Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Sonnet à maurice sceve - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





Si en toy luit le flambeau gracieux,

Flambeau d'Amour, qui tout gent cœur allume,
Comme il faisoit lors, qu'à ta docte plume
Tu feis hausser le vol jusques aux cieux :

Donne, sans plus, une heure à tes deux yeux
Pour voir l'ardeur, qui me brusle et consume
En ces erreurs, qu'Amour sur son enclume
Me fait forger, de travail ocieux.

Tu y pourras recognoistre la flame,
Qui enflama si hautement ton ame,
Mais non les traits de ta divine veine.

Aussi je prens le blasme en patience,
Prest d'endurer honteuse pénitence,
Pour les erreurs de ma jeunesse vaine.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard