Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Olivier Larronde

Travaux d'aiguille de pin - Poéme


Poéme / Poémes d'Olivier Larronde





Bondée d'amers croissants, la fenêtre s'égare :
Chiffonniers câlinés, aimantés par les lunes,
Des chevaux font le vide où bénir ses charnières. À leurs temples la forge en couleuvres se perd ;
Sa hache, un maure au flanc, multiplie leurs profils;
Le char de ma lanterne en a creusé les marches,
La chapelle aux rayons des clefs à forme humaine.
Pavillons cueillez-y vos laques en amande,
Vos porches au talon d'étalons sans balance.



Ces poissons japonais, c'est l'onglée sur la place
Où s'enferme une aiguille et change de prison.
En vain s'y comparaient les dômes du spectacle,
Meublés de carillons, l'ombrelle aux corridas.
Ainsi la flotte naine a sa charge d'olives,
Manne des tuileries de banlieues au secret,
Au dos de leur façade, en regrettant ses boucles,
Du mors de sa baignoire imprimant des créoles. —
Spectateur m'y voici : la cognée des croissants
Accouche ces tunnels d'une chaîne d'images.

/.es barricades mystérieuses












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Olivier Larronde
(1927 - 1965)
 
  Olivier Larronde - Portrait  
 
Portrait de Olivier Larronde