Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Théophile de Viau

Lix - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Théophile de Viau





Quelque si doux espoir où ma raison s'appuie,
Un mal si découvert ne se saurait cacher;
J'emporte malheureux, quelque part où je fuie,
Un trait qu'aucun secours ne me peut arracher.



Je viens dans un désert mes larmes épancher,
Où la terre languit, où le
Soleil s'ennuie,
Et d'un torrent de pleurs qu'on ne peut étancher
Couvre l'air de vapeurs et la terre de pluie.



Parmi ces tristes lieux traînant mes longs regrets,
Je me promène seul dans l'horreur des forêts,
Où le funeste orfraie et le hibou se perchent.



Là le seul réconfort qui peut m'entretenir,

C'est de ne craindre point que les vivants me cherchent

Où le flambeau du jour n'osa jamais venir,








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Théophile de Viau
(1590 - 1626)
 
  Théophile de Viau - Portrait  
 
Portrait de Théophile de Viau