Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

Les gl'eitel'rs - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





I



Il v avait un couloir au fond du jardin.
Je ic'vais que j'allais dans ce couloir,
La mort venait avec ses
Heurs hautes flétries.
Je rêvais que je lui prenais ce bouquet noir.



Il v axait une étagère dans ma chambre.
J'entrais au soit.

El je venais deux femmes racornies
Crier debout sut le bois peint de noir.



Il v avait un escalier, et je rêvais
Qu'au milieu de la nuit un chien hurlait
Dans cet espace de nul chien, et je venais
Un horrible chien blanc sortir de l'ombre.



II



J'attendais, j'avais peur, je la guettais.
Peut-être enfin une porte s'ouvrait (Ainsi parfois dans la salle durait
Dans le plein jour une lampe allumée.
Je n'ai jamais aimé que cette rive».

Était-elle la mort, elle ressemblait
A un port vaste et vide, et je savais
Que dans ses yeux avides le passé
El l'avenir toujours se détruiraient
Comme le sable et la mer sur la rive.

Et qu'en elle pourtant j'établirais
Le lieu triste d'un chant que je portais
Comme l'ombre et la boue dont je faisais
Des images d'absence quand venait
L'eau effacer l'amertume des rives.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages