Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pontus de Tyard

Epigramme de salmace - Epigraphe


Epigraphe / Poémes d'Pontus de Tyard





A peine avoit seize ans, de la belle
Venus
Et du
Cyllenien * la jeune et chère race :
Quant, au temps que
Phebus son plus long chemin

[trace,
Dans un fleuve il voulut baigner ses membres nuds.



Mes souhais (dit
Salmace) ores sont avenus,

Ce disant, elle court, entre en l'eau et l'embrasse,
La peur saisit le cœur, et la honte la face
D'Hermaphrodit, qui n'a les feus d'Amour connus.



Plus la
Nymphe l'estraint, plus d'eschaper il tasche,
Dea (dit elle) fascheux, donc ma beauté te fasche :
Si faut il qu'à jamais ton corps au mien s'assemble.

Soit ainsi (dit
Venus) mais aussi vray sera

Que quiconque en ton fleuve, ô
Salmace, entrera,
Aura, comme vous deux, les deux sexes ensemble.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pontus de Tyard
(1521 - 1605)
 
  Pontus de Tyard - Portrait  
 
Portrait de Pontus de Tyard