Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile de Viau

Stances - Poéme


Poéme / Poémes d'Théophile de Viau





Quand tu me vois baiser tes bras,
Que tu poses nus sur tes draps,
Bien plus blancs que le linge même ;
Quand tu sens ma brûlante main
Se promener dessus ton sein,
Tu sens bien,
Cloris, que je t'aime.



Comme un dévot devers les cieux,
Mes yeux tournés devers tes yeux,
A genoux auprès de ta couche,
Pressé de mille ardents désirs,
Je laisse sans ouvrir ma bouche
Avec toi dormir mes plaisirs.



Le sommeil aise de t'avoir
Empêche tes yeux de me voir,
Et te retient dans son empire

Avec si peu de liberté,
Que ton esprit tout arrêté
Ne murmure ni ne respire.



La rose en rendant son odeur,
Le soleil donnant son ardeur,
Diane et le char qui la traîne,
Une
Naïade dedans l'eau,
Et les
Grâces dans un tableau,
Font plus de bruit que ton haleine.



Là je soupire auprès de toi,
Et considérant comme quoi
Ton œil si doucement repose,
Je m'écrie : Ô
Ciel ! peux-tu bien
Tirer d'une si belle chose
Un si cruel mal que le mien ?








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile de Viau
(1590 - 1626)
 
  Théophile de Viau - Portrait  
 
Portrait de Théophile de Viau