Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile de Viau

Sonnet vi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Théophile de Viau





Ministre du repos,
Sommeil, père des songes,
Pourquoi t'a-t-on nommé l'image de la mort?
Que ces faiseurs de vers t'ont jadis fait de tort
De le persuader avecque leurs mensonges !



Faut-il pas confesser qu'en l'aise où tu nous plonges,
Nos esprits sont ravis par un si doux transport,
Qu'au lieu de raccourcir, à la faveur du sort,
Les plaisirs de nos jours,
Sommeil, tu les allonges?



Dans ce petit moment, ô songes ravissants !
Qu'Amour vous a permis d'entretenir mes sens,
J'ai tenu dans mon lit Élise toute nue.



Sommeil, ceux qui t'ont fait l'image du trépas,
Quand ils ont peint la mort, ils ne l'ont pas connue,
Car vraiment son portrait ne lui ressemble pas.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile de Viau
(1590 - 1626)
 
  Théophile de Viau - Portrait  
 
Portrait de Théophile de Viau