Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

Menaces du témoin - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





I



Que voulais-tu dresser sur cette table,,
Sinon le double feu de notre mort ?
J'ai eu peur, j'ai détruit dans ce monde la table
Rougeàtre et nue, où se déclare le vent mort.

Puis j'ai vieilli.
Dehors, vérité de parole
Et vérité de vent ont cessé leur combat.
Le feu s'est retiré, qui était mon église.
Je n'ai même plus peur, je ne dors pas.



II



Vois, déjà tous chemins que tu suivais se ferment,

Il ne l'est plus donné même ce répit

D'aller même perdu.
Terre qui se dérobe

Est le bruit de tes pas qui ne progressent plus.

Pourquoi as-tu laissé les ronces recouvrir

Un haut silence où tu étais venu ?

Le léu veille désert au jardin de mémoire

Et toi, ombre dans l'ombre, où es-tu, qui es-tu ?



III



Tu cesses de venir dans ce jardin,

Les chemins de souffrir et d'être seul s'effacent.

Les herbes signifient ton visage mort.

Il ne t'importe plus que soient cachés

Dans la pierre l'église obscure, dans les arbres

Le visage aveuglé d'un plus rouge soleil,

Il te suffit

De mourir longuement comme en sommeil,

Tu n'aimes même plus l'ombre que tu épouses



IV



Tu es seul maintenant malgré ces étoiles,

Le centre est près de toi et loin de toi,

Tu as marché, tu peux marcher, plus rien ne change,

Toujours la même nuit qui ne s'achève pas.

Et vois, tu es déjà séparé de toi-même,
Toujours ce même cri, mais tu ne l'entends pas,
Es-tu celui qui meurt, toi qui n'as plus d'angoisse,
Es-tu même perdu, toi qui ne cherches pas ?



V



Le vent se tait, seigneur de la plus vieille plainte,
Serai-je le dernier qui s'arme pour les morts ?
Déjà le feu n'est plus que mémoire et que cendre
Et bruit d'aile fermée, bruit de visage mort.

Consens-tu de n'aimer que le fer d'une eau grise
Quand l'ange de ta nuit viendra clore le port
Et qu'il perdra dans l'eau immobile du port
Les dernières lueurs dans l'aile morte prises ?

Oh, souffre seulement de ma dure parole
Et pour toi je vaincrai le sommeil et la mon,
Pour toi j'appellerai dans l'arbre qui se brise
La flamme qui sera le navire et le port.

Pour toi j'élèverai le feu sans lieu ni heure,
Un vent cherchant le feu, les cimes du bois mort.
L'horizon d'une voix où les étoiles tombent
Et la lune mêlée au désordre des morts.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages