Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Le grand esprit errant par la machine ronde - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Pontus de Tyard





Le grand esprit errant par la machine ronde

Du
Ciel plus haut voûté les innombrables yeux,
Le courbe porte-signe et les estoilez
Dieux
Guide de nos destins, et troupe vagabonde :



Le feu plus
Ethéré, l'aer léger, l'humide
Onde,
Et la terre pesante, au giron fructueux,
Changent incessamment, ou de forme ou de lieux :
Rien n'est constant,
Ah ! rien n'est constant en ce monde.



Si est vraiment, je sens une constance en moy :

L'inviolable, ferme, opiniastre foy,

Qui ne peut jamais croistre, et qui ne peut s'estaindre.



Et dea ! vous ma maistresse, avez vous rien constant ?

Vous plaist-il pas pour moy reciproquer autant ?

He, crainte-crainte,
Helas ! que tu me donne à plaindre.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard