Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Yves Bonnefoy

Dedham, vu de langham - Poéme


Poéme / Poémes d'Yves Bonnefoy





I



Dedham, vu de
Langham.
L'été est sombre

Où des nuages se rassemblent.
On pourrait croire

Que tout cela, haies, villages au loin,

Rivière, va finir.
Que la terre n'est pas

Même l'éternité des bêtes, des arbres,

Et que ce son de cloches, qui a quitté

La tour de cette église, se dissipe,

Bruit simplement parmi les bruits terrestres,

Comme l'espoir que l'on a quelquefois

D'avoir perçu des signes sur des pierres

Tombe, dès qu'on voit mieux ces traits en désordre,

Ces taches, ces sursauts de la chose nue.

Mais tu as su mêler à ta couleur
Une sorte de sable qui du ciel
Accueille l'étincellement dans la matière.
Là où c'était le hasard qui parlait
Dans les éboulements, dans les nuées,
Tu as vaincu, d'un début de musique,
La forme qui se clôt dans toute vie.

Tu écoutes le bruit d'abeilles des choses claires,

Son gonflement parfois, cet absolu

Qui vibre dans le pré parmi les ombres,

Et tu le laisses vivre en toi, et tu t'allèges

De n'être plus ainsi hâte ni peur.

O peintre,

Comme une main presse une grappe, main divine,

De toi dépend le vin; de toi, que la lumière

Ne soit pas cette griffe qui déchire

Toute forme, toute espérance, mais une joie

Dans les coupes même noircies du jour de fête.

Peintre de paysage, grâce à toi

Le ciel s'est arrêté au-dessus du monde

Comme l'ange au-dessus d'Agar quand elle allait,

Le cœur vide, dans le dédale de la pierre.

Et que de plénitude est dans le bruit,

Quand tu le veux, du ruisseau qui dans l'herbe

A recueilli le murmure des cloches,

Et que d'éternité se donne dans l'odeur

De la fleur la plus simple!
C'est comme si

La terre voulait bien ce que l'esprit rêve.

Et la petite fille qui vient en rêve

Jouer dans la prairie de
Langham, et regarde

Quelquefois ce
Dedham au loin, et se demande
Si ce n'est pas là-bas qu'il faudrait vivre,
Cueille pour rien la fleur qu'elle respire
Puis la jette et l'oublie; mais ne se rident
Dans l'éternel été
Les eaux de cette vie ni de cette mort.



II



Peintre,

Dès que je t'ai connu je t'ai fait confiance,

Car tu as beau rêver tes yeux sont ouverts

Et risques-tu ta pensée dans l'image

Comme on trempe la main dans l'eau, tu prends le fruit

De la couleur, de la forme brisées,

Tu le poses réel parmi les choses dites.

Peintre,

J'honore tes journées, qui ne sont rien

Que la tâche terrestre, délivrée

Des hâtes qui l'aveuglent.
Rien que la route

Mais plus lente là-bas dans la poussière.

Rien que la cime

Des montagnes d'ici mais dégagée,

Un instant, de l'espace.
Rien que le bleu
De l'eau prise du puits dans le vert de l'herbe
Mais pour la conjonction, la métamorphose
Et que monte la plante d'un autre monde,
Palmes, grappes de fruits serrées encore,
Dans l'accord de deux tons, notre unique vie.
Tu peins, il est cinq heures dans l'éternel
De la journée d'été.
Et une flamme
Qui brûlait par le monde se détache
Des choses et des rêves, transmutée.
On dirait qu'il ne reste qu'une buée
Sur la paroi de verre.

Peintre,

L'étoile de tes tableaux est celle en plus

De l'infini qui peuple en vain les mondes.

Elle guide les choses vers leur vraie place,

Elle enveloppe là leur dos de lumière,

Plus tard,

Quand la main du dehors déchire l'image,

Tache de sang l'image,

Elle sait rassembler leur troupe craintive

Pour le piétinement de nuit, sur un sol nu.

Et quelquefois,

Dans le miroir brouillé de la dernière heure,

Elle sait dégager, dit-on, comme une main

Essuie la vitre où a brillé la pluie,

Quelques figures simples, quelques signes

Qui brillent au-delà des mots, indéchiffrables

Dans l'immobilité du souvenir.

Formes redessinées, recolorées

A l'horizon qui ferme le langage,

C'est comme si la foudre qui frappait

Suspendait, dans le même instant, presque éternel,

Son geste d'épée nue, et comme surprise

Redécouvrait le pays de l'enfance,

Parcourant ses chemins; et, pensive, touchait

Les objets oubliés, les vêtements

Dans de vieilles armoires, les deux ou trois

Jouets mystérieux de sa première

Allégresse divine.
Elle, la mort,

Elle défait le temps qui va le monde,

Montre le mur qu'éclaire le couchant,

Et mène autour de la maison vers la tonnelle

Pour offrir, ô bonheur ici, dans l'heure brève,

Les fruits, les voix, les reflets, les rumeurs,

Le vin léger dans rien que la lumière.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Yves Bonnefoy
(1923 - ?)
 
  Yves Bonnefoy - Portrait  
 
Portrait de Yves Bonnefoy


Biographie

Principaux ouvrages