Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet xxii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





De quelle
Idée ay-je peu retirer,

Le haut dessein de ma conception ?

Comme s'est peu toute perfection,

En un pourtrait si vivement tirer ?
Comme peux tu, beauté, me martirer ?

Et esmouvoir si forte affection ?

Mais comme puis-je, estrange passion,

De ta froideur si grand feu attirer ?
Ah, vain
Amour, qu'oses tu espérer ?

Pourray-je assez chaudement souspirer,

Pour faire ardoir cette marbrine image ?
Ainsi perdoit, et souspirs, et parolle,

Pigmalion * faisant à son
Idole

Trop vainement (le misérable) hommage.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard