Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

Voix basses et phénix - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





UNE VOIX

Tu fus sage d'ouvrir, il vint à la nuit. Il posa près de toi la lampe de pierre. Il te coucha nouvelle en ta place ordinaire, De ton regard vivant faisant étrange nuit.

UNE AUTRE VOIX

La première venue en forme d'oiseau Frappe à ma vitre au minuit de ma veille. J'ouvre et saisie dans sa neige je tombe Et ce logis m'échappe où je menais grand feu.

UNE voix

Elle gisait, le cœur découvert. A minuit, Sous l'épais feuillage des morts, D'une lune perdue elle devint la proie, La maison familière où tout se rétablit.

UNE AUTRE VOIX

D'un geste il me dressa cathédrale de froid. O Phénix ! Cime affreuse des arbres crevassée Par le gel ! Je roulais comme torche jetée Dans la nuit même où le Phénix se recompose

Mais que se taise celle qui veille encor

Sur l'àtre, son visage étant chu dans les flammes,

Qui reste encore assise, étant sans corps.

Qui parle pour moi, ses lèvres étant fermées, Qui se lève et m'appelle, étant sans chair, Qui part laissant sa tête dessinée.

Qui rit toujours, en rire étant morte jadis.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages