Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet xii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





Je mesurois pas à pas, et la plaine,
Et l'infini de vostre cruauté,
Et l'obstiné de ma grand' loyauté
Et vostre foy fragile et incertaine.
Je mesurois vostre douceur hauteine,
Vostre angelique et divine beauté,
Et mon désir trop hautement monté,
Et mon ardeur, votre glace et ma peine.



Et ce pendant que mes affections,
Et la rigueur de voz perfections,
J'allois ainsi tristement mesurant :
Sur moy cent fois tournastes vostre veuë,
Sans estre en rien piteusement esmeuë
Du mal, qu'ainsi je souffrois en mourant.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard