Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet lxi - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





J'ay tant crié, o doulce
Mort, renverse

Avec ce corps mon grief torment souz terre,
Que je me sens presque finir la guerre
De l'espérance à mon désir diverse.



Voy,
Dame, voy, que les pleurs que je verse,
Et les souspirs ardens, que je deserre
Hors de mon cœur, et le traict qui m'enferre,
Veullent finir si dure controverse.

Mes pleurs ont ja tant d'humeur attiré,
Et mes soupirs tant d'ardeur respiré,
Et tant de sang ce traict m'ha fait respandre,



Que sans humeur, chaleur, ou sang encore,
Ce peu d'esprit qui m'est resté t'adore
En ce corps sec, froid, pasle, et presque en cendres.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard