Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul-Jean Toulet

Les contrerimes - Poéme


Poéme / Poémes d'Paul-Jean Toulet





Dans le lit vaste et dévasté

J'ouvre les yeux près d'elle;

Je l'effleure: un songe infidèle
L'embrasse à mon côté.



Une lueur tranchante et mince Échancre mon plafond.

Très loin, sur le pavé profond.

J'entends un seau qui grince.



Dans le silencieux automne
D'un jour mol et soyeux,

Je t'écoute en fermant les yeux,
Voisine monotone.

Ces gammes de tes doigts hardis,
C'était déjà des gammes



Quand n'étaient pas encor des dames
Mes cousines, jadis;

Et qu'aux toits noirs de la
Rafette,
Où grince un fer changeant,

Les abeilles d'or et d'argent
Mettaient l'aurore en fête.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul-Jean Toulet
(1867 - 1920)
 
  Paul-Jean Toulet - Portrait  
 
Portrait de Paul-Jean Toulet