Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Le débat de deux amans - Poéme


Poéme / Poémes d'Christine de Pisan





Prince royal, renommé de sagece,

Hault en valeur, poissant, de grant noblece,

Duit et apris en honneur et largece,

Trés agreable

Duc d'Orliens, seigneur digne et valable,

Filz de
Charles, le bon roy charitable,

De qui l'ame soit ou ciel permanable,

Mon redoubté

Seigneur vaillant, par vostre grant bonté

Mon petit dit soit de vous escouté,

Ne par desdaing ne soit en sus bouté

Par pou de pris;

Si ne l'ait pas vo haultece en despris

Pour ce que j'ay pou de savoir apris,

Ou pour ce qu'ay faible matiere pris

Et hors l'usage

De vo bon sens qui n'escoute language

Qui tout ne soit trés vertueux et sage.

Mais a la fois point ne tourne a domage

A ouïr choses

De divers cas en textes ou en gloses,

Et meismement ou matieres encloses

Joyeuses sont, soient rimes ou proses;

Et par ouïr

Choses qui font par nature esjouïr

On fait souvent tristece hors fouïr.

Car trop grant soing tolt souvent a joïr

Cuer occupé

D'avoir soulas, quant trop envelopé

Est es choses ou il s'est entrappé,

Ne corps humain, tant soit bien attrempé,

Ne pourroit vivre

Toudis en soing; et j'ay leu en un livre

Que quant
David, qui la loy
Dieu voult suivre,

Vouloit estre de tristece delivré,

Lors de sa lire

Moult doucement jouoit, et souvent l'yre

Il rapaisoit de
Dieu; et ouïr lire

Choses plaisans font souvent joye eslire

Aux escoutans.

Si n'est nul mal et en lieu et en temps

Lire et ouïr de choses esbatens.

Et pour ce,
Prince excellent, mal contemps

Vous ne soiez

De moy pour tant s'ay desir que voiez

Un petit dit, lequel ay rimoiez

Ad celle fin que vo cuer avoiez

A soulacier

Aucunement.
Si vous vueil commencier

A raconter,
Dieu m'en vueille avancier,

Un grant debat dont j'oÿ fort tencier

A deux amans.

Car tout d'amours sera cilz miens rommans:

Si l'entendront
François et
Alemans

Et toute gent, s'ilz entendent rommans;

Mais jugement

Y apertient; si suppli humblement

Vo noble cuer qu'il daigne bonnement

Droit en jugier, si comme sagement

Le sara faire.

Car li amant, ou il n'a que reffaire,

Le requierent, et de tout cest affaire

Il vous chargent, noble
Duc debonnaire,

Et si se tienent

A vostre dit, car bien scevent et tienent

Que droitturiers les jugemens qui viennent

De vous touz sont, nez ceulx qui appartiennent

Es faiz d'amours,

Qui aux jeunes font souvent changier mours

En bien ou mal, en joyes ou clamours;

Mais naturel est a tous cil demours,

Tant comme il dure,

Si ne le doit nul tenir a laidure;

Car tout ce qui est donné de
Nature

Nul ne le peut tollir, dit l'Escripture.

Si vous diray

Le grant debat, ne ja n'en mentiray,

De deux amans, que je moult remiray;

Car leur descort a ouïr desiray

Et leur tençon

Gracieuse, non mie en contençon.

Ce fu en
May, en la doulce saison,

Qu'assemblée ot en moult belle maison

Et gracieuse,

Qui a
Paris siet en place joyeuse,

Compagnie joenne, belle et soingneuse

De soulacier: creature envieuse

N'ot en la route,

Fors de jouer, si com je croy sanz doubte.

Trés belle fu la compagnie toute,

Ou mainte dame ot qui d'amer n'ot goute

Et mainte gente

Damoiselle parée par entente,

Mainte gentil pucelle, et, que ne mente,

De chevaliers y avoit plus de trente

Et d'autre gent,

Beaulz et gentilz, papellotés d'argent,

Gays et jolis, assesmés bel et gent;

Si furent tous et toutes deligent

De joye faire.

La ot moult bons menestrelz plus d'un paire

Qui haultement faisoient le repaire

Tout retentir.
Si devoit a tous plaire

Celle assemblée,

Car feste et joye y estoit si comblée

Qu'a cent doubles fu plus qu'autre doublée,

N'elle n'estoit de discorde troublée

Mais trés unie,

Toute tristece en estoit hors banie.

Et en place bien parée et ounie,

Grant et large, nette, non pas honnie,

Menoient tresche

Joyeusement par dessus l'erbe fresche;

Maint jolis tour, maint sault, mainte entrevesche

Y veïst on, et lancier mainte fleche

A doulz regart,

Tout en requoy traire par soubtil art,

Et qui mieulz mieulz chascun faisoit sa part

De ce que doulz
Deduit aux siens depart.

Ainsi dançoient

Tous et toutes, ne point ne s'en lassoient,

Et en dançant leurs cuers entrelaçoient

Par les regars que ils s'entrelançoient.

Qui veist jolies

Femmes dancier a contenances lies

Si gayement de manieres polies,

A chapiaulz vers de flours et d'acolies,

Par mignotise

Bien avenant, doulcetement assise,

Rire et jouer, elles plaindre en faintise,

Parler attrait de maniere rassise,

Les contenances

De ces amans a chascun tour des dances,

Muer couleur, faire maintes semblances,

Moult en prisast les doulces ordenances.

Et puis après

Les menestrelz, qui bien jouoient très

Parmi chambres et parmi ces retrès,

Oist on chanter hault et cler a beaulz trèz

Bien mesurez.

A brief parler, tant furent procurés

La ris et jeux qu'il sembloit que jurez

Fussent d'ainsi estre a feste adurez

A tousjours mais.

Et moy, en qui tout anuy est remais

Depuis le jour que
Mort de trop dur mais

M'ot servie, dont je n'aré jamais,

C'est chose voire,

Plaisir joyeux au monde, ains aré noire

Pensée adès pour la dure memoire

De cil que je porte en ma memoire

Sanz nul oubly,

Dont l'esperit soit ou ciel establi,

Qui seulete me laissa, n'entroubli

Ne fait mon dueil, ou que soye, affoibli

En nulle guise,

Fus sus un banc en cellui lieu assise

Sanz mot sonner, regardant la devise

Des fins amans gentilz, plains de cointise,

Tant renvoisiez

Qui de mener soulaz furent aisiez.

Mais je qui oz l'esperit acoisiez

Consideray que de tous les proisiez

De celle place

Un escuier, bel de corps et de face,

Y ot jolis, mais tant fut en sa grace

Qu'il sembloit bien qu'il eüst plus grant masse

De toute joye

Qu'autre qui fust ou lieu, se
Dieux me voie;

Car mon regart a lui toudis avoye,

En remirant la gracieuse voie

De son maintien;

Car il dançoit et chantoit si trés bien,

Si liement jouoit, je vous di bien,

Que il sembloit que le monde fust sien,

Tant resjoÿ

Forment estoit, ou qu'il eüst jouÿ

De tous les biens dont oncqu' homme jouÿ,

Tant parestoit son gay cuer esjoÿ,

A droit voir dire;

Car ne finoit de jouer et de rire,

Ou de chanter et dancer tout a tyre.

Mais de ses jeulz nul ne peüst mesdire

Tant lui seoient,

Car les autres tous resjoïr faisoient,

Et ses soulas si gracieux estoient

Qu'a toute gent communement plaisoient;

N'il ne parlast

Fors en riant et sembloit qu'il volast

Quant il dançoit.
Mais, quoy qu'il se celast,

A peine un pas de nul costé alast

Que de doulz oeil

Ne regardast simplement sanz orgueil

Telle qui fu present, ou tout son vueil

Estoit assis, mais par soubtil recueil,

Comment qu'il fust,

Son regarder gittoit, qu'on n'apperceust

Qu'a celle plus qu'a autre pensée eust.

Si ne cuide je pas que pou lui pleust,

Car bien sembloit

Que pour elle fust en amoureux ploit,

Tout non obstant que des gens tant s'embloit

Comme il pouoit.
Mais l'amoureux esploit

Fort a celler

Est aux amans qu'Amours fait afoler

Par trop amer et venir et aler.

Ainsi surpris d'amours, a brief parler,

Cil sembla estre.

Mais près du banc ou je seoie a destre

Avoit assis decoste une fenestre

Un chevalier qui sus sa main senestre

Tint appoyé

Son chief enclin, comme tout anoyé

Et tout pensif, et pou ot festoyé,

Ne il n'estoit joyeux ne desroyé,

Ne esbatant

Ne sembla pas, mais n'estoit pas pour tant

Lait ne vieillart, ains de beauté ot tant

Com nul qui y fust et moult entremetant

En gentillece

Et en honneur sembla et de jeunece

Assez garny, jolis et sanz parece,

Mais bien sembloit que pou eust de leesce

Et pou de joye.

Car moy qui lors dessus le banc seoie

Soingneusement son maintien regardoie

Pour ce que si pensif je le veoie

Et sanz soulas,

Par maintes fois li oÿ dire, hé las!

Bassetement, n'estre ne pouoit las

De souspirer comme homme qui en laz

Est enserré;

Et avec ce tant ot le cuer serré

Que il sembloit qu'on l'eüst desterré,

Tant pale estoit, ou qu'il fust enferré

D'un fer trenchant.

Et non obstant qu'il s'alast embruschant

D'un chapperon, dessus ses yeulz sachant,

Qu'on n'aperceust le pié dont fu clochant

Ne son malage,

Et tout fust il loyal, secret et sage,

Si com je croy, si faindre son corage

Ne pot qu'il n'eust tout au long du visage

Souvent les larmes,

Tant ne pouoit estre constant ne fermes

Que couvrir peust les trés ameres armes

Qu'Amours livre a ceulz qu'il rend trop enfermes

Et maladis.

Ainsi cellui fut la, com je vous dis.

Morne, pensis et petit esbaudis.

Mais, si me doint
Jhesu
Crist paradis,

Telle pitié

Me fist de lui veoir si dehaitié

Qu'oncques homme, tant y eusse amistié,

Ne m'atendry le cuer a la moitié

Comme cellui

Me fist, que la je veoie a par lui

Morne, pensif, larmoier; ne nullui

N'apercevoit, je croy, l'anui de lui

Fors moy sanz plus.

Car les autres toudis de plus en plus

S'esbatoient, et cil estoit reclus

Entre la gent plus simple qu'un reclus,

Ne ne pensoit

Que le maintien qui triste le faisoit

Nul aperceust, car chascun y dançoit

Fors lui et moy, et pour ce ne cessoit

D'estre pensifs.

Mais la cause qui si le tint rassis

J'aperceu bien, car des fois plus de six

Mua coulour quant près de lui assis

Le corps gentil

D'une dame belle et gente entre mil

Estoit; adonc tout se transmuoit cil,

Si la suivoit aux yeulz, mais si soubtil

Fu son regart

Qu'apercevoir ne le peust par nul art

Nul ne nulle, n'avoit l'ueil autre part,

Dont j'aperceu et vi tout en appert

Que le meschief

Qui lui troubloit et le cuer et le chief

Venoit de la, je ne sçay par quel chief,

Mais sanz cesser souspiroit de rechief.

Ainsi se tint

La longuement, dont trop de mal soustint.

Mais or oiez après qu'il en avint:

Quant ot songié assez il se revint

Un pou a soy,

Comme homme qui un pou a sa grant soy

Estanchée; et je qui l'aperçoy

Le regarday, mais, s'oncques nul bien soy,

Me fu avis

A son regart et au semblant du vis

Qu'il aperceut que tout son maintien vis,

Et come la estoit si com ravis,

Si lui greva

Que veü l'os.
Ne sçay comme il en va,

Mais assez tost de ce lieu se leva

Et vers moy vint et achoison trouva

De m'arresner.

Et moy qui moult me voulsisse pener

De l'esjouïr, se g'y sceusse assener,

Pour la pitié qu'oy eu, dont atorner

En tel conroy

L'avoie veu, quant devers la paroy

Le vi venir vers moy sanz nul desroy

Je me levay; mais, s'il fust filz de roy

Ou duc ou conte,

Sot il assez que gentillece monte.

Courtoisie, qui les bons en pris monte

Et qui aprent, enseigne, duit et domte

Tout bon courage,

Lui ot apris; adonc le doulz et sage

Si me rassist, et, sanz querre avantage

De nul honneur, humblement, sanz hauçage,

Dessus le banc

Decoste moy s'assist cil qui fu blanc

Et pale ou vis, ou n'ot couleur ne sang

Par trop amer, et son bras par le flanc

Adonc me mist

Courtoisement, et bellement me dist:

«Que pensez vous cy seule?
Car il n'yst

De vous nul mot, bien croy qu'il vous souffist

De cy penser

Sanz autre esbat, pour quoy n'alez dancer?»

Et je respons: «Mais vous, sire, avancer

Pou vous en voy et ne deussiez cesser

De vous esbatre,

Ce m'est advis, car en ce lieu n'a quatre

Qui plus soient joennes, mais pou embatre

Je vous y voy, ne sçay qui fait rabatre

Si vo pensée?»

Et cil, qui voult la doulour qu'amassée

Avoit ou cuer moy celler, a pessée

Parole dist: «En peu d'eure est passée

Certes ma joye,

Tant suis rudes que dancer ne saroye

Ne autrement jouer, et toutevoie

N'ay je courroux ne chose qui m'anoye,

Mais c'est ma guise

D'estre pensif, ce n'est pas par faintise;

Dieux a en moy tel condicion mise.

Ou qu'il m'anoit ou que bien me souffise,

C'est ma nature.»

Ainsi parlions a bien basse murmure

Et ja avions conté mainte aventure

Quant vers nous vint cellui tout a esture,

Dont j'ay parlé

Ycy dessus, qui n'ot cuer adoulé

Ains fu joyeux; si a l'autre acolé

Tout en riant, et a lui rigolé

S'est bellement,

Et d'un et d'el parlerent longuement,

Mais sus amours tourna le parlement.

Si dist adonc l'escuier liement:

«A ma requeste

Parlons d'amours un pou, et, sanz arreste,

D'entre nous trois de deviser s'apreste

Son bon avis chascun, et s'amours preste

Plus joye ou mains

Aux vrais amans, vous pry a jointes mains

Qu'en devision, que nul ne l'oye; au mains

Pouons parler de ce dont joye ont mains.

Si faisons conte

Que c'est d'amer, de quoy vient n'a quoy monte

Ycelle amour qui le cuer prent et dompte,

A quoy c'est bon, s'onneur en vient ou honte;

Chascun en die

Ce qu'il en scet, ou se c'est maladie

Ou grant santé, ou se l'amant mendie

Qui dame sert.
Le corps
Dieu le maudie

Qui mentira

De son avis et qui tout ne dira

Des tours d'amours ce qu'il en sentira!

Or y perra qui le mieulx enlira.

Mais je conseil

Que nous yssions trestous trois hors du sueil

De cel huis la et alions en ce brueil,

Ou il fait vert, nous seoir en recueil

Joyeusement,

Pour deviser la plus secretement,

Que nul n'oye l'amoureux plaidement

Fors que nous trois.»
Et adonc vistement

Nous nous levasmes,

Mais par mon loz une dame appellames

Avecques nous, qui het mesdis et blasmes;

Encore avec pour le mieulx y menames

Une bourgoise

Belle, plaisant, gracieuse et courtoise;

Par mon conseil fu fait, car qui racoise

Des mesdisans la murmure et la noise

Moult sages est.

