Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet xvi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





Pourray-je bien sans toy, ma chère guide,
Monstrer ce jour face seraine et claire ?
Mon œil qui luit seulement pour te plaire,
Pourra il bien estre de pluye vuide ?

Si le doux feu de tes raiz ne me guide,
Je suis certain de mesme ruine faire,
Que feit jadis le jeune téméraire,
Qui aux chevaus ardens mal tint la bride.

Ainsi
Phebus dolent se print à dire,
Ne voyant point l'Estoille blonde luire,
Qui le conduit.
Puis adjouta encore :



Vieillard
Titon * debout : l'heure est venue.
Ah, n'as tu pas assez long temps tenue,
Entre tes bras jaloux ma blanche
Aurore ?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard