wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Récit du graal - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Dieu l'Immortel est comme un miroir neuf
Son
Fils
Jésus est aussi beau que
Lui :
De ce
Parfait chacun de nous est veuf entre naissance et la mort de l'oubli.
Dans les siècles, dans les siècles des hommes les plus savants prédirent le miracle.

Ce
Dieu miroir choisira son royaume

sur les charniers posera son pied nu

et restera pour tous aux
Tabernacles.

Jésus miroir !
Il viendra en
Judée

pour nous parler, nous aimer, nous aider

avec
Le
Sang,
Intelligence
Première

le
Gras de
Peau qui du monde est l'Esprit.

Ainsi viendra le
Seigneur
Jésus-Christ.

«
Moi ! me
Voici ! saignez
Dieu
Votre
Père

et mangez-Le donné par mes vicaires. »

Le
Sang de
Dieu s'envola du calvaire.

D'Arimathie dont le nom est
Joseph,

témoin, gardien et qui l'ensevelit

garde le
Sang raclé du crucifix.

Seigneur
Petrus ravit le vase en nef

chez les
Romains par l'empereur lépreux.

Arimathie, c'est le connu
Joseph.

A son neveu
Petrus qui part en nef

donne le vase où la manne rayonne.

Or en
Courlande ou le
Gall d'Angleterre

au château d'If sur le mont
Célestin

quand le troupeau des soldats, des guerriers



boit en chantant et veille sans lumière passe le
Graal aux mains de
Bérangère la
Sainte
Lance et qui pleure du
Sang.

Perceval l'Anglais qui voyageait en
France

fut à dîner près d'un fleuve par chance.

Pendant le vin parut une madone

portant le
Graal et la
Lance du
Sang

comme un cortège et comme une soupière.

C'était la fille du logis
Bérangère

au bord du
Loir près d'un père vieillissant.

Le jour d'après pauvresse de forêt

dit à l'Anglais qui s'était égaré

«
Celui qui
Graal en or reconnaîtra « empereur roi au monde il deviendra.

«
C'était le
Graal et sang de
Jésus-Christ

« la lance était le
Sang et
Eau d'esprit. »

Mais
Perceval songeait à
Blancheflor

qui songe à lui brodant au château fort.

Renoncer à l'amour de
Blancheflor

et tourner bride au donjon de la berge !

Car le saint
Graal n'appartient qu'aux mains vierges.

Dieu l'Immortel est comme un miroir neuf
Son
Fils
Jésus est aussi beau que
Lui
De ce
Parfait chacun de nous est veuf entre naissance et la mort de l'oubli.
Sur nos charniers se pose le pied nu du
Fils de
Dieu notre
Seigneur
Jésus.
Je suis heureux de vous avoir connu !








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img