Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet xxv - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





Apres qu'Amour par trop mortelle atteinte
M'eut fait au cœur une playe piteuse,
Et qu'il connut que sa flame amoureuse
Estoit en moy bien ardamment emprainte :

Il retira sa flesche en mon sang teinte,
Laissant en moy son humeur venimeuse :
Mais ma maistresse (helas) trop rigoureuse,
Il ne toucha seulement que par feinte.



Or pour fuir la rigueur, qui me tue,
J'ay fait dessein d'abandonner ce lieu,
Où veit ma douce, et fâcheuse contraire.

Mais pour empesche,
Amour, ce petit
Dieu,
Couvrant mes yeux de son obscure nue,
Ne me permet de mon mal me distraire.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard