle veult toutevoie

Que, ains que l'en rende

Le jugement, aux dames on demende

Leur bon avis, et si se recommande

En leur priant que chascune y entende

Diligement,

Et puis si soit donné le jugement.»

Ainsi greé cest accort bonnement

Ont ambedeux; atant leur parlement

Ont afiné.

Et puis après de cerchier n'ont finé

Juge par qui il soit determiné

De leur debat et leur procès finé.

Si sont venu

Par devers moy, combien qu'apartenu

N'ait pas a moy, et si se sont tenu

Sur mon avis.
Adonc m'est souvenu

De vous, chier
Sire,

Si leur ay dit qu'il vous vueillent eslire,

Car mieulx sarez de leur debat voir dire.

Et droit jugier que moy; car a bon mire

Doit le naivré.

Soy adrecier, s'estre veult delivré

De son grief mal, dont par vous decevré

Le droit du tort soit: si ont recovré

Droit justicier

En vous,
Sire, s'il vous plaist radrecier

Le grant debat dont j'ai oÿ tencier.

Mais or est temps de mon oeuvre avancier

Et affiner,

Le demourant commet a parfiner

A vo bon sens, car bien sarez finer

De ce qu'il fault a bien l'euvre affiner

Et la parfaire.

Si est saison que je m'en doie taire,

Mais au dernier ver vueil dire et retraire

Quel est mon nom, qui le voldra hors traire

Comme il deffine.

Et en la fin, de pensée enterine,

Qui vous ottroit joye parfaitte et fine

Pri
Jhesu
Crist, qui ne fault ne ne fine.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan