Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Pierre Jean Jouve

Adieu - Poéme


Poéme / Poémes d'Pierre Jean Jouve





I



Noir.
Noir.
Sentiment noir.

Frappe image noire un coup retentissant sur le gong du lointain

Pour l'entrée à l'épaisseur bien obscure de ce coeur

L'épaisse cérémonie à la longue plaine noire

De l'intérieur et de l'adieu, de minuit et du départ!



Frappe, comme un gong noir à la porte d'enfer!

Un aigre vent soulève les roseaux des sables

Confond les monts

Sous les nuées de mauvais temps de la mémoire

Fait retomber la vague en éclatante blancheur dans le néant.



C'est la journée épaisse intime où
Elle part

Jetant un dernier oeil aux prouesses d'amant,

Où il quitte, quelques maigres longueurs encor de faible sable

Et poussant la vieillesse de l'âge un aigre vent.



Noir, noir, sentiment noir, oh frappe clair et noir

Pour l'épaisse cérémonie à la terre sans lendemain

Portant comme un socle divin le monument de leur départ.



II



De longues lignes de tristesse et de brouillard

Ouvrent de tous côtés cette plaine sans fin

Où les monts s'évaporent puis reprennent

A des hauteurs que ne touche plus le regard:

Là où nous sommes arrivés, donne ta main,



Puis aux saules plus écroulés que nos silences

A l'herbe de l'été que détruisent tes pieds

Dis un mot sans raison profère un vrai poème,

Laisse que je caresse enfin tes cheveux morts

Car la mort vient roulant pour nous ses tambours loin,



Laisse que je retouche entièrement ton corps

Dans son vallon ou plage extrême fleur du temps

Que je plie un genou devant ta brune erreur

Ta beauté ton parfum défunt près du départ

Adorant ton défaut ton vice et ton caprice

Adorant ton abîme noir sans firmament.



Laisse ô déjà perdue, et que je te bénisse

Pour tous les maux par où tu m'as appris l'amour

Par tous les mots en quoi tu m'as appris le chant.



III



Adieu.
La nuit déjà nous fait méconnaissables

Ton visage est fondu dans l'absence.
Oh adieu

Détache ta main de ma main et tes doigts de mes doigts arrache

Laissant tomber entre nos espaces le temps

Solitaire étranger le temps rempli d'espaces;

Et quand l'obscur aura totalement rongé

La forme de ton ombre ainsi qu'une
Eurydice

Retourne-toi afin de consommer ta mort

Pour me communiquer l'adieu.
Adieu ma grâce

Au point qu'il n'est espoir de relier nos sorts

Si même s'ouvre en nous le temple de la grâce.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Pierre Jean Jouve
(1887 - 1976)
 
  Pierre Jean Jouve - Portrait  
 
Portrait de Pierre Jean Jouve