Si partismes de la, et, sanz arrest,

Ou bel vergier entrames qui fu prest

A deduire, plus dru qu'une forest

D'arbres moult beaulx,

Qui en saison portent bons fruis nouviaulx,

Ou en printemps se deduisent oisiault,

Et en beau lieu, qui y fist ses aviaulx,

Fusmes assis.

Adonc cellui qui fu le moins pensis

Dist a l'autre qui ot plus de soussis:

«Dites, sire, car plus estes rassis

Et le plus sage,

Vo bon avis de l'amoureux servage,

S'il en vient preu, joye, honneur ou dommage?»

Et cil respont: «Beaulz amis, c'est l'usaige

Selon raison

Qu'en trestous cas et en toute saison

Honneur porte aux dames tout gentilz hom,

Premier diront, beau sire, et nous taison.

Dites, ma dame,

Vo bon avis de l'amoureuse flamme,

Se joye en vient ou dueil a homme et femme?»

Et celle dit et respont: «Par mon ame,

Je ne sçaroye

Qu'en dire au fort, quant est de moy loueroie

Que vous deissiez et voulentiers l'orroie,

Car proprement certes n'en parleroie;

Dites, beau sire,

Car je sçay bien que mieulx en sçarés dire.»

Et cil respont: «Ne vous doy contredire.

Ne vueille
Dieux qu'a ce ja mon cuer tire

Que vous desdie.

Puis qu'il vous plaist, ma dame, que je die

Ce qu'il m'est vis, quoy qu'autre contredie,

Des fais d'amours et de la maladie

Qui vient d'amer,

Se plus en vient de doulz et moins d'amer,

Selon que sçay et que puis extimer

Par essaier et par m'en informer,

J'en parleray

Ce que j'en sens, ne ja n'en mentiray,

Combien qu'autres trop mieulz que ne sçaray

En parleroit, toutefois en diray

Tout mon avis,

S'oncques je sçoz cognoistre ne ne vis

Les tours d'amours par qui cuers sont ravis.

C'est un desir qui ja n'est assouvis,

Qui par plaisir

En jeune cuer se vient mettre et choisir

Lui fait amour; de ce naist un desir

De franc vouloir, qui le cuer vient saisir

De tel nature

Qu'il rent amant le cuer et plein d'ardure

Et desireux d'estre amé tant qu'il dure.

Mais tant est grant celle cuisant pointure

Qu'elle bestourne

Toute raison et tellement atourne

Cil qui est pris que du joyeux fait mourne

Et le morne en joyeuseté tourne,

Souvent avient.

C'est une riens de quoy l'omme devient

Tout tresmué, si qu'il ne lui souvient

De nulle honneur ne de preu ne li tient;

Souventes fois

Oublier fait et coustumes et drois,

Fors volenté n'y euvre en tous endrois.

C'est
Sereine qui endort a sa vois

Pour homme occire.

C'est un venin envelopé de mirre

Et une paix qui en tout temps s'aÿre;

Un dur liain, ou desplaisir ne yre

N'a nulle force

Du deslier.
C'est vouloir qui s'efforce

De nuire a soy; une pensée amorse

A desirer, par voie droitte ou torse,

Avoir aisance

De ce en quoy on a mis sa plaisance,

Et quant on l'a, n'y a il souffisance.

Car le las cuer est toudis en balance

S'il aime fort,

Car s'il avient que l'amant tant au fort

Ait fait qu'il soit amé, et reconfort

Lui soit donné, si me rens je bien fort

Que celle joye

N'yert ja si grant qu'Amours ne lui envoie

Mille soussis contre une seule voie

D'avoir plaisir, ne que ja son cuer voie

Asseüré,

Et tout soit il ou jeune ou meüré,

Ou bel ou bon, ja si beneüré

Ne se verra que trés maleüré

Il ne se claime

Souventes fois, se parfaittement aime.

Car
Fortune, qui les discordes semme,

En plus perilz que nef qui va a reme,

Par maintes voyes,

Le fichera, mais le las toutevoies

Tout le peril ne prisera deux oies

Mais qu'il ne perde aucunes de ses joyes

Chier achetées.

Haÿ, vray
Dieux! quantes doleurs portées

Sont es las cuers ou amours sont boutées!

Quant m'en souvient, de moy sont redoubtées

Les dures larmes,

Les durs sangloux et les mortelz voacarmes,

Et les souspirs plus poignans que gisarmes.

Et se parler en doy comme clerc d'armes,

Ce scet bien
Dieux,

Et quel dongier et quel torment mortieulx

Porte l'amant, ou soit jeunes ou vieulx,

Pour faire tant qu'il lui en soit de mieulz

Devers sa dame,

S'il est a droit espris de l'ardent flamme

Qui par desir l'amant art et enflamme,

Avant qu'il soit amé, je croy, par m'ame,

Qu'assez endure

De griefs anuis, je ne sçay comme il dure

En tel torment, en si mortel pointure,

N'il n'a en soy autre soin n'aultre cure

Que celle part

Ou il aime; si a quitté sa part

De tous les biens que
Fortune depart

Pour cellui seul, qui pou lui en espart,

Certes peut estre.

Ainsi le las son paradis terrestre

A fait de ce qui son cuer plus empestre,

Et tout soit il roy ou duc ou grant maistre

Fault qu'il s'asserve,

Ou vueille ou non, et que sa dame serve

Et vraye amour, ains que joye desserve.

Et puis y a encor plus dure verve:

S'on l'escondit,

Or se tient mort le las, or se maudit,

Et puis
Espoir autre chance lui dit,

Puis
Desconfort revient et l'en desdit;

Ainsi n'a paix.

En tous endrois le sert de divers mais

Ycelle amour, qui ne lairoit jamais

Avoir repos le cuer ou est remais

Cellui vouloir.

Mais supposé qu'a l'amant tant valoir

Lui vueille
Amour que cause de doloir

N'ait en nul cas, ne lui doie chaloir

Fors de leece,

Et qu'a son gré du tout de sa maistrece

Il soit amé, qui lui tiegne promesse

Et loiaulté, ne croiez qu'a destrece

Pour tant ne soit;

Car
Faulz
Agait, qui moult tost aperçoit

Le couvine des amans et conçoit

Par leurs semblans leur fait, comment qu'il soit,

Ne s'en taist pas;

Si reveille moult tost, plus que le pas,

Les mesdisans, cui
Dieux doint mau repas,

Qui font gaitier
Jalousie au trespas

Et mettre barres

Es doulz deduis des amans et enserres.

Lors commencent et murmures et guerres

Souventes fois, trop plus grans que pour terres

Ne pour avoir.

Beau sire
Dieux! qui pourroit concepvoir

Le grant tourment qu'il convient recepvoir

Au povre amant, qui ne peut bien avoir

Pour le parier

Des mesdisans qui lui tollent l'aler

Devers celle qu'il aime et veult celer.

Trop durement font l'amant adoler

Les mesdisans

Ou le jaloux, qui trop lui est nuisans.

Ceulz lui tollent ses doulz biens deduisans,

Dont tel dueil a qu'au lit en est gisans

En desespoir

Souventes fois, ou il se met apoir

En grant peril de mort, s'il n'a pouoir

De soy chevir autrement, ne espoir

Qu'autrement puist

Celle veoir pour qui le cuer lui cuist.

Encor y a une chose qui nuist

Trop aux amans et qui a dueil les duist

C'est jalousie,

Qui oublier fait toute courtoisie

Au las amant, qui si fort se soussie

Qu'il est aussi comme homme en frenesie

Et loings et près.

S'il s'aperçoit que un autre amant engrès

De celle amer soit, ou son cuer est trais,

Sachiez de voir, s'il y voit nulz attrais

Qu'elle lui face.

Il en muera sens et couleur et face,

Ne je ne cuid qu'autre meschief efface

Ce mortel soin, quoy qu'il se contreface

Joyeux ne lié.

C'est mort et dueil, qui estre appalié

Certes ne peut, n'en paix estre alié,

Le cuer qui est de tel tourment lié.

C'est une rage

Trop amere qui met l'omme en courage

De faire assez de maulz et de domage.

Pluseurs en ont honneur et heritage

Souvent perdu.

Qui jaloux est a meschief s'est rendu,

Mieulz lui vauldroit gesir mort estendu,

Mais grant amour lui a ce bien rendu

En guerredon;

Car trop amer si empetre ce don

Au pouvre amant, qui de son cuer fist don;

Si lui semble que trop perderoit don

S'un autre avoit

Le bien que si chier comparer se voit.

Mais certes se le las mourir devoit

N'en partiroit, nez s'il ores savoit

Que relenqui

Et delaissié l'eüst sa dame, en qui

Son cuer a tout, puis qu'amours le vainqui

Par un regart qui du doulz oeil nasqui,

Que il tant prise.

Et qu'a celle qui tant est bien apprise

Il s'est donné et qu'elle a s'amour prise;

Jamais nul jour n'en doit estre desprise,

Comme il lui semble,

Pour riens qui soit, mais tous les maulz assemble

En son las cuer: qui d'aïr sue et tremble

Et souvent het, et puis amour rassemble,

C'est dure dance

Et moult estrange vie et concordance;

Et tout d'amour en vient la dependence.

Ainsi en soy n'a ne paix n'acordance,

Ains derve d'yre

Le las amant jaloux, quant il ot dire

Ou apperçoit qu'a autre amour se tire

Celle de qui ne peut ouïr mesdire

Et si le laisse.

Si est plus serf que chien qu'on meine en laice,

Que le veneur tient n'aler ne delaisse;

Ainsi le tient celle qui pou l'eslece

En son dongier.

Ha! quel amour qu'on ne puet estrangier

Du dolent cuer, tant sache dommagier!

On s'en doit bien de dueil vif enragier

Que il conviengne

A force amer ce dont fault que mal viegne,

Et que subgiet obeïssant se tiengne

Le las amant, quelque mal qu'il soustiengne,

C'est grant merveille.

Amours! amours! nul n'est qui ne s'en dueille,

Cil qui te sert pou repose et moult veille,

Et trop pener lui fault, vueille ou ne vueille,

Qui tu accointes.

Mais regardons encore les plus cointes,

Les mieulz amez et ceulz qui n'ont les pointes

Qu'ont les jaloux, qui sont d'amertume ointes,

Sont ilz dehors

Ces grans meschiefs?-Je croy que non encors,

Ains y perdent pluseurs et ame et corps;

S'il m'en souvient et se j'en ay recors,

Quant sont peris

Par tel amour en
France et a
Paris

Et autre part!
Ainsi furent meris

Jadis pluseurs amans: meismes
Paris,

Qui belle
Helaine

Ot ravie en
Grece a moult grant peine,

Dont
Troye, qui tant fu cité haultaine,

Fu puis arse, destruitte et de dueil pleine,

Ou fu perie

La plus haulte et noble chevalerie

Qu'ou monde fust, et si grant seigneurie;

Meisme a
Paris durement fut merie

L'amour sanz faille,

Car
Thelamon l'occist en la bataille.

Et deux amans autres, que je ne faille,

Reçurent mort, comme
Ovide le baille

En un sien livre,

Pour celle amour qui les folz cuers enyvre;

Car moult souvent, pour joyeusement vivre,

S'assembloient, et leur vouloir ensuivre,

En un bouscages

Qu'ot nom
Limaux; la les bestes sauvages

Devorerent l'amant, ce fu domages.

Et
Piramus, l'enfant cortois et larges,

Et la trés belle

Doulce
Thysbé, la jeunete pucelle,

Ne s'occirent ilz sus la fontenelle?

Soubz le meurier blanc il moru pour elle

Et elle aussi

S'occist pour lui, dont le meurier noircy

Pour la pitié dont morurent ainsi.

Ainsi grief mort les deux enfans corsi

Par trop amer.

Piteusement aussi peri en mer

Lehander qui, pour garder de blasmer

Belle
Hero, qui le voult sien clamer,

Par nuyt obscure,

Le las amant! prenoit telle aventure

De mer passer en sa chemise pure,

Dont une fois, par grant mesaventure,

Y fu noyés

Par tempeste de temps.
Voiez, voiez

Comment les las amans sont avoiez

Qui par amours sont pris et convoiez!

Qu'ont ilz de peine?

Et
Achillès aussi pour
Polixenne

Ne morut il quant en promesse vaine

Il se fia, dont mort lui fu prochaine?

Ne fut donc mie

Raison en lui bien morte et endormie

Quant il eslut pour sa dame et amie

Celle qui ert sa mortel anemie?

Mal lui en prist.

Ce fist
Amours, par qui maint en perist,

Mais, quant mal vient aux gens, il s'en soubzrist.

Et ceste amour trop durement surprist

Aessacus,

Filz au bon roy
Priant, qui si vaincus

Fu d'amer trop, que sanz querir escus

En mer sailli, comme trop yrascus

Que reffusé

L'ot celle, a qui long temps avoit musé;

Dont les fables, qui le fait encusé

Ont, tesmoignent qu'en plungon fut rusé

Et tresmué:

Si com se fu dedens l'eaue rué,

En cel oisel fut tantost remué;

Pour amour fu en tel forme mué,

En tel maniere,

Son corps gentil oncques n'ot autre biere;

Veoir le peut on en mainte riviere

Ou de noier encor monstre maniere;

Les
Dieux de lors

Pour memoire changierent si son corps.

Mais regardons d'autres amans encors

Qui pour amer furent periz et mors

Et exillié.

Ypis aussi tant fort fu traveillié

Par tel amour, qui si l'ot bataillié,

Qu'il s'en pendi, comme mal conseillié,

A l'uis de celle

Qui reffusé a response cruelle

L'ot durement, et pour celle nouvelle

Le las s'occist; mais les
Dieux de la felle

Vengence en pristrent,

Car ymage de pierre dure firent

Son corps cruel devenir; si la virent

Pluseurs dames qui exemplaire y prirent,

Ce fu raison.

Et a
Romme, pour autelle achoison,

Un jouvencel s'occist qui sa raison

Ot comptée, ne sçay en quel saison,

A son amée;

Mais la felle, comme mal informée,

Le reffusa, et cil en la fumée

Tout devant elle a sa char entamée

D'agus couteaux,

Ainsi fina.
Mais de temps plus nouveaux

Or regardons: de
Tristan qui fu beaulz,

Preux et vaillant, amoureux et loyaulz,

Quelle la fin

En fu pour bien amer de vray cuer fin?

Ne le gaita son oncle a celle fin

Qu'il l'occisist et mort a la perfin

Il lui donna.

Mais celle amour
Yseut si ordenna

Qu'entre les bras de son ami fina;

Par mon serment, cy piteuse fin a

De deux amans.

Et
Cahedins, si com dit li romans,

Ne morut il plus noircy qu'arremans,

Pour tel amour: si fu ses testamans

Plein de pitié.

Encor depuis regardons l'admistié

Du chastellain de
Coussy, se haitié

Il fu d'amours, je croy, qu'a grant daintié

En avoit bien,

Mais la dame du
Faël, qui pour sien

Tout le tenoit, je croy, l'acheta bien,

Car puis que mort le sçot ne voult pour rien

Plus estre en vie.

Et du
Vergy la trés belle assouvie

Chastellaine, qui de riens n'ot envie

Fors de cellui a qui avoit plevie

Amour loyale;

Mais elle et lui orent souldée male

Par trop amer, car mort en ieurent pale.

Si ont fait maint et en chambre et en sale

A grant dolour

Par tel amour, qui fait changier coulour

Souventes fois, ou soit sens ou folour,

Suer en froit et trembler en chalour.

Mais je m'en passe

Pour plus briefté, et, se tous vous nommasse,

G'y mettroye, je croy, un an d'espace.

Mais des periz en y a si grant masse

Que c'est sanz nombre,

Par tel amour, qui passe comme un ombre

Et le las cuer sy empesche et encombre

Que ses meschiefs il ne compte ne nombre.

En maintes guises

Sont les peines des amoureux assises:

Les uns si ont voies couvertes quises

Pour bien avoir, mais doulours ont acquises

Estrangement,

L'un pour raport, l'autre pour changement,

L'autre ne peut avoir alegement,

L'autre par non soy mener sagement

En gist pasmé,

Par divers cas et tels qu'ilz ont amé

Trop haultement, dont ont esté clamé

Faulz, desloiaulz, et en chartre enfermé

Ou detrenchiez;

Et de telz qui en ont perdu les chiefs

Diversement, et mains autres meschiefs

En sont venus a ceulz qui atachiez

En tel maniere

Sont tous les jours, c'est chose coustumiere.

Pour tel amour sont maint portez en biere

Qui comparent yceste amour trop chiere,

En maint endroit.

Qui tous les cas deviser en vouldroit.

Qui avienent, long temps y convendroit.

Mais trop souvent avient, soit tort ou droit,

Dont c'est domages.

Quantes noises sordent es mariages

Pour ceste amour qui dompte folz et sages;

Car ou s'esprent il n'est si fort corages

Qu'elle ne change.

Si fait amer souvent le plus estrange

Et delaissier le privé pour eschange,

Estrangement les cuers entremeslange

Sanz que raison

Clamée y soit, si n'y vise saison

Ne temps ne lieu: c'est l'amoreux tison

Qui meismement fait mainte mesprison

Faire au plus sage,

C'est le piteux et mal pelerinage,

La ou
Paris ala par mer a nage,

Ou il ravi
Heleine au cler visage

Qui comparée

Fu durement par
Venus l'aourée

Et
Cupido son filz, qui procurée

A mainte amour, dont pluseurs la courée

Et les entrailles

Ont eux perciés, ne sont pas devinailles.

Quels que soient d'amours les commençailles

Tousjours y a piteuses deffinailles.

Fuiez, fuiez

Yceste amour, jeunes gens, et voiez

Comment on est par lui mal avoiez!

Ses promesses, pour
Dieu, point ne croiez!

Car son attente

Coste plus chier que ne fait nulle rente,

Nul ne s'y met qu'après ne s'en repente,

Car trop en est perilleuse la sente,

Sachiez sanz doubte,

Et moult en est de legier la foy roupte.

C'est un trespas obscur, ou ne voit goute

Cil qui s'y fiert et nycement s'i boute,

N'est pas mençonge;

Tant de meschiez en vient que c'est un songe,

Si tient plus court que l'esparvier la longe,

Et mal en vient, le plus de ce respons je,

C'est fait prouvé;

Croiez cellui qui bien l'a esprouvé.

Si ne suis je mie pour tant trouvé

Sage en ce cas, mais nyce et reprouvé,

C'est mon dommage.

Mais a la fois un fol avise un sage,

Et qui esté a en longtain voiage

Peut bien compter comment on s'i heberge

En mainte guise.

Qui s'y vouldra mirer je l'en advise;

Car tous les jours avient par tel devise,

Mais du peril ne se gaite ny vise

L'amant musart,

Qui sa vie met en si fait hasart

Et n'eschieve l'ardent feu, ou tout s'art,

Ainçois le suit et celle amour de s'art

L'amant esprent

Par le plaisir qui a amer l'aprent;

Si le tient si qu'il ne scet s'il mesprent

Ou s'il fait bien, et, s'aucun l'en reprent

Il s'en courrouce

Ne gré n'en scet, tant a pleines de mouce

Ses oreilles, qui de raison escouse

Sont si qu'ouïr lui semble chose doulce

De chose amere,

Et sa marastre il retient pour sa mere;

Felicité lui semble estre misere,

Et de misere et servage se pere;

Est il bien bugle?

Ainsi amours fait devenir aveugle

Le fol amant qui se cuevre d'un creuble

Et bien cuide veoir, ou temps de neuble,

Le cler soleil,

Et juge bon ce qui lui plaist a l'ueil.

Ainsi est il; pour tant, dire ne vueil

Ce que je di pour ce que n'aye vueil

D'amours servir,

Ne pour blasmer qui s'y veult asservir,

Mais pour dire comme il s'i fault chevir

Qui a amours veult loiaulté plevir

De cuer certains!

Ainsi, ma dame, et vous, beau doulz compains,

Ouïr pouez que l'amant a trop mains

De ses plaisirs, s'il est a droit atains,

Qu'il n'a de joye.

Ce scevent ceulz qu'amours destraint et loie

En ses lïans, ou maint homme foloie;

Savoir le doy, car griefment m'en doloie

Quant en ce point

Estoie pris, encor n'en suis je point

Quitte du tout, dont dessoubz mon pourpoint

Couvertement ay souffert maint dur point

A grant hachée.

Mais je ne croy qu'a nul si bien en chée

Que tel peine ne lui soit approuchée,

Com je vous ay yci ditte et preschée,

Ce n'est pas fable.»

Quant le courtois chevalier amiable

Ot finée sa parole notable,

Que li pluseur tendroient veritable,

Et bien contée,

Ditte a biaulz trais, ne peu ne trop hastée,

La dame adonc, qui bien l'ot escoutée,

Recommença et dist: «Se j'ay nottée

Vostre parole,

Bien a son droit
Amours a dure escole

Tient les amans, qui n'est doulce ne mole,

Si com j'entens, et qui maint homme affole

Sanz achoison.

Mais quant a moy tiens que mie foison

Ne sont d'amans pris en telle prison,

Tout non obstant que pluseurs leur raison

Vont racontant

Puis ça, puis la, aux dames, mais pour tant

N'y ont le cuer ne ne sont arrestant

En un seul lieu, combien qu'assés gastant

A longue verve

De leurs moz vont, mais que nul s'i asserve

Si durement ne croy, ne que ja serve

Si loiaulment de pensée si serve

Amours et dame;

Et, sauve soit vostre grace, par m'ame

Ne croy que nul tant espris de tel flamme

Soit qu'il ait tant de griefs dolours pour femme;

Mais c'est un conte

Assez commun qu'aux femmes on raconte

Pour leur donner a croire, et tout ne monte

Chose qui soit, et celle qui aconte

A tel language

A la perfin on la tient a pou sage;

Et quant a moy tiens que ce n'est qu'usage

D'ainsi parler d'amours par rigolage

Et passer temps.

Et s'il fu voir ce que dire j'entens

Qu'ainsi fussent vray en l'ancïen temps

Li amoureux, il a plus de cent ans

Au mien cuidier

Que ce n'avint, ce n'est ne d'ui ne d'ier

Qu'ainsi attains soient; mais par plaidier

Et bien parler se scevent bien aidier

Li amoureux,

Et, se jadis et mors et langoreux

Ilz en furent et mains maulz doloreux

Endurerent, meismes li plus eureux,

Comme vous dittes,

Je croy qu'adès leurs doleurs sont petites,

Mais es romans sont trouvées escriptes

A droit souhaid et proprement descriptes

A longue prose.

Bien en parla le
Romans de la
Rose

A grant procès et aucques ainsi glose

Ycelle amour, com vous avez desclose

En ceste place,

Ou chapitre
Raison qui moult menace

Le fol amant, qui tel amour enlace,

Et trop bien dit que pou vault et tost passe

La plus grant joye

D'ycelle amour, et conseille la voie

De s'en oster, et bien dit toutevoye

Que c'est chose qui trop l'amant desvoye

Et dur fleyaulx,

Et que c'est la desloiaulté loiaulz

Et loiaulté qui est trop desloyaulz,

Un grant peril aux nobles et royaulz,

Et toute gent

Sont perillé s'ilz en vont approchant.

Ainsi fu dit, mais je croy qu'acrochant

Pou y vont, mais tous n'aiment fors argent

Et vivre a aise.

Et qui pourroit aussi vivre ou mesaise

Qu'avez conté?
Je croy, par saint
Nycaise!

Qu'homme vivant n'est, a nul n'en desplaise,

Qui peust porter,

Tant soit il fort, les maulz que raconter

Vous oy yci, sanz la mort en gouster;

Mais je n'ay point ou sont ouÿ conter

Ly cymentiere

Ou enfouÿ sont ceulz qu'amours entiere

A mis a mort, et qui por tel matiere

Ont jeu au lit ou porté en litiere

Soient au saint

Dont le mal vient; et, quoy que dient maint,

Je croy que nul, fors a son aise, n'aint.

Pour desdire vo dis et vo complaint

Ne le dis pas,

Sauve vo paix, ne je ne me debas

Qu'estre ne puist, mais je croy qu'a lent pas

Sont trouvez ceulz qui ont si mal repas

Par trop amer.»

Adonc cellui qui ja n'esteut nommer,

C'est l'escuier ou n'ot goute d'amer,

Parla ainsi com m'orrez affermer

Et briefment dire:

«Beaulz doulz compaings et amis, et chier sire,

Je me merveil n'il ne me peut souffire

Dont vous dittes que c'est des maulz le pire

Que cil qui vient

De par amours amer, s'il m'en souvient

Vous avez dit que l'amant tout devient

Morne et pensis quant telle amour survient

En ses pensées

Et qu'aux plus lié ses joyes sont passées

Souventes fois et doulours amassées

En lieu de ris; et de vous sont tauxées

Moult pou les joyes

Qui a l'amant vienent par maintes voies,

Par doulz desirs et par pensées coyes

Et en mains cas autres; et toutevoies

Tout le plaisir

Envers le mal, qui avient par desir

Et par servir sa dame a long loisir,

Petit prisiez; qui vous orroit choisir

Il sembleroit

Que le loial amant, qui aimeroit

De tout son cuer, jamais nul bien n'aroit.

Espoventé seroit qui vous orroit

D'amer acertes,

Quant si payé seroit de ses dessertes:

S'ainsi estoit, ja nul n'ameroit certes,

Quant telz peines lui seroient offertes

Et nul loier

Ou bien petit, il n'est nul qui loier

En tel liain se voulsist, mieulz noyer

Trop lui vauldroit que ainsi s'avoier

A tel contraire.

Mais de tout ce que ouÿ vous ay retraire,

Sauve vo paix, je tiens tout le contraire

Et que plus bien par amer sanz retraire

Il peut venir

Au vray amant que mal, qui maintenir

S'y veult a droit et loyaulté tenir.

Quant est de moy, je tiens et vueil tenir

Que d'amour vienent

Tous les plaisirs qui homme en joye tienent

Et tous les biens qui aux bons apartienent.

En sont apris et tout honneur retienent

Li amant fin,

Qui loiaument aiment a celle fin

De mieulz valoir et d'avoir en la fin

Joye et plaisir; ne croy qu'a la parfin

Mal leur aviengne;

Je consens bien que de frang voloir viegne

Ycelle amour, mais que l'amoureux tiegne

Morne et dolent n'est drois qu'il apartiegne.

Et supposé

Q'amé ne soit, ne tant ne soit osé

Qu'a celle en qui tout son cuer a posé

Le die, et que ja ne soit repposé

D'amer sanz ruse,

S'il fait le droit n'est raison qu'il s'amuse

A duel mener; poson qu'on le reffuse:

Quant en ce cas, se de raison n'abuse,

Bonne esperance

Le doit tenir, ou qu'il soit, en souffrance,

Ne doit pour tant s'enfuïr hors de
France

Ou par despoir son corps mettre a oultrance

De mort obscure.

Si ne vient point tant de male aventure,

Sauf vostre honneur, ne reçoit tant d'injure,

A homs qui met en bien amer sa cure,

Comme vous dittes;

Ainçois
Amours paye si hault merites

A ses servans que toutes sont petites

Leurs peines vers les grans joyes eslites

Qu'il leur en rend.

Quar quant l'amant a vraye amour se rend,

Qui le reçoipt et lui promet garent

Contre tous maulz, comme prochain parent,

Il le remplist

D'un doulz penser qui trop lui abelist,

Qui ramentoit la belle qu'il eslist

A sa dame et la doulceur qui d'elle yst

Et tous ses fais.

La est l'amant de joye tous reffais

Quant lui souvient du gent corps trés parfais

De la trés belle, et c'est ce qui le fais

D'amour parfaite

Lui fait porter, et espoir qui l'affaitte

Et qui lui dit qu'encore sera faitte

L'acointance, sanz ja estre deffaitte,

De lui et d'elle;

Et ainsi sert, en esperant, la belle

Et bonne amour qui souvent renouvelle

Ses doulz plaisirs; car, se quelque nouvelle

Ouïr il peut

Dont esperer puist avoir ce qu'il veult

Ou regardé en soit plus qu'il ne seult,

Sachiez de vray que ja si ne s'en deult

Que le confort

Ne soit plus grant que tout le desconfort,

Ne ja desir ne le poindra si fort

Qu'il n'ait espoir et doulz penser au fort

Qui le conforte.

Ycelle amour toute pensée torte

Tolt a l'amant et tout bien lui enorte;

Si met grant peine a estre de la sorte

Aux bons vaillans.

S'il aime a droit, courtois et accueillans

En devendra et a tous bienvueillans;

Si het orgueil ne il n'est deffaillans

En nul endroit,

Nul villain tour ja faire ne vouldroit,

Tous vices het, si est larges a droit,

Joyeux et gay, cointe, apert et adroit

Est devenu.

Je n'ara tant esté rude tenu

Qu'il ne lui soit lors si bien avenu

Que on dira que de tout vice est nu

Et de rudece.

Si est apris en toute gentillece

Et aime honneur et vaillance et proece

Et la poursuit a fin que sa maistrece

Oye bien dire

De tous ses fais; son cuer est vuidié d'yre

Et du pechié d'avarice qui tyre

A maint meschiefs; et gentement s'atire

En vestement

Et entre gent se tient honnestement,

Liez et appert, et saillant vistement;

Joyeux, riant, gracieux, prestement

Apareillié

Est a tous biens, songneux et resveillié.

Et vous dittes qu'il est si traveillié

Par celle amour qui l'a desconseillié

Et mis en trace

D'estre plus serf que chien qui suit a trace,

Plein de meschief!
Mais,
Sire, sauf vo grace,

Ains est entré en voie plaine et grace

Et plantureuse

De tous les biens, benoite et eüreuse,

Doulce, plaisant, trés sade et savoureuse;

Ne fu il dit de la vie amoureuse,

Trés assouvie:

En amer a plaisant et doulce vie,

Jolie, qui bien la scet sanz envie

Maintenir, et qui vray amant renvie

A tous soulas?

Et il y pert; car ja si fort le las

N'estraint l'amant que il puist estre las

D'ycelle amour, combien qu'il die: hé las!

Tant lui agrée

La pensée trés loiale et secrée

Qu'il a ou cuer, qui tant lui est sucrée

Qu'il ne vouldroit pour riens que deshencrée

De lui ja fust.

C'est un doulz mal, chascun amer deüst,

Ne blasmée, se le monde le sceust,

N'en deust estre femme, qui m'en creüst,

Car c'est plaisance

Trop avenant, et de gaye naiscence

Vient celle amour qui oste desplaisance

Du jolis cuer et remplist tout d'aisance

Et de baudour.

Beau
Sire
Dieux! quel trés souesve ardour

Rend doulz regard au vray cuer amadour

Quant il s'espart sus l'amant!
Onque odour

Tant precieuse

Ne fu a corps d'omme si gracieuse,

Ne viande, tant fust delicieuse;

Si n'en doit pas estre avaricieuse

A son amant

Dame qui paist cellui en elle amant,

Qu'elle a s'amour tire com l'aïmant

Atrait le fer, et, com le dyamant,

Est affermé

En sienne amour, et des armes armé

Qu'Amours depart a ceulz qu'il a charmé

Pour lui servir et du tout confermé.

Mais or dison

Quelle joye reçoit le gentilz hom,

Le fin amant, qui est en la prison

De sa dame sanz avoir mesprison

En riens commise:

Se il avient que il ait tel peine mise

Que sa dame son bon vouloir avise

Tant que s'amour lui donne par franchise

En guerredon,

Je croy qu'il soit bien enrichi adon;

Car plus joye a, se
Dieux me doint pardon,

Je croy, que s'il eust le monde a bandon,

Voire plus, certes!

S'il aime bien et la desire acertes.

Or est il bien meri de ses dessertes,

Car ne prise ne ses deulz ne ses pertes,

Or est il aise.

Quelle est la riens qui peut mettre a messaise

Le fin amant que sa dame rapaise

Et doulcement l'embrace et puis le baise?

Que lui faut il?

N'est il aise?
N'a il plus de cent mil

De doulz plaisirs?
Je le tendroie a vil

Se plus vouloit, certes eureux est cil

Qui en tel cas

A eu pour lui
Amours pour avocas,

Il n'a garde d'estre flati a cas;

Joyeux est cil, ne doit pas parler cas

Ne enroué;

Bien l'a gari le saint ou s'est voué.

Mais dit avez, si ne l'ay contrové,

Que
Faulz
Agait, qui maint homme a trouvé

En recellée,

Par qui mainte grant euvre est descellée,

Ne s'en tait pas; par lui est pou cellée

La chose, car parlant a la voulée

L'amant acuse,

Si reveille
Jalousie qui muse

Pour agaitier et a l'amant reffuse

Son doulz soulas; si ne le tient a ruse

Ne s'en deporte,

Ainçois le las si fort s'en desconforte

Que joye et paix dedens son cuer est morte,

Et mesdisans, qui resont a la porte,

De l'autre part

Le grievent tant qu'il a petite part

De ses soulas, et ainsi lui depart

Amours cent maulx pour un tout seul espart

De ses desirs.

Quant en ce cas, je consens que souspirs

Au pouvre amant sourdent et desplaisirs

Quant empesché lui sont ses doulz plaisirs;

Mais vraiement,

Quant il bien pense et scet certainement

Que sa dame l'aime trés loiaulment,

Ce reconfort lui fait paciemment

Porter son deuil,

Et s'un doulz ris, regardant de doulz oeil,

Lui fait de loing par gracieux accueil,

Il souffist bien pour avoir joyeux vueil,

Qui mieulx ne peut.

Si est trop folz l'amant qui tant se deult

Com vous dites, car en tous cas, s'il veult,

Assez de bien et de doulceur recueult

Pour s'esjoïr.

Mais merveilles je puis de vous ouïr,

S'ainsi estoit mieulz s'en vauldroit fouïr

Qu'en tel langour son cuer laissier rouïr

N'en tel courroux,

Qui nous dittes que l'amant est jaloux,

S'il aime bien, et plus dervé qu'un loups,

S'il voit qu'autre pourchace ses biens doulz,

Et souspeçon

Sur sa dame a, dont a tel cuisençon

Qu'ester ne peut n'en rue n'en maison,

Et dont il lit mainte laide leccon

Sanz courtoisie.

Si suis dolent quant vous tel heresie

Sur vraye amour metés, qui jalousie

Y adjoutez, qui tant est desprisie

Et tant maudite.

Si nous avez or tel parole ditte

Que d'amours vient jalousie despite,

Dieux! de l'amour certes elle est petite!

Ne sçay entendre

Qu'estre ce puist ne je ne puis comprendre

Que souspeçon et amour on puist prendre

Parfaittement ensemble, sanz mesprendre

Vers amour fine;

Car vraye amour toute souspeçon fine,

Et qui mescroit certes l'amour deffine;

Car loiaulté, qui tout bon cuer affine,

On doit penser

Estre en celle qu'on aime sanz cesser,

Et qu'en nul cas ne daigneroit fausser;

Ne tel penser en son cuer amasser

En nulle guise

Amant ne doit, car chascun croit et prise

Ce qu'il aime, c'est communal devise,

Si est bien droit qu'a l'amant il souffise

Sanz autre preuve.

Et que d'Amours ne viegne je vous preuve

Jalousie, que tout homme repreuve,

Oïr pourrez la raison que g'i treuve

Sanz variance:

Chascun veoir peut par experience

Que mains maris pleins de contrariance,

Maulz et felons, et de grant tariance

Sont et divers

A leurs femmes, et jalous plus que vers

Sont ou que chien, et tousjours en travers

Leur giettent moz en frapant a revers,

Et tant les batent

Souventes fois qu'a leurs piez les abatent,

Tant sont jaloux, et non obstant s'esbatent

D'autres femmes et en mains lieux s'embatent

De vilté pleins.

Diront ilz puis: «Ma femme, je vous aims!»

-«Mais vo gibet,
Sire, trés ort villains!»

Respondre doit et, s'elle n'ose, au mains

Penser le peut.

Doncque est ce amour qui ainsi les esmeut?

Mais telle amour tire a soy qui se veult;

Car quant a moy celle dont on se deult

Je n'en prens point.

Si vous respons pour vray dessus ce point

Que qui bien aime et est d'amours compoint

Je ne cuide que cop ne buffe doint

Ne nul mal face

A soy meisme n'a autre, dont defface

Ycelle amour qui lui tient cuer et face

Joyeux et lié, ne que ja tant mefface

Que jaloux soit

De celle dont maint plaisant bien reçoit

Et toute riens a bonne fin conçoipt

Quanque elle fait; et, s'ores s'aperçoit

Que un ou deux

Ou mains aultres en soient amoureux,

N'en ara il ne pesance ne deulx,

Ains pensera qu'il est amé tous seulz

Et que liece

Doit bien avoir quant il a tel maistrece

En qui tel bien et tel beaulté s'adrece

Que chascun veult amer pour sa noblece

Et grant valour.

Si n'a l'amant ne cause ne coulour

D'estre jaloux ne de vivre en doulour

Pour bien amer, mais maint par leur folour

Mettent la rage

Sus a amours, mais c'est leur fol corage

Qui recepvoir ne prendre l'avantage

Ne scet d'amer; si sont de tel plumage

Et de tel sorte,

Et puis dient qu'en eulz est joye morte

Par trop amer qui tant les desconforte,

Mais ce n'est que leur condicion torte

Qui si les tient.

Si a grant tort, sanz faille, qui maintient

Que doulce amour, a qui joye apartient,

Rende l'amant jaloux; car point ne vient

Tel maladie

Fors de failli, lasche cuer, quoy qu'on die,

Et d'envie triste et acouardie,

Qui personne fait estre pou hardie

Et mescreant,

Et soussier fait l'omme de neant;

Si cuide estre plus lourt et pis seant

Que les autres, et quant il est veant

Jolis et gais

Jeunes hommes, lors est en male paix,

Car il cuide estre de tous li plus lais,

Si ne lui plaist ne souffreroit jamais

Qu'acointés fussent

De ses amours de paour que plus plussent;

Si sont tristes telz gens et se demussent

Pour agaitier qu'aperçeü ne fussent.

Dont par nul tour

Ne dites que jalousie d'amour

Viengne, ainçois vient de cuer plein de cremour,

Ou souspeçon et desdaing fait demour

Par mal vouloir

Pour ce que autre ne cuide pas valoir,

Et c'est ce qui le cuer fait tant doloir

Au maleureux qui n'a autre chaloir

Par foliance.

Aussi ne doy pas mettre en oubliance

Ce qu'avez dit qu'amoureuse aliance

A fait perir par sa contraliance

Maint vaillant homme

Ou temps jadis et en
France et a
Romme

Et autre part, si en nommez grant somme

Qui dure mort receurent toute somme,

Com vous contez,

Par telle amour; mais un pou m'escoutez:

Je di pour vray, et de ce ne doubtez,

Que, s'il fu vray que ainsi fussent matez

Et mis en biere,

Blasme n'en doit en nesune matiere

Amours avoir; car leur fole maniere

Les fist morir, non pas amour entiere.

Je vous demande:

N'est pas bonne, doulce et sade, l'amande?

Mais se cellui qui la veult et demande

S'en rompt le col ou a l'arbre se pende,

Vault elle pis?

Le vin est bon, mais, s'aucun tant ou pis

S'en est fichié qu'yvre soit acroupis

Ou comme porc gisant com par despis,

Ou une bigne

Se fait ou front, par yvrece foligne,

Ou il s'occist, ou un autre l'engigne,

En doit, je croy, pour ce arrachier la vigne

Qui tel fruit donne?

Ne peut on pas de toute chose bonne

Trés mal user; d'une bonne personne

Peut venir mal a qui mal s'en ordonne.

Ainsi sanz faille

Est il d'amours, ce n'est pas controvaille,

Car il n'est chose ou monde qui tant vaille,

Mais cil est folz qui tel robe s'en taille

Dont pis li viegne.

C'est drois qu'amant a une amour se tiegne,

De tout son cuer aime et toudis maintiegne

Foy, loiaulté, et verité soustiegne;

Mais pour ce faire

N'est pas besoing s'occire et soy deffaire.

Amours faitte fu pour l'omme perfaire

Et non pas pour lui grever ne mefaire,

C'est chose voire.

Mais pour ce que ramentu mainte hystoire

Avez yci, que li contes avoire,

Des vrais amans, dignes de grant memoire,

Qui moult souffrirent

Par grant amour et qui a mort s'offrirent,

Aussi compter vueil de ceulz qui eslirent

Le mieux du jeu et pour amours tant firent

Que renommée

Par le monde fu de leur bien semmée

Par vaillans fais en mainte grant armée

Faire, par quoy a tousjours mais semmée

Sera leur grace

Trés honnourable, et riens n'est qui ne passe

Fors bon renom, mais après qu'on trespasse

Demeure los, sages est qui l'amasse.

Or regardons:

Se
Lancelot du
Lac, qui si preudons

Fu en armes, reçut de nobles dons

Pour celle amour, de quoy adès plaidons,

Fu il vaillant?

Qu'en dittes vous?
S'ala il exillant

Pour celle amour ne son corps besillant?

Je croy que non, ains plus que son vaillant

Lui fu valable,

Plus qu'autre riens et bonne et profitable;

Car par ce fu vaillant et agreable,

Dont ne lui fu ne male ne nuisable,

Je croy au mains,

Si ne s'occist, ne fu par autres mains

Mort ne blecié, ains de joye en fu pleins.

Aussi d'aultres en fu, encore est, mains:

Et meismement

Tristan, de qui parlastes ensement,

En devint preux; se l'ystoire ne ment,

Pour amours vint le bon commencement

De sa prouece;

Et non obstant qu'il moru a destrece

Par
Fortune, qui maint meschief adrece,

Tant de bien fit pour sa dame et maistrece

Qu'a tousjours mais

Sera parlé de ses haultains biensfais,

Ce fist
Amours par qui il fu parfais.

Si avez dit que de l'amoureux fais

Fors mal ne vient;

Or regardons, pour
Dieu, s'il m'en souvient,

Se a chascun d'amours si mesadvient:

Jason jadis, si com l'ystoire tient,

Fu reschappé

De dure mort, ou estoit entrapé

Se du peril ne l'eüst destrappé

Medée, qui de s'amour ot frapé

Le cuer si fort

Que le garda et restora de mort,

Quant la toison d'or conquist par le sort

Que lui aprist en
Colcos, quant au port

Fu arrivé;

Qui qu'en morust, cellui fu avivé

Par telle amour, mais trop fu desrivé

Quant faulte fist a celle qui privé

L'ot du peril.

Et
Theseüs, du roy d'Athenes filz,

Quant envoyé fu en
Crete en exil,

Adriane par son engien soubtil

Le reschapa

De dure mort; si le desvelopa

De la prison
Minos quant s'agrapa

A son filé et la gorge copa

Au cruel monstre;

Ne nuisi pas
Amours, je le vous monstre,

A cestuy cy, car hystoire desmontre

Qu'il eschapa par mer plus tost que loustre

Gué ne trespasse.

Et
Eneas, après qu'ot esté arse

La grant cité de
Troye, a qui reverse

Fu
Fortune qui maint reaume verse,

Quant il par mer

Aloit vagant a cuer triste et amer

Ne ne finoit de ses
Dieux reclamer,

Mais bon secours lui survint pour amer,

Car accueilli

Fu de
Dido la belle et recueilli;

S'elle ne fust, esté eust maubailli,

Dont ot grant tort quant vers elle failli.

Si n'en morurent

Mie ces trois, ains reschapez en furent.

Et mains aultres assez de biens en eurent:

Et, si est vray, com les hystoires jurent,

Que
Theseüs,

Dont j'ay parlé, qui tant fu esleüs

Qu'avec le fort
Hercules fu veüs

En grans effors, en mains lieux fu sceüs,

Quant enfançon

Estoit petit, il estoit lait garçon,

Boçu, maufait, si com dit la chançon

De l'ystoire, mais il changia façon

Pour belle
Heleine;

Pour lui fu preux et emprist mainte peine.

Vous le véés en ces tapis de laine

En un aigle d'or, qu'on conduit et meine,

Ou fu mucié

Tant qu'il se fu a la belle anoncié;

Puis la ravi, dont furent corroucié

Tous ses parents, si ne lui fu laissié

La mener loings.

Si n'est on pas exillé de tous poins

Pour ceste amour quant on aprent les poins

D'estre vaillant par honnourables soings.

Autres hystoires

Si racontent assez de choses voires

Des vrais amans, dont les haultes memoires

A tousjours mais seront partout notoires:

Et
Flourimont

D'Albanie, il n'ot en tout le mont

Nul plus vaillant, mais dont li vint tel mont

De vaillances fors d'Amours qui semont

Ses serviteurs

A estre bons, tant anoblist les cuers;

Pour
Rome de
Naples mains grans labeurs

Il endura, non obstant a tous feurs

Il conquestoit

Pris et honneur; son temps donc ne gastoit

En bien amer, par qui il acquestoit

Les vaillances qu'Amours lui aprestoit.

Et le
Galois

Durmas vaillant, qui fu filz au bon roys

Danemarchois, cellui ot si grant voix

De proueces que plus n'en orent trois;

Je vous demande

Que il perdi quant
Roÿne d'Yrlande

Prist a amer et tout en sa commande

Il se soubsmist, dont passa mainte lande

Pour lui conquerre

Son royaume et demena si grant guerre

Qu'il le conquist et lui rendi sa terre,

Dont il dot bien par droit honeur acquerre.

Cleomadès

Fu il vaillant pour
Amours?
Et adès

Armes suivoit aussi
Palamedès;

Vous souvient il des proeces et des

Grans vaillantises

Qu'on dit de lui assez en maintes guises?

Tout pour
Amours faisoit ses entreprises;

Si vous suppli ne soient voz devises

Que mal en prengne.

Aussi
Artus, qui fu duc de
Bretaigne,

Pour
Fleurance, qui puis fu sa compaigne,

Il chevaucha et
France et
Alemaigne

Et maintes terres,

En mains beaulz fais et en maintes grans guerres,

Tout pour
Amours qui le mettoit es









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan