wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Printemps ou aube - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





L'ongle de
Dieu ! l'ongle de
Dieu

a rayé, a rayé la nue, des nues des nuits

c'est une craquelure ; l'éclair derrière la nuit

devient un glaive et rougoie ainsi qu'un météore.

Alors la bouillie verte entre en convulsions

entre en fièvre secrète, en extase secrète.

Et le cal de la terre se redresse et s'affale

le cal noir de la carapace de la terre !

Syllabe par syllabe

le
Nain au visage destructeur

piétine les syllabes du
Verbe.

Qui s'éveille, s'éveille ? le lamento des coucous !

qui s'éveille ? le madrigal des bourgeons duveteux

le baiser des invisibles buveuses de miel !

qui éveille le jeu des tigres de la mort en fuite ?

le
Printemps dont la tête oscille de boucles folles.

L'élite des génies que la musique a attirée

escorte le
Printemps, le
Printemps vétilleux

sur le corps amaigri, amaigri de la terre

escorte le
Printemps, le printemps vétilleux.

Sur la carapace calleuse de notre terre

pèsent les capsules et les boucles folles

le collier blanc des pâquerettes, le collier

et les tiges de l'amour timide, humide.

L'amour timide, dominateur du monde,

métamorphose l'épine et la haie des prunelles,

détruit les cygnes qui habitent les ascètes.



Qui éveille tes flèches impaires, ô soleil ?



Quand j'aurai vu les couleurs de ce monde

Où vivent les esprits qui n'attendent plus rien

et l'amour océan où les élus s'inondent

je croirais dur qu'ici nous sommes comme des chiens.

ô jardin fabuleux qu'encense votre grâce

Dieu, suivi des regards des saints extasiés !

Là, les sens détendus par la langueur

oubliant les fatigues des routes de la terre

ils découvrent les perspectives nouvelles du bonheur

ils s'inclinent vers la volupté comme vers une rivière

aphrodisiaque, ils puisent, fiers amants,

dans les girandoles de la grâce, elle bourdonne.

Ils réalisent l'union, et désirent ardemment

le grondement de la grâce dans la poitrine qui trombone

ils scintillent comme des cristaux, ils fleurissent

comme des astres, la grâce sort en larmes

de leurs yeux sanglants de rubis

sur les faces brillantes comme des armes.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img