Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

Deux couleurs - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





Plus avant que l'étoile

Dans le reflet

Creusent deux mains qui n'ont, pour retenir,

Que leur confiance.

Cherchent deux mains, brisées,

Pour mieux que l'or

Et que naisse la vie

De rien qu'un rêve.

O gerbes du reflet

Malgré la boue,

Seuil dans le froissement

De l'eau fermée.

Branches et fruits qui passent

L'eau maçonnée !

Oui, tu es ce pays.

Toi que j'éveille

Comme dans l'eau qu'on trouble, même de nuit.

Le ciel est autre.

Bouge dans l'eau remuée
L'arbre d'étoiles.



Prend, dans le souffle accru,
L'autre lumière.

Et donc, puissance nue,

Je te recueille

Dans mes mains rapprochées

Pour une coupe.

S'écoulent au travers

De mes doigts les mondes,

Mais ce qui monte en nous, mon eau, brûlée,

Veut une vie.

Je te touche des lèvres,

Mon amie.

Je tremble d'aborder, enfant, sommeil,

A cette
Egypte.

Feuillages, nuits d'été,

Bètes, routes du ciel,

Souffles, silencieux, signes, inachevés,

Sont là qui dorment.


Bois, me dis-tu pourtant.

Au sens qui rêve.

Bois, je suis l'eau, brûlée,
A l'épaule du flux,
Là où gonfle le sein,
Par un reflet d'étoile.
Bois, en reflet.



Aime sur moi, que tu ne peux saisir,

D'une bouche sans fin,

La présence immobile de l'étoile.

J'ai confiance, je bois,

L'eau glisse de mes doigts.

Non, elle brille.

Terres, entr'aperçues,

Heibes d'avant le temps, pierres mûries,

Couleurs autres, jamais

Rêvées si simples,

Je louche à vos épis, lourds, que courbe le flux

Dans la ténèbre.

Et notre cri, soudain,
Défait l'étreinte,
Mais quand tu te répands,
Aube, ce blé demeure.

Plus avant que l'étoile

Qui a blanchi

Trouve l'agneau le berger

Parmi les pierres.

Aube sur l'écume, laiteuse,

Des bêtes serrées.



Paix au bout du flot, désuni,
Des piétinements.
Il a fait froid, de la nuit
Reste mêlée à la terre.

Plus avant que l'étoile

Dans ce qui est

Se baigne simple l'enfant

Qui porte le monde.

Il fait nuit encore, mais lui

Est de deux couleurs,

Un bleu qui prend au vert

Du faite des arbres

Comme un feu se fait clair

Parmi des fruits

El le rouge des lourdes

Étoffes peintes

Que lavait l'Égyptienne, l'irréveillée,

De nuit, dans l'eau du lleuve.

Quand la perche a heurté.

Est-ce le jour.

Dans la boue de l'image aux yeux déserts

A la parole.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages