wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Roman, romance et double mort - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





.

Si le printemps avait songé

qu'il dût perdre un jour ton sourire

son azur eût bientôt changé

en sanglots d'orage ou bien pire

Si l'hiver est resplendissant

de soleil sur la douce neige

c'est qu'il croit que je t'aime autant

comme alors aujourd'hui le fais-je.

Si l'année finit en déroute fleuve sans bouche à l'Océan c'est que le temps avait deux routes le mien n'aura plus de cadran.



.

Encore durer loin de toi

encore attendre de te voir

un jour sans le bruit de ta voix

attendre un jour ton regard.

Ma face est près de ta face quand mes pas la suivront-ils ?
Si l'esprit vit dans l'espace le corps ne vit pas sans l'esprit.

Puisque seule tu l'animes les yeux perdus ton fiancé cette nuit n'aura de pensées que l'heure et le millésime.

Miracle que tout me quitte de ce qui n'est pas de chair pour aller en satellite vivre dans ton univers.

Miracle plutôt qu'on subsiste sans son âme et son esprit car
Dieu seul est ubiquiste ou les morts du paradis.



.

Mon
Dieu ! voici donc que je
T'offre ses regards fixés dans mes yeux son corps si tendre qui m'échauffe c'est ce que je t'offre mon
Dieu.

L'amour qui fut toute ma vie l'étreinte et les voix du secret le désir et sa mélodie voici cette proie d'émouchet.

Je
T'offre mes anciennes heures
Je renonce aux traces d'espoir aux transports de la chante-pleures j'offre deux faces deux miroirs.

Tout est dit, j'offre ma jeunesse qui transperçait mes cheveux blancs
Seigneur, c'est dit, je me confesse fermons la porte, allons-nous-en.

Ferme la porte offre l'automne j'offre mon printemps mon été voici la neige et je frissonne à franchir le dernier fossé.

Renonce, ah ! c'est déjà descendre ô
Mort vers tes douteux chaos et j'offre ce cristal scaphandre dont la vertu m'est un tombeau.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img