Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet xvii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





A cest anneau parfait en forme ronde,
Ensemble et toy, et moy, je parangonne.
La foy le clôt : la foy ne m'abandonne.
Son teint est d'or : moins que l'or tu n'es blonde.

S'il est semé de larmes : trop abonde

L'humeur en moy, qui proye au dueil me donne.

Si un escrit au dedans l'environne :



Tu m'es au cueur en graveure profonde.

Sa foy retient un diamant lié
Et mon service à toy tout dédié
T'arrestera ; tant sois cruelle, ou dure.

Et puis, ainsi que ny force, ny flame
Peut consumer un diamant, (Madame)
Malgré tout sort sans fin mon amour dure.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard