Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile de Viau

Ode xiv - Ode


Ode / Poémes d'Théophile de Viau





Perside, je me sens heureux
De ma nouvelle servitude,
Vous n'avez point d'ingratitude
Qui rebute un cœur amoureux.
Il est bien vrai que je me fâche
Du fard où votre teint se cache.
Nature a mis tout son crédit À vous faire entièrement belle,
L'art qui pense mieux faire qu'elle
Me déplaît et vous enlaidit.



L'éclat, la force et la peinture '
De tant et de si belles fleurs
Que l'Aurore avec ses pleurs
Tire du sein de la nature,
Sans fard et sans déguisement
Nous donne bien plus aisément
Le plaisir d'une odeur naïve,
Leur objet nous contente mieux
Et se montre devant nos yeux
Avec une couleur plus vive.



Les oiseaux qui sont si bien teints
Ne couvrent point d'une autre image
Le lustre d'un si beau plumage
Dont la nature les a peints,
Et leur céleste mélodie,
Plus aimable qu'en
Arcadie
N'étaient les flageolets des dieux,
Prend elle-même ses mesures,
Choisit les tons, fait les césures,
Mieux que l'art le plus curieux ".



L'eau de sa naturelle source
Trouve assez de canaux ouverts
Pour traîner par des plis divers
La facilité de sa course :
Ses rivages sont verdissants
Où des arbrisseaux fleurissants
Ont toujours la racine fraîche,
L'herbe y croît jusqu'à leur gravier,



Mais une herbe que le bouvier
N'apporta jamais à sa crèche.



Ces petits cailloux bigarrés

En des diversités si belles,

Où trouveraient-ils des modèles

Qui les fissent mieux figurés ?

La nature est inimitable,

Et dans sa beauté véritable

Elle éclate si vivement

Que l'art gâte tous ses ouvrages

Et lui fait plutôt mille outrages

Qu'il ne lui donne un ornement.



L'art, ennemi de la franchise,
Ne veut point être reconnu,
Mais l'Amour qui ne va que nu
Ne souffre point qu'on se déguise.
Les
Nymphes au sortir des eaux
D'un peu de jonc et de roseaux
Se font la coiffure et la robe;
Et les yeux du
Satyre ont droit
De regretter encor l'endroit
Que le vêtement leur dérobe.



Si vous saviez que • peut l'effort
De votre beauté naturelle,
Et combien de vainqueurs pour elle
Implorent l'aide de la mort,
Vous casseriez ces pots de terre,
De bois, de coquille, de verre,



Où vous renfermez vos onguents :
La nuit vous quitteriez le masque,
Et perdriez cette humeur fantasque
De dormir avecque vos gants.



Lorsque vous serez hors d'usage,
Et que l'injure de vos ans
Appellera les courtisans À l'amour d'un plus beau visage,
Quand vos appas seront ôtés,
Que les rides de tous côtés
Auront coupé ce front d'albâtre,
Tâchez lors d'escroquer l'amour,
Et si vous pouvez, chaque jour,
Faites-vous de cire ou de plâtre.



Si le
Gel me fait vivre assez
Pour voir la fin de votre gloire
Et me punir de la mémoire
De nos contentements passés,
Je crois que je serai bien aise,
Ne trouvant plus rien qui me plaise
Au visage que vous aurez,
De revoir l'amour et les
Grâces
Et d'en aller baiser les traces
Sur le fard dont vous userez.



Mais aujourd'hui, belle
Perside,
Vos jeunes yeux seront témoins
Qu'il faut un siècle pour le moins
Pour vous amener une ride.



L'Aurore qui dedans mes vers
Voit apprendre à tout l'univers
Que votre beauté la surmonte,
Arrachant de ses beaux habits
Et les perles et les rubis,
Elle pleure et rougit de honte.



Elle n'est point rouge au matin
D'autant que
Tithon l'a baisée
Et ne verse point sa rosée
Pour la marjolaine et le thym.
La rougeur qui paraît en elle,
C'est de voir
Perside si belle,
Et l'humidité de ses pleurs,
Quoi que chante la poésie,
Ce sont des pleurs de jalousie
Et des marques de ses douleurs.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile de Viau
(1590 - 1626)
 
  Théophile de Viau - Portrait  
 
Portrait de Théophile de Viau