wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Mythologie presente - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Femme de crêpes et de deuil, le cimetière
Où tu règnes a pour tombes les plus anciens
Bas-reliefs et les plus sombres.
Parfois un sein
Se retourne, parfois un pli se défait, parfois une
Main s'élève, parfois un oil est vivant.
Et moi je suis mordu par l'amour qui m'habite.
Les centaures invités aux noces de
Pirirhoos
Enlevaient toutes les femmes et même l'épousée.
Par vengeance la race fut tuée par les
Lapithes
Et moi je suis mordu par l'amour qui m'habite.

Je n'ai pas le mal du pays

Dieux nus, de vos bocages mythologiques.

J'habite à volonté auprès d'Iphigénie

L'ombre d'Hector traînant autour de mes murailles

C'est l'ombre inspiratrice

Et le bûcher de
Troie brûle dans mes entrailles.
Un fleuve avait mon nom, mes paroles prudentes

Et je m'y suis baigné avec
Virgile et
Dante

Quand l'eau se divisait pour aller au
Conseil.

Quand
Phébus-cadran-soleil

Alluma le déluge du feu sur l'univers

Ce déluge pleut en moi

Quand les dieux descendaient les sentiers de montagne

Ils pensaient comme moi aux nymphes de campagne.

Il y avait des villes et non des citadins

C'est ainsi que je vois les villes des humains.

ô vallée enclose des forêts,
Harmonie

A l'assemblée des loups dans la grotte du temps

Inachus, fleur troublée par les chagrins soupire

«
Que me fait le rivage où sourit mon empire »

Diane présidait : « moi je suis belle et reine

Je suis une belle inhumaine »

Inachus lui dit : « comme reine

Possible et non pas comme belle

ô fille de
Cybèle, vous n'aurez pas ma clientèle ! »

Près de la fée dans la forêt magique

Un chevalier claquait des dents

«
Inachus ! dansons la gigue

Dansons à côté des dolmens

-
Fée que je voudrais marraine
Mon ventre a besoin d'aliments. »
La fée lui dit : «
Carpe diem
Quoi ! tu refuses une fredaine.

-
Des chercheurs d'idéal je suis le spécimen »
Les centaures invités aux noces de
Pirithoos
Enlevaient toute femme et même

Par vengeance la race fut tuée par les
Lapithes
Et moi je suis mordu par l'amour qui m'habite.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img