Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

L'orée du bois - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





Tu me dis que tu aimes le mot ronce,
Et j'ai là l'occasion de te parler,
Sentant revivre en toi sans que tu le saches
Encore, cette ardeur qui fut toute ma vie.



Mais je ne puis rien te répondre : car les mots

Ont ceci de cruel qu'ils se refusent

À ceux qui les respectent et les aiment

Pour ce qu'ils pourraient être, non ce qu'ils sont.



Et ne me restent donc que des images,
Soit, presque, des énigmes, qui feraient
Que se détournerait, triste soudain,
Ton regard qui ne sait que l'évidence.



C'est comme quand il pleut le matin, vois-tu,
Et qu'on va soulever l'étoffe de l'eau
Pour se risquer plus loin que la couleur
Dans l'inconnu des flaques et des ombres.



II



Et pourtant, c'est bien l'aube, dans ce pays
Qui m'a bouleversé et que tu aimes.
La maison de ces quelques jours est endormie,
Nous nous sommes glissés dans l'éternel.



Et l'eau cachée dans l'herbe est encore noire,

Mais la rosée recommence le ciel.

L'orage de la nuit s'apaise, la nuée

A mis sa main de feu dans la main de cendre.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages