Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Lay de clxv vers leonimes - Ballade


Ballade / Poémes d'Christine de Pisan





Amours, plaisant nourriture,

Trés sade et doulce pasture,

Pleine de bonne aventure,

Et vie trés beneureuse,

Du vray loial cuer l'ointture,

Qui entour lui fais ceinture

De joye, c'est ta droitture,

Doulce esperance amoureuse.



Et qui toute creature

Esjoïs de ta nature

Peine fais par aventure;

Mais elle est si doulcereuse

Qu'on te suit tout a esture,

N'il n'est ponce ne rasture

Qui effaçast ta pointure

Tant est au cuer savoureuse.



Tant plait ta vie a maintenir

A qui loial se veult tenir

En ton agreable dongier,

Pour le bien qu'on puet retenir

De toy servir, quant retenir

Daignes l'amant sanz estrangier.



De toy si li fais soustenir

Sa peine en gré, et s'astenir

Se veult de jamais ne changier,

Du bien lui fais grant point tenir

Qui a lui doit apartenir,

Mais qu'il s'y tiegne sanz bougier.



Et s'il est aucun qui soustiegne


Que de toi viengne

Plus mal que bien, vers moi viegne


Et retiegne;

Prouver lui vueil que nullement

N'en vient mal, mais qu'on s'y contiengne


Et maintiegne;

Si bien que par droit apartiegne


Que chascun tiengne

Que servi soiés loiaument.



Mais qui fault, mal lui en conviengne


Quoy qu'il aviengne

Ne, qui que loiaulté te tiengne,


Croy qu'il soustiegne

Joye et doulceur plus que tourment,

Mais drois est qu'a l'amant soviegne


Que gay se tiegne,

N'en lui fausseté ne retiengne,


Sanz plus detiengne

Une amour vraye seulement.



Tant y a compris


De bien en ton pris,

Qu'on ne pourroit extimer


Le bien que la pris


En ton doulz pourpris

A, par loyaument amer;




Ne par droit repris


Cuer de toy espris

Ne doit estre, ne blasmer


On ne puet le pris


De toy, car apris

Il a vie sanz amer.



Tu pues mander

Et comander,

Sanz amender,

De mal garder,

Dueil retarder,

Un cuer bourder,

D'amour bauder,

A toy soulder,

Poindre et larder,

Et posseder

Sanz nul frauder,

Faire tarder

De demander

Pour foy garder

De mal monder.



Peine esmonder,

Joye abonder,

Tout marchander,

Et dueil seder,

Bas affonder,

Et reffonder,

Bel regarder,

Voir recorder,

Sanz point bourder,

Pais accorder,

Non descorder,

Droit recorder

Pour amender,

En sens fonder

Et perfonder.



Et s'aucuns n'ont de ta vie


Nulle envie,

Ains la veulent mesprisier,

Gentillece est d'eulx ravie;


Car plevie

L'ont les bons pour eulx aisier,


Et plaisier

Fais les cuers, ou poursuivie

Est joye sanz delaissier.



Par toy est dame servie,


Assouvie

Sanz amenuisier

Son honneur n'estre asservie


Mais suivie

De baudour, qui rabassier


Et froissier

Fait doulour qui gent desvie;

Joye est qui la puet puisier.



Mais on fait maint mauvais raport,


Disant qu'au port

De toy a doulereux aport,


Et dont pluseurs se duellent,

Et que moult pou y a deport


Quoy qu'on s'i port

Gaiement, et qu'en gré le port


Cellui ou ceulx qui te veulent.



Et que mieulx vault qu'on se deport


De ton aport,

Que tel faissel on s'en emport,


Et qu'a ton molin meulent

Paille sanz grain ceulz qui ton port


Suivent, deport

N'ont de toy ne qui les raport


A bien, ains perir suellent.



Si est trop mau dit,

Car pour voir je tien

Que, sanz contredit,

Quant l'en devient tien

On se desrudist,

Qui ton doulz maintien

Poursuit, n'escondit,

Si com je maintien,

N'yert ja ne desdit.



L'amant, qui du tien

Enrichis, mesdit

Het; pour ce soustien

Que qui te laidist

Son meffait retien

Et fais un edit

Ou pour fol le tien;

De toy soit maudit

Et son preu detien.




Soit party,


Ressorty,


Perverty,

De ton doulz soulas


Hors sorty,


Converti


En party


Dur party

Qui mesdit de tes laz!




Dire halas!


Vain et las!


Comme las,

Lui fais sanz dire «gar t'y»,


S'ainsi l'as


Se follas


Ne meslas


N'affolas

Onc nul, cil soit amorty.




Si debat son chief


En vain, qui destruire


Cuide par nul chief


Ton fait, ne toy nuire,

Que l'en voit sur tous reluire


Et qui est tant fort

Que ou monde n'a tel effort.




Et c'est grant meschief


De tel gent, qui duire


Cuident de rechief


Le monde, et recuire

En nouvel sain, et reduire


Gent sanz le confort

De toy, mais tu vains au fort.



Amour sanz chalange,

Honneur et louange

T'apartient, et ment ge?

Quant fus par l'archange

En ce monde estrange

Envoyé en change

De la male arrange

Qui nous mist en fange,

Et par toy en range

Ou ciel sommes d'ange,



Ce fu noble eschange

Et un doulz meslange,

Dont se te revenge

Nul ne m'en laidenge,

Car ne me desrenge

De loial losenge.

Mon cuer s'i essange

Quant bien il te venge

Et du tout estrange

Haïneuse grange.






Dont blasmée


Ne clamée.


Diffamée


Ne nommée,


Mau renommée


Ne fusmée

Ne dois estre, mais amée

Et prisée plus qu'autre rien.




Car armée


Enarmée,


Affermée,


Confermée


T'es et formée


Bien fermée

Pour nous, c'est chose informée,

Ne le nyer n'y vauldroit rien.




Exprimée


Ne primée,


Point frimée


N'extimée


De hors limée


Trop semmée

Ne pues estre n'enflammée

En ce monde terrien.




Ains est dommage


Qu'en ton hommage


Et fol et sage


Par droit usage


N'est, car l'oultrage


Qui fait la rage


Ou monde ombrage

Par male et fausse convoitise.




Seroit en cage


Et hors usage;


Ne tel langage,


Comme on l'engage


Par le hautage


D'orgueil qui nage


En maint rivage,

N'iert ou monde, et ce qui l'atise




C'est le buvrage


Qu'envie charge


Qui n'assowage,


Ains deheberge


De son heberge


Toy qui sanz barge,


Comme en mer large,

Vas flotant par telle faintise.




Mais ou passage,


Ou le peage


Devons de gage,


En l'eritage


Du monde ombrage


Y a ymage


De fausse targe,

D'amour fainte et fausse cointise.



Si conclus qu'en ta closture,

Vraye non pas couverture,

On ne doit avoir roupture

A vie trés doulcereuse,

Et qui en fait sa pousture

Jusqu'il soit en sepulture

Il puet bien la pourtraiture

Porter de paix laüreuse.



Car avec lui par jointure

L'a a trés forte cousture

Cousue par aventure

Si que peine doulereuse

N'ara en la deffritture

Infernal qui, par droitture,

Punist humaine faitture

En l'orde valée ombreuse.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan