Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Olivier Larronde



Biographie, ouvres de Olivier Larronde


Poésie / Poémes d'Olivier Larronde





Naissance: La Ciotat, 2 mars 1927
Décès: Paris, 31 octobre 1965

Olivier Larronde, est un poète français.

Il est le fils de Carlos Larronde et de Charlotte Fourcine, lui écrivain, journaliste, pionnier du théâtre radiophonique et poète, descendant d'une famille de négociants en vin bordelais.

Dès l'âge de 15 ans, suite aux décès successifs de son père puis de sa jeune sœur à laquelle il était très lié, Olivier Larronde, issu d'une famille de tradition bourgeoise et cultivée devenue bohème, abandonne les études. En 1943, il monte à Paris pour rencontrer Jean Cocteau dont il ne tarde pas à faire la connaissance, et dans son sillage, celle de Jean Genet. Celui-ci, admiratif, persuade l'éditeur Marc Barbezat de publier son premier recueil de poèmes Les Barricades Mystérieuses en 1946.

Sujet à des crises d'épilepsie, il se réfugie dans l'opium, dans l'alcool et les bars parisiens; il meurt dans la solitude et le dénuement le 31 mars 1965, à l'âge de 38 ans. Son troisième et dernier recueil, L'Arbre à lettres sera publié de manière posthume l'année suivante. Souvent comparé à Rimbaud, il est considéré par certains, tel Pontalis, comme le dernier rejeton de l'illustre lignée des poètes maudits1. Il est enterré au cimetière Samoreau, en Seine-et-Marne, à proximité de la tombe de Mallarmé, auteur qu'il admirait par dessus tous.

Deux livres publiés au cours de sa brève existence : Les barricades mystérieuses (1946) et Rien voilà l'ordre (1959) où se lit l'anagramme de son nom. Un livre posthume : L'arbre à lettres (1966).

Si le monde le relégua peut-être - dans le bénéfice du doute, les points de suspension - aux oubliettes des scribouillards allumés au réverbère des agitations mentales, ses contemporains lettrés, eux, ne passèrent pas à côté de ce zazou illuminé au sens strict comme au sens figuré - locataire funambule tenace des bistrots parisiens. De Cocteau à Eluard, en passant par Char, Bachelard - tous, à sa mort survenue en 1965 - le couvrirent d'éloges - même le difficile Genet qui lui accorda ce compliment - 'il a su trouver ‘son ton de voix’'.

Œuvres

Rien voilà l'ordre , illustré de 31 dessins d'Alberto Giacometti, L'Arbalète / Barbezat, 1959.
L'Arbre à lettres, L'Arbalète, Décines, 1966.
Les Barricades mystérieuses, L'Arbalète, Décines, 1990.
L'ivraie en ordre : poèmes et textes retrouvés, Textes réunis par Jean-Pierre Lacloche avec le concours de Patrick Mauriès, Le Promeneur, Paris, 2002.
Œuvres poétiques complètes, Le Promeneur, Paris, 2002.







 



Olivier Larronde
(1927 - 1965)
 
  Olivier Larronde - Portrait  
 
Portrait de Olivier Larronde