Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pierre Jean Jouve

Nef - Poéme


Poéme / Poémes d'Pierre Jean Jouve





Dans un grand jour de royal bleu, aux langues de feu

De
Pentecôte, aux langues de feu sur les arbres, langues de flammes sur les pierres

Langues de feu gris sur les gris langues de flammes vertes sur les verts

Langues sur les seins de la pierre et langue sur l'immense droite nervée perpendiculaire

Langues des cloches langue blanche

Langues sur les monts construits en assises de construction

Langues aux fines prisons d'air roues géantes sans tournement

langues sur le sol de la mer

Langues sur le promontoire où la fugue a perfection et sur une face inégale plus haute que le firmament

langues de feu de
Pentecôte et sur un géant de l'amour à l'Etoile de la mer

Langues sur l'affouillement du
Temple et sur le doux
Sein de la mère.

Langues de feu sur le nombre pur

Langues de feu sur le bois de grange

Mais langues dans le vert violet le gris jaune et le blanc tout rouge

Langues au million de figures des âmes toujours inspirées

Langues de larmes des ardeurs sur tout le
Peuple d'aventure indiscernable et sacré

Qui souffrit une seule peine au cœur imputrescible des verres

Qui souffrit un seul élan fou par le jet terrible de pierre

Qui souffrit une seule passion à travers les eaux de la terre à partir de ce grand sol plat bleu.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pierre Jean Jouve
(1887 - 1976)
 
  Pierre Jean Jouve - Portrait  
 
Portrait de Pierre Jean Jouve