Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Paul-Jean Toulet

Biographie, œuvres de Paul-Jean Toulet


Poésie / Poémes d'Paul-Jean Toulet





Naissance: 5 juin 1867 Pau (Basses-Pyrénées)
Décès: 6 septembre 1920 Guéthary (Basses-Pyrénées)

Paul-Jean Toulet, est un écrivain et poète français, célèbre par ses Contrerimes, une forme poétique qu'il avait créée.

Petits tableaux où, par touches fines et adroites, est suggérée la beauté ou la drôlerie d'une chose, d'une atmosphère, ou évoquée, comme ici avec ce « tremble blanc », le souvenir d'un moment d'amour, de la vision fugitive d'une femme aimée, telles sont, savoureuses, les contrerimes ou les romances de Paul-Jean Toulet.



Paul-Jean Toulet perd sa mère à sa naissance. Tandis que son père regagne l'île Maurice, il est confié à un oncle de Bilhères, dans la vallée d'Ossau. Il séjourne trois ans à l'île Maurice (1885-1888) puis un an à Alger (1888-1889), où il publie ses premiers articles. Il arrive à Paris en 1898.

Il descend de Charlotte Corday (qui poignarda Marat) par sa mère, dont il est orphelin dès sa naissance, et de riches créoles de l'île Maurice par son père. Paul-Jean Toulet, né à Pau en 1867, son baccalauréat en poche, s'embarque pour l'île de ses ancêtres, où il reste trois ans, avant de venir s'installer à Paris, après un détour par Alger.
Figure du Boulevard, affichant des opinions monarchistes, chroniqueur à La Vie parisienne, ami de Curnonsky, dont il partage l'appartement, et de Toulouse-Lautrec, avec lequel il fréquente les cabarets, Toulet est aussi l'undes nègres du romancier Willy, premier mari de Colette. Sa santé délabrée par l'alcool et l'opium, il se retire, en 1912, dans sa maison familiale en Gironde, épouse la fille d'un restaurateur et meurt à Guéthary, en 1920, d'une hémorragie cérébrale sans voir l'édition de ses Contrerimes qu'il vient d'achever, recueil de courts poèmes mélancoliques et graves, sous leur préciosité ironique. Il est aussi l'auteur de romans : Mon amie Nane (1905) et La Jeune Fille verte (1920).

C'est là qu'il se forme véritablement, sous la tutelle de Willy, dont il est l'un des nombreux nègres, notamment pour Maugis en ménage. Colocataire du futur Prince des Gastronomes Curnonsky, il fréquente les salons mondains et les boudoirs demi-mondains qu'il évoque dans Mon Amie Nane. Il travaille beaucoup et se livre à divers excès, dont l'alcool et l'opium. Il collabore à de nombreuses revues, dont la Revue critique des idées et des livres de Jean Rivain et Eugène Marsan. De novembre 1902 à mai 1903, il effectue un voyage qui le mène jusqu'en Indochine.

Puis il part vivre à Paris en 1898. Là, il côtoie les boudoirs et autres salons mondains. Cette vie parisienne l'entraîne dans l'excès, il se laisse emporter par les vapeurs de l'alcool et de l'opium. Mais cette existence ne lui convient plus. Après un voyage d'un an (1908/1909) qui le mène jusqu'en Indochine, il quitte définitivement Paris en 1912. Il s'installe dans un premier temps chez sa soeur près de Libourne, avant de poser ses valises à Guéthary et de se marier. La fin de sa vie sera marquée par la maladie, mais il pourra assister à la publication de ses fameuses 'Contrerimes' réunies pour la première fois en 1916.

Sa gloire littéraire commence à poindre. Quelques poètes, dont Francis Carco, le prennent pour maître et lui demandent de rassembler ses poèmes, ce sera Les Contrerimes. La gloire est presque là, mais le trépas aussi. Le poète décède en 1920 laissant une œuvre secrète que les ans et les poètes parviendront à découvrir.

Œuvres

Monsieur du Paur, homme public (1898)
Le Mariage de Don Quichotte (1902)
Les Tendres Ménages (1904)
Mon Amie Nane (1905)
Comme une Fantaisie (1918)
La Jeune Fille verte (1920)

Les Contes de Béhanzigue (1920, éd. complète 1921)
Les Contrerimes (1921)
Le Souper interrompu (théâtre, 1922)
Les Trois Impostures (1922). Rééd. en 1929, Ed. Émile-Paul, Paris, ill. d'Hermine David.
Les Demoiselles La Mortagne (1923)
Lettres à soi-même (1927)
Vers inédits (1936)








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Paul-Jean Toulet
(1867 - 1920)
 
  Paul-Jean Toulet - Portrait  
 
Portrait de Paul-Jean Toulet